Future Finance, Fintech, DeFi | Daily News
              



Guillaume de Landtsheer, NetApp France


Entretien avec Guillaume de Landtsheer, Directeur Général de NetApp France



Bonjour, Guillaume de Landtsheer. pouvez-vous nous présenter NetApp ? Quel est le cœur de votre activité ?

Depuis près d’un an maintenant, j’ai la chance de diriger la filiale française de NetApp, un leader mondial des services de données dans le cloud. En France, nous fournissons aujourd’hui des systèmes de gestion de données, qu’il s’agisse de baies de stockage, de logiciels de monitoring ou encore de services cloud, à l’ensemble des grands groupes du CAC 40 et à une bonne partie des PME, notamment dans le secteur financier, avec des références comme Macif, la BNP, la Société Générale, la BRED… Lorsque quelqu’un utilise les services de sa banque, les données générées transitent très probablement sur des solutions NetApp !

)Expliquez-nous comment NetApp permet d’accélérer la transformation digitale des entreprises ?

En 2015, George Kurian, PDG de NetApp, a théorisé un concept technologique, la Data Fabric, qui est devenu depuis l’une des principales clés de transformation digitale, en particulier lorsqu’en 2019, le grand cabinet d’analystes et de conseil aux entreprises Gartner l’a mis à l’agenda de tous les DSI de la planète comme priorité IT des années à venir. La Data Fabric, c’est la capacité à simplifier le multi-cloud hybride et à fournir en toute sécurité les justes données, services et applications aux bonnes personnes, au bon moment et endroit.
Notre métier est donc d’aider les entreprises à construire leur Data Fabric, en utilisant aussi bien les capacités de leurs systèmes résidents, dit « on premise » dans notre jargon, que dans le cloud, qu’il soit public, comme chez Microsoft Azure, AWS ou Google Cloud par exemple, ou privé, hébergé directement dans le datacenter de l’entreprise où chez un fournisseur de Cloud local, comme par exemple Outscale, OBS ou encore OVH. La grande grande force de NetApp est d’avoir des accords de partenariat technologique avec de très nombreux acteurs du cloud, internationaux ou locaux, permettant ainsi à nos clients de choisir sur quelles briques ils souhaitent s’appuyer pour déployer leur Data fabric.

Votre activité commerciale a-t-elle été impactée par la crise du Covid-19 ?

NetApp a la chance d’être une société rompue au télétravail, et les équipes ont pu être opérationnelles tout au long de la crise du Covid-19. Nous suivons avec attention l’évolution de la situation économique de notre réseau de distribution et de nos clients, et apportons, avec l’aide de nos partenaires technologiques, notre expertise, en conseillant sur les bons choix d’infrastructures et solutions à mettre en œuvre pour assurer la continuité d’activité, grâce notamment au télétravail, mais également au renforcement de la sécurité des données, contre les attaques de ransomwares par exemple. Jusqu’ici, la situation économique des entreprises IT, et tout particulièrement celles offrant des services de données dans le Cloud, reste donc stable.

Vous venez de racheter plusieurs start-up depuis le début de l’année, la toute dernière étant Spot. Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre stratégie de développement et votre ambition ?

Ces dernières années, les initiatives de transformation numérique se sont accélérées et restent la priorité absolue des entreprises, en particulier dans l'environnement actuel, et les Cloud publics offrent la vitesse et la flexibilité nécessaires pour naviguer dans cette nouvelle normalité alors que les entreprises trouvent de nouvelles façons de travailler, d'interagir et de faire des affaires. Cependant, les Cloud non optimisés peuvent être coûteux et ralentir la transformation de l'entreprise. L’acquisition de Spot et des précédentes startups spécialistes du Cloud ces derniers mois, permet à NetApp d’enrichir son portefeuille de solution Cloud, pour répondre à ces nouveaux besoins.

La Caisse des Dépôts a adopté votre solution pour optimiser le stockage de ses données. Quels sont ses besoins et comment pouvez-vous l’accompagner ?

Dans ce cas précis, il ne s’agit pas simplement d’une problématique de stockage de données. L’objectif principal de l’Informatique de la Caisse des Dépôts, filiale du groupe Caisse des Dépôts en charge de la gestion de l’IT du groupe, est de gagner toujours plus en flexibilité et en performance dans ses maillages de données, afin de pouvoir offrir toujours plus de services au groupe et à ses nombreux partenaires. En adoptant les technologies NetApp, l’iCDC a pu ainsi construire une véritable Data Fabric, pour gérer des volumes croissants de données non structurées, sur des emplacements toujours plus gourmands en stockage et durabilité, et en garantissant la conformité des informations enregistrées et leur conservation, et enfin, en maitrisant le coût de maintien de leur infrastructure. L’intérêt principal de nos solutions, et ce sont les mots d’Allan Denis chez l’iCDC, est qu’elles n’enferment pas dans un schéma figé, mais offrent la possibilité à tout moment d’avoir la capacité de les faire évoluer de façon sécurisée.

Pour terminer, d’après-vous, est-ce que la crise sanitaire a été un tournant pour l’adoption du Cloud Computing par les entreprises ?

Ce point peut sembler évident, mais la réalité nous montre surtout que rien n’a pu préparer le monde des affaires à la crise, je pense notamment à la soudaine expérience de télétravail à très grande échelle que nous traversons actuellement. L’ampleur de la crise sanitaire à travers le monde pousse en effet les entreprises à acquérir une flexibilité opérationnelle malgré des systèmes informatiques en surcharge. Il y a finalement trois points que les entreprises doivent dorénavant garder à l’esprit, pour s’assurer d’une bonne continuité opérationnelle de l’activité : le premier, c’est qu’une infrastructure qui ne se connecte pas au Cloud n’est aujourd’hui plus au niveau des attentes des clients évidemment qui souhaitent des services instantanés, sécurisés et robustes, mais surtout, des collaborateurs, pour lesquels il faut pouvoir être capable de déployer rapidement dans le cloud des applications informatiques et des bureaux virtuels.
Le second point, consiste à protéger et maximiser les infrastructures de cloud hybride, c’est un élément auquel l’intelligence artificiel et les outils d’analyse temps réel peuvent répondre. Et enfin, les entreprises doivent s’assurer de la gestion et de la disponibilité sûre et optimale de leurs données, grâce à des solutions reprenant dans le cloud les fondamentaux d’une infrastructure sur site, notamment son système d’exploitation. Si ces trois conditions sont réunies, l’adoption du cloud computing n’est plus qu’une formalité, les entreprises seront préparées pour de futures crises du type de celle que nous avons connue, mais surtout, seront en mesure d’offrir des conditions de travail modernes à leurs employés, et des services à la pointe pour leurs clients.



No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.


Lundi 29 Juin 2020
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles