Digital & Decentralized Finance, Blockchain Daily News
              



LME : ce chien de Jean de Nivelle qui s'en va quand on l'appelle...


« Il frappait jamais du gauche et touchait rarement du droit. » GM



LME : ce chien de Jean de Nivelle qui s'en va quand on l'appelle...
La loi de modernisation de l’économie (LME) donne le sentiment qu’une fois de plus, le législateur s’est défaussé sur l’entreprise en perdant de vue la réalité du terrain.

En effet, la LME déclare illégal tout délai convenu qui excède les 45 jours fin de mois ou les 60 jours nets, ainsi que le fait de soumettre son partenaire à un délai de paiement qui ne respecte pas ce plafond, et le fait de demander au fournisseur, sans raison objective, de différer l’émission de la facture (article L442-6).

A cet égard, les sanctions prévues sont de nature civile et sont les mêmes que pour toutes les autres pratiques abusives, à savoir des dommages et intérêts, une amende civile pouvant aller jusqu’à 2 millions d’euros, l’ordre de cesser les pratiques, et l’annulation des clauses illicites.

Seul un tribunal peut prononcer de telles sanctions. Mais en pratique, imagine-t-on un fournisseur, un sous-traitant ou un prestataire de service qui prendrait le risque d’assigner devant les tribunaux son donneur d’ordre ? Quelle chance aurait-il dans ces conditions de garder son client ?

Les PME auraient sans doute souhaité que le législateur donne davantage de moyens à la DGCCRF, afin de lutter contre les mauvaises pratiques.

La loi prévoit encore que les sociétés dont les comptes sont certifiés par un commissaire aux comptes devront publier des informations sur les délais de paiement de leurs fournisseurs ou de leurs clients, suivant des modalités qui seront définies par un décret. Ces informations devront faire l'objet d'un rapport du commissaire aux comptes.

En pratique, le commissaire aux comptes adressera ledit rapport au ministre chargé de l'économie, s'il démontre, de façon répétée, des manquements significatifs au délai de paiement. Ce dernier sera alors en mesure d’exercer si besoin des poursuites.

Et là encore, plutôt que d’espérer que les PME fassent « la police », les entreprises attendant que les services du ministre de l’économie prennent leur responsabilité en saisissant le juge, comme la LME le prévoit.

Reste à savoir si, d’une part, les entreprises victimes de pratiques abusives mettront bien en œuvre ce nouvel arsenal juridique… (on peut d’ores et déjà en douter compte tenu du rapport de force initial), et d’autre part, si le ministre de l’économie et la DGCCRF feront pleinement appliquer la loi, à défaut ils arriveront comme les « carabiniers d’Offenbach », trop tard, après la bataille (1).

1) Dans "les brigands" une opérette d'Offenbach, on ne voit arriver les carabiniers que lorsque le danger n'est plus, quand on n'a plus besoin d'eux.

Thierry Charles
Thierry Charles
Thierry CHARLES
Docteur en droit
Directeur des Affaires Juridiques d’Allizé-Plasturgie
Membre du Comité des Relations Inter-industrielles de Sous-Traitance (CORIST) au sein de la Fédération de la Plasturgie

t.charles@allize-plasturgie.com

Vendredi 14 Novembre 2008
Notez


DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par NOVASQUE OLIVIER le 14/11/2008 10:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Encore une fois Mr Charles, vous nous livrez un excellent article nourri par une pertinente clairvoyance sur ce sujet de la LME. Sur le fait que les "victimes" ne se déclarent pas compte tenu des rapports de force commerciaux initiaux, je suis parfaitement d'accord avec vous...C'est justement la raison pour laquelle nous avons poussé au sein de CroissancePlus auprès de Bercy pour que l'information soit rendue publique par les CAC (on n'a pas trouvé mieux) et envoyée à la DGCCRF. La question que vous soluvez est intacte : que va faire la DGCCRF et dans quel délai ? Le décret nous le dira peut être...en tout cas c'est LE combat de demain, ce point est la pierre angulaire de la réussite ou pas de cette LME. Merci encore pour vos contributions.

2.Posté par le 14/11/2008 10:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tous le monde dans cette LME oubli une chose : quid des entreprises comme la mienne qui travaillaientt a 30 jours net et qui se voient aujourd hui rallonger leur delai de paiement de 30 jours dans un pression terrible de renégociation des CGV en global?

3.Posté par NOVASQUE OLIVIER le 14/11/2008 17:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour répondre à ta question, la loi dit que les 60jrs ou 45 fin de mois sont un maximum...pour la pression, tu peux aussi rapeller à tes clients qu'eux aussi vont certainement se faire payer plus tôt par leurs clients...s'ils se modernisent dans leur gestion...

Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News