Corporate Finance, DeFi, Blockchain, Web3 News
Fintech, DeFi, Blockchain, Web3 Daily News by Finyear

Interview | Ruben Cammaerts, Vice-Président de SMART Technologies

Entretien avec Ruben Cammaerts, Vice-Président de SMART Technologies sur les avantages des technologies éducatives, comment réduisent-elles l'épuisement des employés dans le secteur de l'éducation, et comment contribuent-elles à un meilleur enseignement.


A propos de SMART Technologies.
Pouvez-vous présenter SMART Technologies ?


SMART Technologies est une entreprise canadienne, inventeur du SMART Board en 1987, qui aide à la démocratisation de l’utilisation du numérique en salle de classe, notamment l’utilisation des ordinateurs dans les années 1990/2000. L’entreprise conçoit des Écrans Numériques Interactifs (ENI), des Tableaux Blanc Interactifs (TBI), ainsi que des logiciels métiers de développement. Elle est désormais implantée sur les 5 continents et plus de 1800 revendeurs partenaires les distribuent dans 173 pays.

Grâce à une interface Android spécialement conçue pour faciliter l’entrée dans le numérique, les utilisateurs peuvent annoter un PDF ou réaliser des activités de manipulation d’objets de savoir au tableau, tout en ayant accès à des pratiques avancées comme l’hybridation des leçons, la visualisation 3D ou les cours en synchrone ou en asynchrone.

Nous disposons aujourd’hui d’un grand nombre d’établissement équipés, aussi bien dans l’enseignement scolaire que dans l’enseignement supérieur. Parmi les écoles supérieures, nous sommes très fiers d’équiper par exemple l’EM Lyon ou la toute nouvelle école AIvancity qui mêle IA et business, mais aussi l’IESEG, et nombre d’Universités à Paris ou en province. Parmi l’enseignement scolaire, citons les écoles des villes de Riom, de Colmar ou de Strasbourg ou encore les écoles primaires de la Somme.

Au-delà de collaborer avec des écoles et structures d’enseignement, Smart Technologies collabore également avec des entreprises (architecture, ingénierie, construction, industrie, design, formation interne…), mais aussi pour le compte des forces de sûreté ou de sécurité, dans les salles de crise ou dans les administrations. Nous nous concentrons sur l’optimisation de la collaboration visuelle, vecteur d’une meilleure efficacité entre collaborateurs ou agents de la fonction publique.

Quels sont les produits phares de Smart Technologies sur le marché français ?

Le SMART Board MX est notre produit phare en France : il est bien adapté aux usages de nos utilisateurs ainsi qu’aux budgets des collectivités. Le SMART Board 6000S est plébiscité dans les classes de primaire car il permet à plusieurs personnes de faire des annotations en simultané, dans différentes couleurs. Sur un même exercice, il permet ainsi de différencier les élèves.

Le logiciel Cloud Lumio est également très apprécié des enseignants. Il transforme les fichiers de leçons en expériences d’apprentissage actives et collaboratives. Il permet aux élèves de se sentir plus impliqués dans la leçon au travers des appareils connectés qu’ils utilisent en classe – qu’il s’agisse de tablettes, d’ordinateurs… ou d’un smartphone. Ce logiciel peut s’utiliser soit comme une extension de notre logiciel SMART Notebook, soit de manière indépendante.

Comment adaptez-vous vos technologies aux habitudes de vos clients ?

Les SMART Board sont conçus pour que les utilisateurs ne soient pas obligés d’apprendre de gestes spécifiques. Ils reprennent les codes d’utilisation d’un tableau traditionnel. Ainsi, les stylos sont à portée de main sur des plumiers magnétiques et permettent d’écrire sur le document affiché immédiatement sans nécessiter de sélectionner un bouton – qu’il soit physique ou logiciel. Le doigt est reconnu instantanément comme pointeur et la paume de la main comme effaceur. SMART Technologies a déposé un nombre élevé de brevets pour parvenir à cette fluidité des usages.

