Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



La Splendeur des Camondo De Constantinople à Paris (1806-1945)


Cette exposition, présentée dans le cadre de la Saison de la Turquie en France, retrace l’extraordinaire parcours de cinq générations de la famille Camondo de Constantinople à Paris, du XIXe siècle naissant à 1945. Elle illustre une des facettes de l’aventure passionnante, en dépit de sa fin tragique, qu’a été le processus d’intégration des juifs en France. Les magnifiques collections, d’une valeur aujourd’hui inestimable, que la France a reçues des Camondo témoignent du goût et de la modernité de ces banquiers éclairés et cosmopolites.
Jusqu'au 7 mars 2010



Visuel de l’exposition La Splendeur des Camondo Atelier Polymago ©RMN, Musée Nissim de Camondo
Visuel de l’exposition La Splendeur des Camondo Atelier Polymago ©RMN, Musée Nissim de Camondo
Réalisée grâce aux prêts accordés par les institutions héritières des legs Camondo, l’exposition montrera des archives familiales du musée Nissim de Camondo, des peintures du musée d’Orsay (Boudin, Degas, Delacroix, Jongkind, Manet, Monet, Renoir et Sisley) ainsi que des œuvres d’art du musée Guimet (sculptures chinoises, estampes japonaises) et du musée du Louvre (mobilier, dessins du XVIIIe siècle).

De Constantinople à Paris, banquiers et philanthropes
La banque Camondo est fondée à Constantinople en 1802 par Salomon-Jacob Camondo et ses fils, Isaac et Abraham-Salomon. En 1832, à la mort d’Isaac, Abraham-Salomon hérite de la banque. Il édifiera l’une des plus grandes fortunes de l’Empire ottoman et sera secondé, à partir des années 1850, par ses petits-fils Abraham-Béhor et Nissim.
Banquiers des vizirs, les Camondo participent au développement économique de la Turquie. Philanthropes, ils sont soucieux de s’investir fortement au sein de la communauté juive ottomane. Admirateurs des Lumières, ils veulent faire entrer les juifs de l’Empire dans la modernité par l’éducation et créent la première école juive enseignant les matières profanes en français et en turc. En 1864, ils co-fondent le comité régional de l’Alliance israélite universelle à Constantinople.
En 1865 ils adoptent la nationalité italienne et s’engagent, par des dons généreux, dans la réunification menée par Victor Emmanuel II. Leur action leur vaudra d’être anoblis. En 1869-1870, la famille émigre à Paris et y transfère le siège social de la banque qui prend part à de nombreux projets tel le financement du canal de Suez. En 1872, les Camondo choisissent d’habiter la plaine Monceau.

Isaac et Moïse de Camondo
Les deux cousins Isaac et Moïse de Camondo, arrière-petits-fils d’Abraham-Salomon vont devenir des mécènes de la culture française. À sa mort, Isaac de Camondo (1851-1911) lègue ses collections au Louvre : faïences, peintures, dessins et mobilier français du XVIIIe ; chefs-d’œuvre impressionnistes – parmi lesquels Le Fifre de Manet, Les Repasseuses de Degas, la série des Cathédrales de Rouen de Monet ou encore La Maison du pendu de Cézanne ; art d’Extrême-Orient dont 418 estampes japonaises ; cabinet de sculptures du Moyen Âge et de la Renaissance. Compositeur de musique, mécène des musiciens, il participe à la vie de l’opéra et de l’opéra comique et contribue à la création du Théâtre des Champs-Élysées qui ouvre en 1913. De son côté, son cousin Moïse (1860-1935) lègue dès 1924 son hôtel particulier du 63 rue de Monceau et ses collections à l’Union des arts décoratifs afin d’honorer la mémoire de son fils Nissim, aviateur français tué au combat en 1917.
En 1936, un an après la mort de Moïse, le musée Nissim de Camondo est inauguré. Durant la Seconde Guerre mondiale, la fille de Moïse, Béatrice, son mari Léon Reinach et leurs deux enfants sont assassinés dans les camps nazis. Cette tragédie met fin à la dynastie des Camondo.


Jeudi 21 Janvier 2010
Notez


DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par Pierre FONTAINE le 31/01/2010 19:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ai vu de grands hommes à travers cette exposition "La splendeur des Camondo".
Je n'y ai pas perçu la grandeur de la France, pourtant les Camondo y ont beaucoup œuvré semble-t-il.
Sans doute cette famille aurait-elle pu répondre mieux que quiconque à la question qui agite en ce moment certains milieux politiques: être français çà veut dire quoi?

Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News