Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



La comptabilité analytique : le partenaire indispensable de l’entreprise


La comptabilité analytique est une matière bien vivante qui communique principalement en langage chiffré.



Éric Schüller
Éric Schüller
Des chiffres qui, une fois traités et analysés, doivent éclairer la « route » de la rentabilité que souhaitent emprunter de nombreuses Directions Générales et Opérationnelles pour le « bon développement et la pérennité de leur entreprise ».

Une route qui fasse d'abord par le suivi quotidien de la bonne réalisation des objectifs fixés dans les domaines :

- du COMMERCE : combien avons-nous réalisé de CA ? de MARGE ? de quantités vendues ?
- du MARKETING : comment faire pour vendre plus aux consommateurs ? Quelle est la capacité du marché ? Quel est le montant du panier moyen ?
- de la PRODUCTION : combien mon usine peut-elle fabriquer de produits et à quel coût ? combien me coûte-t-elle ? que me rapporte-t-elle ?
- de la DISTRIBUTION : comment distribuer mes produits au plus vite et au coût le moins cher ?
- des SERVICES : comment dépanner au plus vite mes clients et au moindre coût ?
- des FINANCES : combien allons-nous gagner ? quelle est notre situation actuelle ? sommes-nous en avance ou en retard sur notre feuille de route ?

Car l’objectif de la comptabilité analytique doit être d’identifier, mesurer et améliorer les performances individuelles de l’entreprise à travers ses activités, ses produits, ses marchés, ses clients, ses services, ses fonctions internes, etc, comme ses performances générales via son résultat d’exploitation global.

Pour atteindre de telles performances, il est fortement recommandé d’analyser les différents processus et marges qui contribuent au résultat global et individuel de l’entreprise, d’identifier les différents coûts des produits vendus et des services rendus aux clients. Et seule la comptabilité analytique permet de telles analyses.

Et bien qu’elle prenne sa source dans la comptabilité générale, elle se caractérise par une grande liberté de mise en place de règles de calculs propres à chaque entreprise.

Ainsi à chaque phase de fabrication du produit, de sa commercialisation et des services rendus il est possible d’en calculer son coût.

Cependant, certaines charges incorporables de la comptabilité générale peuvent être corrigées, rajoutées ou supprimées afin de donner aux coûts un reflet plus économique que comptable.

Mais cette correction doit être maniée avec précaution car elle permet d’augmenter ou de diminuer artificiellement le coût de revient des produits commercialisés ainsi que les coûts d’exploitation des activités et donc par ricochet d’améliorer ou de dégrader d’autant le résultat économique de l’entreprise.

Aussi la comptabilité analytique doit être considérée au quotidien comme un véritable « partenaire » du chef d’entreprise et des directions opérationnelles et plus encore en ces temps de « crise » où beaucoup de stratégies d’entreprises sont basées sur la baisse des coûts en attendant des jours meilleurs !

À suivre …



Éric Schüller
Directeur Administratif et Financier

Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct : www.finyear.com/newsletter

Lisez chaque mois notre magazine digital sur www.finyear.com/magazine

Vendredi 17 Janvier 2014
Notez


DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par AtelierPaulFabra le 17/01/2014 14:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En économie, il y a selon nous trois niveaux interdépendants (et non pas 2 comme il est encore d'usage de le considérer) : macro, méso, micro. En matière de comptabilité, la macronomie est le niveau des agrégats nationaux et internationaux, la mésonomie celle de des entreprises et autres organes privés et publics, la micronomie celle de la comptabilité analytique. La problématique de cette dernière est assez profondément différente selon qu'il s'agit d'en faire usage en entreprise ou ailleurs.

L'Atelier Paul Fabra cogite, pour ainsi dire, sur ces trois niveaux. C'est à raison de ce qu'ils ont de commun et de spécifique. C'est sur les prix auxquels les entreprises vendent que, fort naturellement selon ce qu'a été toute une part de nos prestations professionnelles quand elles étaient notre gagne-pain, nous avons commencé à exposer sur le web les résultats de nos recherches en matière de comptabilité analytiques. L'url joint au présent commentaire pointe sur cette partie de nos travaux.

Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


Livres Blancs




Blockchain Daily News


Cryptocurrencies