En plus de la technologie la plus répandue actuellement, basée sur des capteurs infrarouges avancés, nous ajoutons une surcouche matérielle et logicielle intelligente que nous avons appelé HyperTouch. Vous la retrouvez dans tous nos SMART Board, même ceux qui tirent parti de la technologie la plus évoluée du marché, le InGlass. En fonction des écrans, il nous arrive de mixer ces technologies avec des technologies d’imagerie, de fréquences radio ou de résonnance magnétique. Mais nous le faisons toujours pour simplifier les usages de nos clients – et pas pour le plaisir de l’ajouter à une fiche de spécifications. Ils ne s’aperçoivent jamais qu’ils utilisent ces technologies.

Par ailleurs, toutes les fonctionnalités utiles sont simplifiées pour un usage en classe : les ports Ethernet donnent accès à Internet au SMART Board et à l’ordinateur de l’enseignant, l’USB bascule automatiquement pour être utilisable sur la source connectée, les sources justement sont sélectionnable du bout du doigt, etc.

Quels sont vos prochains objectifs ?

Nous souhaitons investir dans un avenir durable et lutter contre l’obsolescence de nos tableaux. Nous sommes en train de lancer une version majeure de notre système embarqué Android iQ qui permettra à nos écrans, commercialisés cette année ou datant d’il y a 8 ans, de pouvoir continuer à être utilisés pour les années à venir. Si les TBI SMART Board avaient une durée de vie moyenne de 9 ans, les ENI SMART Board pourront durer l’équivalent de 25 ans (nous utilisons une batterie de tests de durée de vie accéléré pour nous en assurer). Le système d’exploitation embarqué va voir sa durée d’utilisation également allongée.

A propos du marché Edtech en France
Considérez-vous que le marché se porte bien en France ? Comparé aux autres pays sur lesquels vous êtes implantés ?


Le marché français a de nombreuses particularités qu’on retrouve de façon disparate dans d’autres pays : les budgets sont bien là, de manière régulière, mais c’est un marché où il n’y a pas de stratégie transversale sur le numérique - même si on parle d’enseignement « pour et par le numérique ». Les décisions prises manquent d’harmonie et de coordination entre la multitude d’acteurs qui travaillent rarement en mode projet. Dans de très nombreux cas, les collectivités locales ou les services de l’éducation nationale apprennent au dernier moment qu’ils vont être impliqués dans un projet numérique, sans parler des enseignants qui n’ont le plus souvent pas voix au chapitre. Il est important de privilégier dans la prise de décisions le retour des utilisateurs finaux, que sont les enseignants et les élèves.

Aujourd’hui, près de 40% des classes françaises sont équipées de surfaces interactives (vidéoprojecteurs, tableaux blancs et écrans numériques interactifs). Même si ces technologies sont déjà bien implantées, ce type d’outil n’est pas encore majoritaire dans les salles de classe. Les taux d’utilisation des capacités d’interaction de ces appareils sont très faibles en France, principalement en raison de la faible valeur ajoutée éducative perçue par les enseignants. Il est nécessaire de former les enseignants à ces outils, et de leur mettre à disposition un logiciel métier standard à la profession, à l’image AutoCAD par exemple dans l’architecture.

Quel est l’intérêt d’intégrer les nouvelles technologies dans le monde de l’enseignement ?

Toutefois les retours qui nous sont faits par nos utilisateurs sont multiples : plus de souplesse dans les possibilités de faire comprendre des notions aux élèves, plus de possibilités de personnaliser les apprentissages, plus de bande passante pour traiter les programmes. C’est pour cela que nous proposons un écran interactif qui donne la capacité de faire appel immédiatement à des documents du bout du doigt pour illustrer son propos, mais aussi à faire venir les élèves au tableau pour participer à l’enseignement et à leur apprentissage.

Il y a clairement un énorme enjeu pour libérer encore plus les tâches des enseignants et de s’adapter à chaque élève individuellement. Le travail sur la data et l’IA vont révolutionner le domaine. C’est sur ces sujets que se font nos recherches afin de raccourcir les temps de préparation des enseignants tout en les diversifiant, en augmentant leur intérêt, leur variété. Et dans le même temps en adaptant les leçons, les activités proposées aux élèves afin que ceux-ci puissent en tirer le meilleur afin d’exceller.

Mercredi 16 Novembre 2022




OFFRES D'EMPLOI


OFFRES DE STAGES


NOMINATIONS


DERNIERES ACTUALITES


POPULAIRES