Quotidien Finance, Crypto Daily News


              



François Chérèque et la RSE


François Chérèque, premier leader syndical à avoir une vision stratégique de la RSE (responsabilité sociétale d’entreprise). La CFDT va obliger les entreprises à se positionner sur le sujet, pour ou contre …



Patrick d’Humières
Patrick d’Humières
Les propos de François Chérèque, confiés au Monde (eco-entreprise, 11 septembre 2012) avant la conférence environnementale, sont à marquer d'une pierre blanche dans la difficile réinvention d'une politique contractuelle à la française. Dans l'esprit de l'ouverture à faite au JDD il y a 8 jours, appelant à revisiter le deal social, Le secrétaire général de la CFDT fait passer trois messages importants. La RSE a du sens si elle fait entrer les entreprises dans une logique de développement durable où le social n'a pas moins d'importance que l'environnemental. Il ouvre la porte à des alliances ong- syndicats pour mener des combats sociétaux avec succès, lorsqu'ils mettent en danger les marques. Il considère que plus que la participation aux CA des entreprises, le droit de discuter la stratégie globale, via le reporting RSE, est un levier majeur pour le syndicalisme dans l'entreprise et message caudal au Medef : s'il veut parler « flexsécurité », qu'il mette la RSE dans le dialogue social... Sans grande illusion sur la capacité de l'europe à reformuler un modèle social, le responsable de la CFDT laisse entendre néanmoins que le chemin est dans cette vision de l'économie responsable partagée par les employeurs et les salariés et que rien d'autre ne nous est proposé.

Alors que jusqu'à maintenant les dirigeants sociaux se gaussaient – à juste titre - d'une RSE instrumentalisée par la communication d'entreprise, la CFDT ose dire qu'il y a autre chose derrière et que si on joue le jeu du dialogue et des bonnes pratiques sociales, la méthode a du sens. Cette invitation à « jouer le jeu » de compromis au service d'objectifs de développement durable, donne un coup de vieux au ralliement du Medef à la RSE, le 7 mars dernier. Mettant fin à des conflits patronaux idéologiques sur le sujet, Laurence Parisot avait vanté l'intérêt de la RSE mais restait largement sur le quai des bonnes pratiques volontaires et des démarches à la main des directions, sans trop de négociation au passage et avec peu d'ambition sociale. L'Administration socialiste qui aurait pu porter ce projet, que Harlem Désir notamment avait ouvert au Parlement européen, se fait doubler, à la veille d'une conférence environnementale où on attend ses propositions en la matière. Quant à la CGT et aux autres syndicats, ils ne pourront pas longtemps conserver un grand dédain pour le sujet, si l'alliance direction cfdt saisit la balle au bond, des accords cadres internationaux, de plans d'innovation économique et sociale à la fois et du pari sur de nouveaux projets technologiques, pour qu'on s'attache plus aux perspectives qu'aux seuls risques du progrès.

La RSE ne peut plus être le seul champ d'innovation des directions d'entreprise. Les salariés doivent y trouver plus départ et on sait qu'il n'attendent qu'à s'investir dans des démarches d'entreprises ayant plus de sens que d'intérêt. Pour cela, il faut relancer le dialogue parties prenantes, en l'ouvrant aux IRP et plus seulement aux ONG. Il faut décloisonner les négociations. Il faut oser soumettre le reporting aux représentants salariés et valider définitions et commentaires avec eux. Si la RSE a un objectif, c'est bien de réduire la conflictualité. Et si un syndicat tend la main, ce serait stupide et dans les circonstances actuels « un crime contre l'entreprise » de ne pas la saisir ». Car le redressement industriel passe par cette alliance des acteurs sociaux avec la Société, pour proposer une offre et des comportements économiques plus en phase avec la nouvelle donne mondiale qui gagne la France à toute allure. Merci à François Chérèque de prendre son risque pour mettre ce pavé dans la mare des conservatismes sociaux . A coup sûr, faire de la RSE sauvera plus notre économie que l'exil fiscal...

Patrick d’Humières
www.institutrse.com

Mercredi 19 Septembre 2012
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite




Cryptocurrencies



Finyear - Daily News