Digital & Decentralized Finance, Blockchain Daily News
              



Et si la Grèce sortait de la zone euro ?


Comme dit le dicton « quand on veut se débarrasser de son chien, on dit qu'il a la rage »…



Marc Touati
Marc Touati
Ainsi, alors que la crise de la dette publique grecque dure depuis bientôt deux ans et qu'elle paraît de plus en plus inextricable, un nombre croissant d'économistes, d'hommes politiques et d'observateurs en tous genres laisse croire que la sortie de la Grèce de la zone euro pourrait résoudre tous nos problèmes. A les entendre, cette issue permettrait non seulement de mettre un terme à la crise eurolandaise, mais aussi aux déboires grecs. Leur argumentation paraît imparable : en sortant de l'UEM, la Grèce en profiterait pour engager un moratoire de sa dette publique qu'elle négocierait « sereinement » avec ses créanciers, tout en dépréciant fortement sa devise (redevenue la drachme), ce qui lui assurerait ensuite une meilleure compétitivité prix et redorerait le blason de sa croissance. Dans le même temps, une fois l'abcès percé, la zone euro sortirait de l'incertitude et pourrait reprendre son cours normal, sans le « boulet grec »…

Si cette théorie peut apparaître séduisante, elle n'en demeure pas moins erronée et surtout dangereuse. Tout d'abord, cette stratégie que l'on pourrait qualifier du « bouc émissaire » oublie une réalité fondamentale : la crise en question ne se résume pas aux seules difficultés hellènes, mais concerne l'ensemble de la zone euro. Et pour cause : au sein de cette dernière et à l'exception de l'Allemagne, des Pays-Bas et du Luxembourg, aucun pays ne parvient à réaliser une croissance économique suffisante ne serait-ce que pour rembourser les intérêts de sa dette publique. Et ce, depuis quatre ans. Il ne s'agit donc pas d'un accident conjoncturel mais d'une donnée structurelle. D'ailleurs, compte tenu du ralentissement qui s'installe dans la zone euro et qui pourrait même se transformer en récession, l'Allemagne et les Pays-Bas rejoindraient, à leur tour, le peloton des « mauvais élèves ».

Autrement dit, que la Grèce soit ou ne soit pas dans la zone euro, la crise de la dette publique continuera de plus belle, dans la mesure où la croissance reste trop faible. A la rigueur, si la Grèce sort de l'UEM et que l'euro s'apprécie de nouveau, cela cassera encore un peu plus l'activité économique, alimentera les déficits publics et fera encore gonfler la bulle de la dette.

En outre, il ne faut pas oublier qu'il n'est pas prévu par le Traité de l'UEM qu'un pays soit exclu de cette dernière. Seule la Nation en question peut décider de sa sortie, de manière souveraine. Ni l'Allemagne, ni aucun autre Etat eurolandais ne pourront donc décider d'exclure la Grèce. Et quand bien même, cette dernière accepterait de quitter le navire, cela se traduirait par une asphyxie générale de son économie et par l'impossibilité de financer ses déficits publics. Il est effectivement inévitable que si les créanciers doivent subir un moratoire, ils ne se précipiteront pas pour acheter de nouveau des obligations de l'Etat grec. Le pays s'enfoncerait donc dans une spirale infernale tant d'un point de vue économique, financier et surtout social. N'oublions pas que la faillite de l'Argentine a suscité une crise sociale de presque dix ans, qui n'est d'ailleurs toujours pas complétement finie.

Dans ce cadre, un tel marasme pourrait amener la Grèce à choisir des solutions extrêmes, par exemple en trouvant un « chevalier blanc » qui assurerait sa stabilité financière en échange de certains actifs. Car, en dépit de ce que l'on entend ici ou là, ces derniers sont nombreux en Grèce (les ports, les aéroports, les autoroutes, les sites touristiques…). Ayant déjà commencé à s'y implanter, la Chine pourrait très bien jouer ce rôle. Après s'être imposé en Asie et en Afrique, l'Empire du Milieu arriverait ainsi en force sur le Vieux Continent. Au-delà de l'avantage géostratégique pour la Chine, cela permettrait également à la Grèce de sortir de la zone euro sans trop de dégâts.

Dès lors, ce choix pourrait faire tâche d'huile et tenter d'autres pays eurolandais, à commencer par le Portugal et pourquoi pas l'Espagne, qui avec des taux de chômage de respectivement 12 % et 21 % sont déjà au bord de la crise sociale. L'effet domino tant redouté pourrait alors s'imposer, entraînant la zone euro dans un « trou noir » dévastateur.

En fait, même si la Chine ne venait pas à la rescousse de la Grèce, il est clair qu'une sortie de cette dernière de la zone euro créerait un précédent et entraînerait l'UEM dans une phase d'incertitude majeure. Or, si les banques européennes peuvent faire face à un défaut de la Grèce, elles ne pourraient supporter une crise généralisée à la majorité des pays eurolandais. Des faillites bancaires se produiraient alors, aggravant encore la situation économique de l'ensemble de la zone euro et entraînant cette dernière dans une crise sociale sans précédent, et pour longtemps...

En conclusion, la sortie de la Grèce de la zone euro n'est pas la solution miracle. Loin s'en faut. Pour sortir véritablement de la crise, il faut engager de front une triple démarche. La première est d'ordre politique et consiste à afficher une unité crédible (et pas seulement de façade) pour confirmer au monde que les Etats eurolandais refusent becs et ongles une explosion de la zone euro. Il faut avouer que les déclarations du ministre allemand de l'économie du week-end dernier n'ont pas été dans ce sens et ont, bien au contraire, mis le feu aux poudres.

La seconde stratégie est économique et doit mettre en œuvre une politique de soutien appuyé à la croissance, notamment via un niveau de l'euro plus normal (c'est-à-dire vers les 1,20 dollar), une étreinte monétaire assouplie et une politique budgétaire efficace à l'échelle de l'Union.

Enfin, parallèlement à ce double sauvetage, la Grèce doit aussi engager une profonde réforme de son économie, notamment sur le front de la réglementation, des dépenses publiques et des recettes fiscales.

Tant que les dirigeants de la zone euro ne sauront pas mettre en pratique ces trois stratégies de bon sens, l'UEM restera menacée et les risques de contagion iront croissant. La bonne nouvelle est donc que la solution existe. La mauvaise est que les dirigeants eurolandais ne semblent pas disposés ou tout simplement capables de la mettre en œuvre. Dommage…

Marc Touati
Economiste.
Directeur Général de Global Equities.
Président du cabinet ACDEFI (premier cabinet de conseil économique et financier indépendant).

www.acdefi.com


Vendredi 16 Septembre 2011
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News