Quotidien Corporate & Crypto Finance - Daily News


              



Evaluation d'entreprise : gare à l'erreur !


Intéressant article de MM. Pansard et Preau dans la revue SIC d'avril 2012 concernant les erreurs en matière d'évaluation d'entreprise. L’évaluation d’entreprise est une tâche complexe et importante pour les professionnels comptables. La mauvaise utilisation des comparables et l’évaluation des entreprises nouvelles ou en difficultés sont deux points qu’il ne faut pas oublier.



Ivan Tchotourian
Ivan Tchotourian
La méthode des comparables définit que les prix constatés lors de transactions portant sur des firmes similaires sont des indicateurs utiles de la valeur d’une entreprise. Pourtant, elle soulève plusieurs problèmes de taille :
- Sur le marché français, il y a trop peu de données de transaction pour les TPE/PME, ce qui induit des échantillons de tailles insuffisantes ou trop différentes pour donner une vraie valeur à la comparaison ;
- Les modalités de règlement, ainsi que les garanties données par les cédants ont un impact sur le prix ;
- Pour qu’un multiple soit utilisable dans une comparaison, il faut que le rendement des capitaux investis soit assez proche pour que la comparaison ait du sens ;
- Il ne faut pas considérer que le prix est un reflet exact de la valeur, car les opérateurs peuvent modifier ces données selon leurs envies avec les phénomènes de bulles.

La dernière erreur touche les cas les plus délicats en matière d’évaluation que sont les entreprises nouvelles ou en difficultés. Ces deux situations présentent des similitudes car ce sont les évaluations les plus complexes à effectuer, qui ne peuvent pas être comparées au passé et ou la méthode des comparables n’est pas utilisable. Le professionnel comptable doit donc être vigilant sur un certain nombre de points :
- Les facteurs d’incertitude et leur impact ;
- Les opportunités de réalisation de valeur à faible probabilité mais à fort impact.

L’incertitude qui est un facteur négatif pour les entreprises classiques peut être créatrice de valeur dans les entreprises en retournement ou les starts-up. En conclusion, ces erreurs sont souvent dues à l’insuffisance de l’analyse économique et l’application mécanique de modèles arithmétiques qui peuvent donner au lecteur une fausse impression de sécurité.

A la prochaine...

Ivan Tchotourian
Maître de conférences à l'Université de Nantes
Chercheur associé à la Chaire en droit des affaires et du commerce international (Canada)
droit-des-affaires.blogspot.com/

Mercredi 16 Mai 2012
Notez


DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par Rémy Mahoudeaux le 21/05/2012 10:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nonobstant le respect que j'ai pour la profession de comptable, je ne crois pas que ses objectifs soient d'évaluer des entreprises. Je sais que les régulateurs et leur active promotion du concept de fair value tendent à démontrer le contraire, mais je pense que les métiers d'évaluateur et de comptable sont différents.

Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies




Finyear - Daily News