Corporate Finance, DeFi, Blockchain, Web3 News
Fintech, DeFi, Blockchain, Web3 Daily News by Finyear

Impact de la fraude financière mondiale (IBM)

L'étude d'IBM 2022 révèle de grandes différences dans l'impact géographique et générationnel de la fraude financière et dans les attitudes à l'égard des institutions financières.


L'étude révèle que la fréquence moyenne des frais frauduleux est plus élevée aux États-Unis que dans les autres pays, tandis que la valeur totale des vols est la plus élevée dans les régions autres que les États-Unis

Selon un nouveau rapport commandé par IBM (NYSE: IBM), la fréquence et l'impact de la fraude financière varient considérablement d'une région à l'autre et d'une génération à l'autre, de même que l'attitude des gens à l'égard de la détection de la fraude et des institutions chargées de les protéger des acteurs mal intentionnés.

Le rapport IBM 2022 sur l'impact de la fraude financière mondiale indique également qu'alors que les consommateurs du monde entier se tournent presque exclusivement vers les cartes de crédit et les paiements numériques, les citoyens américains sont plus régulièrement victimes que tous les autres pays interrogés dans le rapport, ce qui leur coûte en moyenne 265 dollars par an en frais financiers frauduleux effectués par des tiers non autorisés.

« La fraude financière et les cybermenaces constituent une menace croissante pour les institutions financières mondiales et leurs clients, ce qui accroît la nécessité pour les entreprises d'accélérer les mesures préventives afin de garder une longueur d'avance sur les activités criminelles sophistiquées », a déclaré Shanker Ramamurthy, Managing Partner, Global Banking & Financial Markets, IBM. « Alors que l'évolution de l'économie mondiale vers une société sans numéraire se poursuit à une vitesse vertigineuse, les banques et autres institutions financières doivent continuer à investir dans la modernisation de leur infrastructure et le renforcement des talents essentiels pour relever les défis auxquels ils sont confrontés de la part des acteurs mal intentionnés. »

Impact financier mondial

Selon le rapport, en ce qui concerne la fraude à l'échelle mondiale, les citoyens américains sont les victimes les plus fréquentes de la fraude à la carte de débit parmi tous les pays interrogés. Les Américains ont également indiqué un pourcentage élevé de cas de fraude à la carte de crédit, de fraude bancaire ou de fraude au paiement numérique, lorsque les personnes interrogées ont été questionnées sur leurs expériences d'utilisation d'applications de paiement numérique, dont PayPal, Venmo et Square. Les Américains interrogés ont également passé la majeure partie du temps à essayer de récupérer l'argent qu’ils ont perdu en raison de frais frauduleux.

Toutefois, parmi les pays interrogés, les utilisateurs américains de cartes de crédit et de débit ont déclaré l'avant-dernier montant le plus bas en termes de pertes financières dues à des frais frauduleux. Seul le Japon a déclaré un montant de pertes inférieur au cours des 12 derniers mois, tandis que l'Allemagne est, de loin, le pays le plus touché, les personnes interrogées ayant perdu plus de trois fois le montant total des pertes du deuxième pays le plus touché (Singapour).

Dans tous les pays, les personnes interrogées pensent que les banques sont l'institution financière la plus responsable de la prévention de la fraude, lorsqu'elles sont questionnées sur leurs expériences d'utilisation des réseaux de paiement, notamment Visa et Mastercard. Dans la plupart des pays, les consommateurs considèrent les banques comme l'institution financière la plus responsable de la prévention de la fraude, avec un pourcentage plus élevé au Brésil, tandis qu'au Japon, les réseaux de paiement sont les institutions financières les plus susceptibles d'être blâmées. En Chine, les personnes interrogées ont déclaré le pourcentage le plus élevé de consommateurs qui pensent que les régulateurs gouvernementaux sont les plus responsables de la prévention de la fraude.

Aux États-Unis, près d'un quart des personnes interrogées (22 %) n'ont pas confiance dans la capacité de leur banque ou de leur carte de crédit à traiter les frais frauduleux ou les activités suspectes, mais pas autant qu'au Japon, où près de la moitié des personnes interrogées affirment ne pas avoir confiance dans leurs institutions financières.

Un quart des Américains (25 %) déclarent consacrer moins d'une heure par an à vérifier leurs comptes à la recherche d'activités frauduleuses, tandis que plus de deux consommateurs américains sur cinq (44 %) passent moins de dix heures par an à vérifier leurs comptes bancaires.

Les États-Unis connaissant le plus grand nombre de cas de fraude financière, il est logique qu'ils aient le pourcentage le plus élevé de personnes interrogées ayant dû contacter leur banque ou leur société de cartes de crédit pour faire annuler une carte, contester un débit ou déclarer avoir perdu de l'argent à la suite de frais frauduleux.

L’étude révèle des différences entre les générations

Le rapport a également mis en évidence un large éventail de différences générationnelles, les Millennials (nés entre 1981 et 1996) étant systématiquement les plus grandes victimes de toutes les formes de fraude, qu'il s'agisse de fraude à la carte de crédit ou de débit, au porte-monnaie numérique, au paiement numérique, de fraude bancaire ou fiscale.

Les membres de la génération X (nés entre 1965 et 1980) ont déclaré le deuxième plus grand nombre d'opérations frauduleuses effectuées par leurs cartes de crédit ou leurs applications de paiement numérique, tandis que les membres de la génération Z (nés entre 1997 et 2012) ont déclaré le troisième plus grand nombre de cas de perte d'argent à la suite d'opérations frauduleuses.

