Corporate Finance News
              


Jeudi 21 Octobre 2021

Interview | Olivier Spielmann, Vice President Managed Security Services chez Kudelski Security


Entretien avec Olivier Spielmann, Vice Président Managed Security Services chez Kudelski Security, Division Cybersécurité du Groupe Kudelski.



Pourriez-vous présenter Kudelski Security ? Quelles sont vos principales activités ?

Kudelski Security est la division cyber sécurité du Groupe Kudelski, un leader mondial de la sécurité du numérique dont les sièges sont situés en Suisse, à Lausanne, et aux États-Unis, à Phoenix (Arizona). Nous connaissons un fort développement en France depuis 2018. Un nombre croissant d'entreprises fait appel à nos services de sécurité managés innovants et notamment à nos services managés de détection et de réponse aux menaces pour les environnements IT, Cloud, OT/ICS et pour les endpoints, fournis à travers notre Cyber Fusion Center basé en Suisse.

Nos services de sécurité managés et de réponse aux incidents ont d’ailleurs été distingués par de nombreux analystes tels que Gartner, Forrester et IDC. S’agissant plus spécifiquement de la blockchain, Kudelski bénéficie de 30 années d'expérience dans le domaine de la cryptographie, de la puce en silicium au software, expérience et expertise que nous mettons à disposition de nos clients à travers notre Blockchain Security Center.

Depuis quelques années maintenant, la blockchain est un sujet qui fait parler de lui. Comment se porte et comment évolue le marché Européen et Français de la blockchain ?

En 2021, la valeur du marché des crypto-monnaies a dépassé les 2 000 milliards de dollars dans le monde. Au niveau institutionnel, nous constatons que presque toutes les banques centrales ont lancé des initiatives pour développer des monnaies numériques de banques centrales (Central Bank Digital Currencies –CDBCs).

En juin, la Banque de France a franchi une nouvelle étape dans l'expérimentation de l'euro numérique. Le mois suivant, la Banque Centrale Européenne a lancé la phase suivante de son projet d'euro numérique. En outre, des prestataires de services financiers plus traditionnels lancent des offres de conservation d'actifs numériques. Nous avons travaillé avec certains d’entre eux pour développer leurs stratégies, en particulier du point de vue de la sécurité.

Depuis une année, nous assistons à une augmentation spectaculaire des projets NFT et DeFi en Europe et dans le monde, et cette tendance semble se poursuivre à mesure que les offres évoluent. En dehors de la finance, il existe des exemples importants dans d'autres secteurs, notamment dans celui du luxe, qui démontrent l'influence de cette technologie sur le marché.

Quels sont en les bénéfices de cette technologie pour les entreprises et institutions publiques ?
Les raisons pour lesquelles les organisations de tous types adoptent aujourd’hui la blockchain sont nombreuses. Une des premières est la création de nouvelles sources de revenus. La blockchain offre en effet de nouvelles possibilités aux organisations pour monétiser leur propriété intellectuelle. Cela inclut le mouvement NFT, où les biens numériques peuvent désormais être vendus et authentifiés. Une autre raison est la confiance dans la chaîne d'approvisionnement, la blockchain créant une source de confiance fiable. Cela présente des avantages particuliers au niveau de la chaîne d'approvisionnement, car un bien peut être suivi tout au long de son cycle de vie. Cela aide à la fois les entreprises et les consommateurs, de plus en plus demandeurs de traçabilité.

Cela permet également de voir où le produit a été transformé, ce qui permet, par exemple, de savoir quels aliments doivent être rappelés. Enfin, il est possible de valider la légitimité des composants, afin que les usines, par exemple, ne puissent pas utiliser de composants contrefaits. Enfin, l’engagement communautaire : la blockchain a construit une grande communauté d'utilisateurs et d'investisseurs passionnés. Les organisations qui ont des idées novatrices pour résoudre des problèmes concrets peuvent trouver un groupe de consommateurs ou des capitaux à portée de main, dans un délai beaucoup plus court que dans le cadre de stratégies traditionnelles de mise sur le marché.

Quelles sont les initiatives des organismes financiers autour de la blockchain, actuellement ? Accompagnez-vous des structures de ce type ? Si oui, comment ?

La blockchain est désormais présente dans presque tous les secteurs du monde financier. Les consommateurs investissent de manière importante dans ce domaine, ce dont les organisations financières traditionnelles ont pris note. La première étape pour de nombreuses organisations est d'examiner les solutions de conservation sécurisée de crypto-monnaies afin de protéger les actifs de leurs clients. Elles explorent ensuite les options de paiement en crypto-monnaies ou les fonds de placement avec des actifs adossés à des crypto-monnaies, ceci en fonction des réglementations locales.

Nous soutenons les organisations financières dans cette transition vers les actifs cryptographiques de plusieurs façons. Nous conseillons les organisations sur la sûreté et la sécurité des actifs cryptographiques, les solutions des fournisseurs et les partenariats possibles. Nous réalisons des études comparatives de fournisseurs, des évaluations de sécurité, ainsi que l'architecture et la conception de systèmes.

Notre Blockchain Security Center est l’une des principales organisations d'évaluation des écosystèmes blockchain. Nous travaillons notamment avec les bourses pour évaluer la sécurité des nouveaux actifs cryptographiques avant qu'ils ne soient cotés. Nous pouvons également aider les organisations à choisir les bons partenaires pour se conformer aux réglementations locales. Nous conseillons la majorité des projets blockchain qui connaissent une croissance rapide dans le monde, tels que Solana, Algorand Foundation, Binance, Crypto.com, Panther Protocol, IOHK, Monero ou Elrond.

Comment voyez-vous l’avenir de cette technologie dans le secteur financier ?

Aujourd’hui, le recourt à la blockchain est encore un facteur de différenciation. Mais, d’une manière ou d’une autre, ce sera bientôt une pratique courante pour toutes les grandes institutions, car le marché l'exige et elles n’auront d’autre choix que de suivre. Le seul obstacle à une adoption plus poussée sera sans doute la réglementation.



dernières opinions & actus / latest opinions & news