Corporate Finance, DeFi, Blockchain, Web3 News
Fintech, DeFi, Blockchain, Web3 Daily News by Finyear

Interview | Lex Hoefsloot, fondateur de Lightyear

Nous sommes heureux de voir que le marché de l’automobile solaire prend forme, cette effervescence sera bénéfique à l’ensemble des acteurs du secteur, mais aussi aux consommateurs. C’est ce qui permettra de se diriger vers une mobilité propre réellement durable.


Interview | Lex Hoefsloot, fondateur de Lightyear
Vous avez annoncé une levée de fonds de 81M€ en septembre 2022, quels sont les principaux objectifs de ce financement ?

Cette nouvelle levée de fonds vise avant tout à sécuriser la production de notre premier modèle de série, la Lightyear 0, qui sera la première voiture solaire présente sur les routes dès fin 2022. Le deuxième objectif de cette levée est d’avancer sur le développement de la Lightyear 2, notre second modèle à destination du grand public. Plus accessible, le prix de départ de ce véhicule, qui entrera en production en 2025, sera de 30 000€.

Ces fonds sont importants pour nous permettre de continuer de développer une mobilité propre pour tous, partout, sans entraver la liberté des automobilistes. Et ce défi est crucial à l’aube de l’interdiction de la vente de voitures thermiques neuves, qui devrait entrer en vigueur d’ici 2035, en Europe.

La production de la Lightyear 0 est sur le point de démarrer. Quels ont été et sont les principaux défis pour donner vie à cette nouvelle voiture innovante ?

Afin de pouvoir mettre cette nouvelle voiture innovante en production, il nous aura fallu six ans de recherche et développement, de conception, d'ingénierie, de prototypage et d'essais. Elle devrait permettre aux consommateurs de pouvoir rouler pendant plusieurs mois sans avoir à se brancher
sur une prise domestique ou une station de recharge, grâce à l’énergie solaire.

Pour arriver à cet exploit, nous avons dû repenser l’architecture même de la voiture. Le véhicule est équipé de quatre moteurs intégrés aux roues qui constituent la chaîne cinématique électrique la plus efficace disponible aujourd'hui. Nous avons dû travailler longtemps sur l’aérodynamisme de la voiture, pour lui permettre de consommer le moins d’énergie possible. Avec une consommation d'énergie de 10,5 kWh par 100 kilomètres (110 km/h) et un très faible coefficient de traînée de 0,175 Cd, la Lightyear 0 est la voiture de série la plus aérodynamique à ce jour. Outre l'aérodynamisme, la masse de la voiture a également dû être prise en compte. Malgré ses 5 mètres de long, son poids total n'est que de 1 575 kilogrammes. Sur le terrain, les atouts apportés par cette conception sont évidents : à vitesse d'autoroute (110 km/h), la Lightyear 0 peut rouler pendant 560 kilomètres d'affilée.

Prévoyez-vous de nouvelles levées de fonds ? Si oui, quels seront les principaux objectifs ?

De nouvelles levées de fonds sont régulièrement organisées avec pour objectif principal de faire avancer le développement de la Lightyear 2 et d’entamer la production en 2025.

La mobilité électrique et solaire prend de l’ampleur à mesure que la législation et que les citoyens exigent des sources d’énergie et de transports plus durables. Dans les années à venir, face à la demande florissante de bornes de recharge, le réseau électrique sera de plus en plus sollicité ce qui risque de saturer la capacité du réseau des villes et des pays. Les voitures Lightyear, grâce à leurs panneaux solaires brevetés et à leur capacité de se recharger seules, lors des déplacements ou en stationnement en extérieur, permettent d’envisager une nouvelle mobilité.

L’avenir de la mobilité propre se concrétise peu à peu, et nous souhaitons qu’elle soit à la fois durable, accessible, performante et flexible. De fait, nous sommes constamment à la recherche de partenaires pour mener à bien cette mission avec nous.

Quelques concurrents lancent également des projets de voitures solaires, quelle est votre vision du marché de l'automobile solaire ?

Nous sommes heureux de voir que le marché de l’automobile solaire prend forme, cette effervescence sera bénéfique à l’ensemble des acteurs du secteur, mais aussi aux consommateurs. C’est ce qui permettra de se diriger vers une mobilité propre réellement durable.

Nous espérons que la technologie solaire sera largement adoptée par l’industrie automobile. C’est l’adoption de cette technologie par le plus grand nombre qui rendra le solaire plus facilement accessible par tous. Nous sommes confiants dans notre technologie, et avons hâte que les premiers clients puissent la tester dans des conditions réelles. Nous aurions espéré ne pas être les premiers à livrer une voiture solaire, mais c'est un privilège d'être les premiers

Nous sommes confrontés à des défis environnementaux et sociaux importants et croissants. Selon vous, que faut-il aujourd'hui pour développer davantage et accélérer la mobilité propre ?

Aujourd’hui, pour que la mobilité propre s’accélère, il faut encore éduquer sur la technologie solaire. Le fait que cette technologie arrive dans l’industrie automobile est encore très récent et très peu assimilé par le grand public. Le grand public doit prendre conscience du défi qui nous attend et intégrer davantage les mobilités propres dans leur quotidien. Plus de constructeurs doivent également s’y mettre pour faire avancer plus rapidement le secteur.

D’un point de vue gouvernemental, les gouvernements devraient aussi être plus à l’écoute de la technologie solaire qui va devenir une réelle alternative aux véhicules électriques et ainsi commencer dès maintenant à les inscrire dans la législation afin de créer des avantages fiscaux, réductions de taxes.

Mercredi 23 Novembre 2022




OFFRES D'EMPLOI


OFFRES DE STAGES


NOMINATIONS


DERNIERES ACTUALITES


POPULAIRES