Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



Entreprises : n’ayez-pas peur d’embaucher des jeunes et des seniors !


Nombre d'articles et de reportages sont consacrés au vieillissement de la population, un problème particulièrement important notamment au Japon, où les plus de 65 ans pourraient représenter 40 % de la population d'ici à 2060, contre 25 % actuellement. A l'autre extrême, certains pays ont de graves difficultés dans le domaine de l'emploi des jeunes : ainsi en Espagne, 56 % des jeunes sont actuellement sans travail.



Frédéric Bleuse
Frédéric Bleuse
Comment améliorer l'intégration des seniors, tout en offrant des opportunités à des jeunes qui terminent leurs études ?

Commençons par les seniors. Au niveau des postes de direction, leur expérience prime. A de tels postes, des personnes capables de porter des jugements en fonction de leurs propres expériences, des personnes ayant connu des échecs et des succès, et qui sont capables d'en comprendre les raisons sont particulièrement recherchées. Elles sont les mieux placées pour guider une équipe dirigeante dans la bonne direction et tirer l'entreprise vers le haut.

Les seniors font cependant encore l'objet de préjugés largement répandus - nombre de personnes âgées de plus de 50 ans en ont fait les frais par le passé, notamment en période de récession économique. Aux Etats-Unis, le nombre de plaintes déposées en vertu de la loi sur la discrimination fondée sur l'âge au travail a augmenté de 48 % entre 1997 et 2010.

Le bon sens et la flexibilité sont les seules réponses à apporter. Et elles s'appliquent également à l'autre extrémité de la pyramide des âges. Ainsi est-il primordial de reconnaitre la valeur des jeunes dans le milieu du travail. En plus d'être généralement plus dynamiques et désireux d'apprendre, ils sont également beaucoup plus à l'aise avec les technologies informatiques et les médias sociaux, qui créent de nouveaux marchés et de nouvelles opportunités commerciales chaque jour.

Or, l'Organisation Internationale du Travail (OIT) a lancé un appel pour mettre en garde contre une génération « traumatisée » de jeunes travailleurs, qui sont soit au chômage soit obligés de travailler pour des salaires excessivement bas, et qui pourraient, à terme, perdre confiance dans les systèmes politiques et économiques.

Ainsi, de nombreuses économies africaines sont confrontées au problème inverse du Japon : leur économie croît, mais les jeunes sont exclus du marché du travail. Selon les estimations de la Banque mondiale, l'Afrique devra créer 100 millions d'emplois supplémentaires d'ici 2020 pour maintenir le taux d'emploi actuel. En Europe, près d’un jeune sur quatre (23,4%) est en recherche d’emploi. Ce pourcentage s’élève à 25,5% en France, 36% en Italie, 39% au Portugal, 56% en Espagne et 57% en Grèce.

Il est important que les employeurs interviennent et fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour rétablir l'équilibre. Par exemple, pourquoi insister sur des éléments tels que l'expérience professionnelle préalable ou demander des références, lorsqu'il est possible de mettre en place un test spécifique pour l'emploi en question, afin que chaque jeune candidat ait les mêmes chances.

Comment attirer les meilleurs éléments de chaque génération dans son entreprise ?
Les jeunes ne sont pas aussi attachés aux habitudes de travail et de trajet que les générations précédentes ; ils veulent de la flexibilité et pouvoir travailler de chez eux ou en déplacement. De leur côté, un bon nombre des plus de 65 ans recherchent un autre genre de flexibilité : ils veulent continuer à travailler, mais selon leurs conditions - en faisant peut-être moins d'heures et en travaillant moins de cinq jours par semaine.

Trois entreprises semblent donner le bon exemple en la matière : BMW a modifié une ligne de production, afin que les outils, les chaises et les sols soient adaptés à un personnel plus âgé, qui tout en étant aussi productif que les autres collaborateurs de l'entreprise, enregistre des taux d'absentéisme moindres ; McDonalds, au Royaume-Uni, a vu la satisfaction de ses clients augmenter de 20 % dans les restaurants employant des collaborateurs de plus de 60 ans ; enfin Vita Needle, une entreprise familiale spécialisée dans la fabrication de tubes en acier, emploie un personnel à temps partiel dont la moyenne d'âge est de 74 ans !

On se rend donc bien compte que pour tout bon employeur, l'âge n'est pas un critère déterminant. Son objectif est de choisir les personnes ayant les qualités requises pour le poste en question. Cela implique une flexibilité à de multiples niveaux et la mise en place d'un plan de recrutement ouvert à tous les âges.


Frédéric Bleuse, Directeur Général France de Regus
www.regus.fr

Jeudi 16 Mai 2013
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News