De tous les groupes générationnels, ce sont les Millennials qui passent également le plus de temps à essayer de récupérer l'argent qu’ils ont perdu en raison de frais frauduleux, à contester ces derniers et à vérifier leurs comptes pour y déceler toute activité frauduleuse ou inhabituelle. Les membres de la génération Z sont les 2ème à passer le plus de temps à s'attaquer aux activités frauduleuses, suivis des membres de la génération X et des baby-boomers.

Lorsqu'ils ont été interrogés sur leurs expériences d'utilisation d'applications de paiement numérique, notamment PayPal, Venmo et Square, les membres de la génération Z ont révélé avoir été le plus souvent victimes de fraude par le biais d'applications de paiement numérique, alors que toutes les autres générations ont connu des problèmes de sécurité financière le plus souvent en raison de la fraude à la carte de crédit. Les membres de la génération Z étaient également la génération la moins touchée par la fraude à la carte de crédit.

Alors que les Millennials et les membres de la génération Z craignent que la fraude financière ne se produise le plus souvent via leurs applications de paiement numérique, pour les membres de la génération X et les Baby-Boomers, les cartes de crédit sont la plus grande préoccupation en ce qui concerne les cibles potentielles de fraude.

Les baby-boomers (nés entre 1946 et 1964) sont ceux qui ont déclaré le moins de cas de frais frauduleux dans presque toutes les catégories, et qui ont également passé le moins de temps à essayer de récupérer l'argent qu’ils ont perdu en raison de frais frauduleux ou à contester ces derniers.

Toutefois, si l'on poursuit la ventilation par génération, les Millennials sont plus susceptibles d'acheter auprès d'entreprises offrant une protection contre la fraude, tandis que les Baby-Boomers sont les moins susceptibles de le faire.

Autres résultats
• La fraude à la carte de crédit est le type de fraude le plus répandu dans tous les pays. Près d'un tiers (31 %) des Brésiliens ont été victimes d'une fraude à la carte de crédit.
• Les consommateurs brésiliens et singapouriens sont les plus préoccupés par les questions de sécurité financière (85 % des Brésiliens et 79 % des Singapouriens interrogés citent des préoccupations liées à la fraude à la carte de crédit), mais une part importante dans tous les autres pays est préoccupée par la fraude à la carte de crédit, la fraude à la carte de débit, la fraude au paiement numérique, la fraude au portefeuille numérique et la fraude bancaire.
• En moyenne, les adultes allemands ont perdu davantage d'argent à cause de frais frauduleux que les adultes de n'importe quel autre pays - avec une moyenne de 3 520 euros (3 917 $ US) perdus au cours des douze derniers mois à cause de frais frauduleux. Singapour a enregistré le deuxième montant le plus élevé de frais frauduleux, avec une moyenne de 1 648,52 dollars singapouriens (1 217 dollars américains) par adulte.
• Les Japonais interrogés ont moins confiance dans la capacité de leur banque/société de carte de crédit à gérer la fraude (seulement 59% ont confiance dans la capacité de leur institution financière à gérer la prévention de la fraude), mais une majorité dans tous les autres pays a confiance dans la capacité de leur banque/société de carte de crédit à gérer la fraude.
• Une majorité d'adultes dans tous les pays sont « plus susceptibles » d'acheter un produit auprès d'une entreprise ayant mis en place une technologie de prévention de la fraude, avec en tête le Brésil (91%) et la Chine (90%).

À propos du rapport IBM 2022 sur l'impact de la fraude financière mondiale
IBM a commandé cette étude pour continuer à comprendre les défis actuels auxquels les consommateurs sont confrontés en matière de fraude financière, ainsi que la capacité des institutions financières mondiales à garder le contrôle de leur infrastructure critique pour fournir des transactions de paiement sécurisées en temps réel.
L'étude a été commandée par IBM et réalisée par Morning Consult, une société d'études de marché tierce basée aux États-Unis. L'étude a été menée auprès de 1000 adultes dans six pays : les États-Unis, la Chine, Singapour, le Brésil, le Japon et l'Allemagne. L'étude a été réalisée en ligne et les données ont été stratifiées pour correspondre à un échantillon cible d'adultes aux États-Unis, en Chine, à Singapour, au Brésil, au Japon et en Allemagne en fonction de l'âge et du sexe, puis pondérées en fonction de l'âge, du sexe, de la race et du niveau d'éducation. Les résultats de l'enquête complète ont une marge d'erreur de plus ou moins 3 points de pourcentage.

Le rapport complet peut être téléchargé ci-dessous (PDF 23 pages en anglais).

Impact de la fraude financière mondiale (IBM)
Laurent Leloup - Finyear
Advisor / Blockchain, DeFi, ICO, Finance 3.0
Auteur de Blockchain, la révolution de la confiance
"La blockchain n’est pas la révolution tant annoncée, elle n’est que l’outil d’un monde lui-même entré en révolution"


Mercredi 6 Avril 2022




Articles similaires
< >

Jeudi 19 Mai 2022 - 20:20 State of Crypto 2022


OFFRES D'EMPLOI


OFFRES DE STAGES


NOMINATIONS


DERNIERES ACTUALITES


POPULAIRES