Quotidien Finance, Corporate Finance, Crypto Finance, ICO, STO, Blockchain Daily News


              



L’Europe, l’Europe, l’Europe…


L’ouverture ce jour du sommet européen qui doit traiter du budget de la Commission pour la période 2014-2020, risque à nouveau de présenter la construction européenne sous un angle très défavorable. Il est très peu probable qu’un accord soit trouvé entre les représentants de la commission européenne, et les représentants des nations qui constituent l’Europe. Un nouveau sommet sera probablement nécessaire, alors que la Grèce attend encore le déblocage d’une tranche de financement de plus de 30 milliards d’€. L’Europe n’est ainsi, aux yeux du monde, qu’une négociation interminable entre politiciens nationaux qui ne pensent qu’à prendre plutôt qu’à donner à l’Europe. Le cas Britannique est à nouveau d’actualité : M. Cameron ne jure que par son « rabais », la France ne jure que par le maintien de la politique agricole commune, l’Allemagne souhaite limiter le cout pour ses contribuables…



Eric Galiègue
Eric Galiègue
Il y de quoi être effaré de ces discussion de marchands de tapis qui « comptent leurs sous » alors que, de toutes façons, nous avons construit la monnaie commune ! Cette monnaie commune, qu’on le veuille ou non, constitue bien une mise en commun de notre avenir, et de tous les actifs et les passifs de l’Union monétaire. La discussion autour de quelques dizaines de milliards d’€ d’un budget qui ne représente que 1% du PIB européen est futile, alors que les Nations européennes partagent la même monnaie…

Il y a, au fond des choses, le même problème : l’Europe n’existe pas en tant que telle, et finalement personne n’est européen avant d’être français, allemand, ou britannique. Le président Charles de Gaulle avait déjà identifié et clairement analysé la situation, dans différentes conférences de Presse. Par exemple, le 23 juillet 1964, il avait déclaré : « Une Europe européenne signifie qu'elle existe par elle-même et pour elle-même, autrement dit qu'au milieu du monde elle ait sa propre politique. Or, justement, c'est cela que rejettent, consciemment, ou inconsciemment, certains qui prétendent cependant vouloir qu'elle se réalise ». Et, en Avril 1963, dans une autre conférence de Presse : « Tout système qui consisterait à transmettre notre souveraineté à des aréopages internationaux serait incompatible avec les droits et les devoirs de la République française »

Ainsi est posée clairement la problématique de l’année prochaine : l’Europe peut-elle continuer dans la configuration monétaire actuelle ? Moody’s a argumenté la dégradation de la note de la France notamment par les engagements européens de la France, mais aussi, par la fait que « France does not have access to a national central bank for the financing of its debt in the event of a market disruption ». La France, effectivement, ne peut faire ce que la Grande Bretagne réalise sans aucun complexe, c’est-à-dire monétiser massivement sa dette publique. La banque d’Angleterre a ainsi racheté depuis le début de la crise, l’équivalent de plus de 20 % du PIB de sa Gracieuse Majesté (375 milliards de £). Elle a créé ex nihilo 20 % du PIB sans contrepartie, et les intérêts de ces obligations (« gilts ») rachetés sur le marché, constituent un bénéfice considérable. Ces intérêts sont transférés de la banque centrale au compte du Trésor britannique; ce tour de « passe passe » permettra à La Grande Bretagne de réduire de 2 points de PIB sa dette, puis de 1 point par an, selon les analystes de Citi…

La situation économique et politique de l’Europe va constituer un sujet d’inquiétude tout au long de l’année 2013. Les politiques doivent prendre des décisions majeures, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme de l’autre...

Investisseurs : Sous 3400 points, nous surpondérons les actions, dans la perspective d’un accord entre républicains et démocrates au sujet de la dette des USA.

Spéculateurs : XXXXXXX

Tendances sur les taux et les devises : les taux obligataires américains et allemands ont remonté, alors les taux espagnols ont baissé. L’€ est stable.

Tendances récentes sur les matières premières : Le prix des matières premières est stable aussi.



Eric Galiègue
VALQUANT

171, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
Tél. 01.58.18.37.50
Fax. 01.42.65.15.26

www.valquant.fr

Mercredi 28 Novembre 2012
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News