Le quotidien du futur de la finance depuis 2005 (Fintech, Blockchain, DeFi, IA)
              



Hyper liquidité = hyper volatilité (2/2)


Lettre (exceptionnelle) du 11 novembre 2020 par Eric Galiègue - VALQUANT.



L’exceptionnelle volatilité des marchés nécessite une note spéciale.

Comme nous l’indiquions dans notre précédente lettre du vendredi, les dénouements des trois risques majeurs sont en cours, et les éléments d’actualité s’enchainent pour modifier le contexte des marchés en cette fin d’année.

Joe Biden est le nouveau et très bienvenu président des USA : nous espérons qu’il fera vite oublier la vulgarité et l’outrance de son prédécesseur. On perçoit comme un gigantesque soulagement et une baisse générale du risque, en raison de l’accession au pouvoir d’un Président digne de ce nom, qui se comporte en Président et veut mettre en œuvre une politique construite autour du « New Green Deal ». C’est le premier risque majeur qui disparait : le risque Trump.

Pfizer a découvert un vaccin efficace à 90% : un tel succès est exceptionnel, et si le laboratoire américain associé à une biotech européenne dit vrai, dans quelques mois une production en grande série sera possible. A la fin de l’année 2021 le Coronavirus ne sera plus qu’un mauvais souvenir. Évidemment cette accélération probable de la mise au point d’un vaccin est une bonne nouvelle, mais elle ne change pas profondément la donne : l’économie mondiale va demeurer très fragile dans les 6 prochains mois. Les périodes de confinement peuvent durer, et les déconfinements seront très progressifs, ce qui limitera d’autant le rebond économique.

Le Brexit est toujours en négociation, et le sujet de la pèche pourrait enfin donner lieu à un compromis. La position de la chambre des Lords contrarie Boris Johnson dans sa volonté de revenir sur les engagements pris vis-à-vis de l’Union Européenne, notamment quant aux protocole nord-irlandais conclu avec l'UE. Cet élément va-t-il faciliter l’obtention d’un accord in extremis ? Une telle perspective constituerait « le grand schelem », même si, bien sûr, il sera plus difficile de commercer avec le Royaume Uni à partir du 1er janvier…

Les trois dénouements semblent se dérouler au mieux. Le cours des actions n’en attendait pas tant. Le CAC 40 vient de s’apprécier de 18,6% entre le 29 octobre (clôture) et le 10 novembre (clôture). Entre les plus bas et les plus hauts intraday, il y a plus de 20% en une dizaine de jours. Le cours de l’indice est passé brutalement au-dessus de ses moyennes mobiles 3 mois et un an, et sa configuration est désormais haussière. Face à une telle frénésie, il est nécessaire de se poser et de revoir les grandes hypothèses de travail pour 2021.

Tout se passe comme si le marché se comportait pour l’ensemble de l’économie, comme il le fait pour une action cotée. Seul le bénéfice récurrent compte, la perte exceptionnelle n’a pas d’importance. La crise sanitaire est une perte exceptionnelle non récurrente, il faut vite l’oublier et revenir à la normale. Idem pour Trump et le Brexit. Dès lors nous proposons de mettre à jour le calcul que nous avons déjà proposé, qui consiste à multiplier le PER moyen observé en 2019, par le bénéfice attendu en 2022. Cet exercice donne un ordre de grandeur de l’évaluation raisonnable du CAC 40 dans son ensemble à horizon 2022 et surtout de ses 40 constituants, dont 11 viennent de s’apprécier de plus de 30% depuis le 29 octobre…
Le tableau de la page suivante est riche de nombreux enseignements, que nous continueront à commenter dans notre lettre de vendredi.

En résumé, le cours « spot » de l’indice CAC 40 dans 2 ans, est de 5 325 points, soit 2% de plus que le cours pratiqué actuellement. Le potentiel de l’indice CAC 40 est donc négatif de -2%. En revanche, la moyenne équipondérée des potentiels des actions composant le CAC 40 est de +14,8%. Cela reflète la sous-évaluation des plus petites capitalisations et une polarité toujours exceptionnelle entre LVMH ou Schneider (potentiel de l’ordre de -20%) et ARCELOR ou Unibail (potentiel supérieur à 60%). Si on veut bien admettre que les prix peuvent s’écarter de 10% de l’objectif du CAC 40 pondéré, calculé pourtant sur la base d’un PER moyen pondéré de 15,3 le cours du CAC 40 atteindrait 5 858, ce qui lui laisserait une marge de progression en 2 ans, de moins de 8%. En ce qui concerne les indices américains, le potentiel à 2 ans du Nasdaq serait de -3%, alors que celui du S&P 500 serait de +15%, comme la moyenne équipondérée des actions du CAC 40. La conclusion est toute trouvée : l’indice le plus attractif est le S&P 500, ainsi que les actions de taille moyenne et petite, plutôt « value ».

Conclusion d’investissement : La hausse de 2021 semble faite. La perspective d’une nouvelle hausse des ratios d’évaluation peut justifier les cours actuels, dans un cadre d’hyperliquidité triomphante. A court terme nous ne pouvons que recommander la prudence, à nouveau.

Taux d’intérêt et devises : les taux américains à 10 ans se rapproche de 1%, soir un quasi doublement depuis début aout. Les taux européens ont très peu progressé. L’€ s’est stabilisé à 1,18$

Matières premières : forte hausse du cours du pétrole, qui atteint 44$
Eric Galiègue
Eric Galiègue

Eric GALIEGUE
Analyste financier indépendant,

Président de VALQUANT EXPERTYSE SAS
Membre de l'AFITE
Enregistré à l' ORIAS sous le N° 11059738

7 rue Greffulhe
75 008 PARIS
01 42 93 23 68
06 82 84 78 61
eric.galiegue@valquant.fr


www.valquant.fr





No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.



Dimanche 8 Novembre 2020
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles


Newsletter quotidienne gratuite


Le marché des cryptos