Quotidien Corporate & Crypto Finance, Blockchain Daily News


              



L’EUROPE, la star des marchés en 2014 ?


M. de Margerie, le Président de TOTAL, l’un des plus grands groupes français, a déclaré cette semaine : « l’Europe devrait être reconsidérée comme un pays émergent ». Nous partageons cette position qui pourrait paraître excessive ; pourtant, nous y croyons, et l‘actualité de cette semaine nous conforte dans cette idée.



Eric Galiègue
Eric Galiègue
Du côté de la sphère réelle, la dernière publication des indices Markit (« flash », publié 10 jours avant les chiffres qui portent sur l’ensemble des réponses de l’enquête) montre que la croissance européenne est de retour en 2014; elle pourrait atteindre 0.4 à 0.5 % au premier trimestre. La France reste toujours à la traine, mais cet indice, qui reflète la psychologie des entreprises, a légèrement progressé, même s’il reste en deçà de 50. En Grande Bretagne, qui fait encore partie de l’Europe, la conjoncture semble repartir fortement, comme le montre la baisse du taux de chômage à 7.1 %, la création de 280 000 emplois, et la poursuite de la hausse des prix de l’immobilier. Ces résultats doivent être relativisés par les caractéristiques même de l’économie britannique, mais ils confirment que la croissance atteint les niveaux prévus par le FMI, à savoir 2.4 % cette année, et 2.2 % l’année prochaine… Les résultats publiés par les entreprises sont souvent décevants, (DEUTSCHE BANK, ROYAL DUTSCH SHELL, SEB, ABB, ESSILOR, ALSTOM) mais il faut y voir la fin des effets négatifs sur les comptes des entreprises et de la récession de 2013… Comme c’est souvent le cas en fin de période récessive, les entreprises « chargent la barque » au maximum sur l’exercice passé, pour pouvoir montrer le meilleur profil pour 2014-2015, années du véritable retour de la croissance des bénéfices, après une période très difficile…

Du côté de la sphère financière, la situation sur certains marchés de taux souverains est devenue euphorique. L’Espagne a levé 10 milliards à 10 ans, à un taux de 3.84 %, pour une demande de 40 milliards. Les taux de marché sont au plus bas depuis 2006, ce qui montre que les investisseurs considèrent que l’Espagne a pris les bonnes mesures, comme d’ailleurs l’Italie, le Portugal et l’Irlande. La banque autrichienne RAIFFEISEN a réussi à augmenter son capital de 2.8 milliards, ce qui va lui permettre de passer plus facilement les « stress tests » et la revue des actifs et passifs menée par la BCE. Cette opération suivie par les investisseurs institutionnels doit montrer l’exemple aux autres banques qui sont confrontées à une insuffisance de fonds propres : en tous cas, la « fenêtre de marché » est évidente… Cette semaine, EUROSTAT a annoncé que, pour la première fois depuis 2007, la dette publique des pays de la zone € a diminué, et est passée de 8 875 milliards à 8 841 milliards au cours du dernier trimestre. La baisse reste toute symbolique, mais les marchés apprécient… Enfin, la Commission Européenne a autorisé l’exploitation des gaz de schiste sur le territoire européen, si les principes de sauvegarde de l’environnement et de la santé sont respectés.

Les marchés financiers ont besoin d’ « un os à ronger » : c’est vrai depuis toujours. Face à la remise en cause évidente de la thématique « pays émergents », les succès de l’Europe et la perspective de nouvelles avancées constituent une perspective séduisante pour les marchés. Faut-il rappeler que les pays émergents européens existent, et que l’Europe est la plus grande zone au monde, de sécurité juridique, de cohésion sociale, de stabilité financière et de production économique ? Si on rajoute la possibilité qu’un français (M. BARNIER) ou une française (Mme LAGARDE) accède à la Présidence de la Commission, on peut légitimement imaginer que le nouveau couple franco-allemand constitué avec Mme MERKEL aura la volonté et le temps de faire franchir à l’Europe les nouvelles étapes de son intégration politique, économique et sociale. C’est un thème de marché qui nous semble très crédible pour 2014…

« Investisseurs : Nous recommandons un niveau d’investissement « normal » sur les actions, depuis que le CAC 40 vaut plus de 4 200 points. Toute baisse significative doit être mise à profit pour renforcer les positions en actions.

Spéculateurs : retournement baissier net sur le Cac40, qui réintègre ses sommets et risque de se replier vers 4048.
Tendances sur les taux et les devises : Les taux américains et allemands ont continué leur mouvement de baisse cette semaine, mais à un rythme plus faible, l’€ s’est renforcé en fin de semaine.

Tendances récentes sur les matières premières : les cours des matières premières se sont redressés.

Lettre hebdo du 24 janvier 2014.

Eric Galiègue
VALQUANT

171, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
Tél. 01.58.18.37.50
Fax. 01.42.65.15.26

www.valquant.fr

Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct : www.finyear.com/newsletter

Lisez chaque mois notre magazine digital sur www.finyear.com/magazine

Mardi 28 Janvier 2014
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies




Finyear - Daily News