Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



Emerging Banking Report 2011 sur l’expansion des réseaux bancaires dans les pays émergents


Fort de l’expérience de ses équipes sur les marchés émergents, VELHON Partners, cabinet de conseil indépendant dans le secteur de la Banque et des Services Financiers, publie l’EBR 2011 - Emerging Banking Report* - étude exhaustive sur l’expansion des réseaux bancaires dans les pays émergents.



L’étude qui compare les dynamiques entre les différents pays et les stratégies des acteurs bancaires en fonction de la nature de leur actionnariat ou de leur maturité, révèle une dynamique contrastée des réseaux au sein des économies émergentes.

Ces travaux s’appuient sur le classement annuel VELHON300, renforçant les analyses par la revue et l’analyse individuelle des acteurs.

Une décennie de conquête
S’appuyant sur la croissance soutenue de leurs économies au cours de la dernière décennie, les réseaux bancaires des pays émergents ont connu une forte expansion accompagnant ainsi la bancarisation progressive de leurs économies. Cette période de conquête a connu son apogée au cours des années 2007 et 2008 où la croissance moyenne des réseaux était de l’ordre de 10%

Depuis, la crise financière a rattrapé les économies émergentes et les croissances à deux chiffres des réseaux d’agences sont plus rares. « La crise financière a été pour certaines banques et même des marchés entiers révélateurs de certaines faiblesses voire l’occasion de changements de cap. La crise a certes entrainé une décélération mais elle a surtout exacerbé des situations contrastées notamment en fonction des zones d’implantation géographiques et des types d’acteurs», affirment les Directeurs associés de VELHON Partners.

Un ralentissement inégal des réseaux enclenché dès 2009
Alors que les pays émergents étaient apparus comme des relais de croissance pour de nombreux établissements lors des premières années de la crise, les réseaux y ont fortement décéléré à partir de 2009, avec une décroissance de plus de 8 points en 2010.

Cette tendance générale cache toutefois des évolutions contrastées :
· Avec 2,5% de croissance en 2010 contre 14% en 2008, les banques étrangères opérant dans les pays émergents sont les plus impactées par la crise
· A l’inverse, les banques d’état ont peu amendé leurs stratégies de développement de leurs réseaux bancaires, du fait du maintien de politiques publiques volontaristes en matière de bancarisation et de stratégies souvent plus prudentes.

Une autre distinction réside dans la taille des banques :
· D’un côté, les grandes banques ont pu maintenir une croissance de leurs réseaux
· De l’autre, les établissements plus petits ont su profiter d’une agilité supérieure pour maintenir une croissance significative (5%) de leurs réseaux en 2010.
· Notamment pénalisée par des contraintes de risque et de rationalisation des tâches administratives, la croissance des réseaux des établissements de taille intermédiaire a en revanche chutée.

Europe émergente : une stabilisation des réseaux depuis deux ans
Avec plus des 2/3 tiers des réseaux sans aucune croissance, voire en récession en 2010, la croissance des réseaux a été stoppée nette depuis 2009. Si certains pays parmi les moins matures (Ukraine…) recèlent encore des gisements de croissance importants de leurs réseaux, la tendance y est à la rationalisation.
Si le constat est le même du côté des pays intermédiaires (Pologne, Croatie…), c’est au sein des pays les plus matures (Tchéquie, Slovénie…) et de la Turquie - qui fait figure d’exception avec une accélération de ses réseaux en 2010 (+7,4%) - que la situation reste favorable au développement des réseaux bancaires, en dépit de la concurrence accrue des canaux alternatifs.

Une croissance toujours soutenue en Afrique
L’ensemble des acteurs bancaires en Afrique a maintenu une croissance significative de leurs réseaux. Les établissements purement locaux ont été les plus affectés par la crise (6% de croissance en 2010, contre 13% précédemment ). Quant à la bonne tenue des banques non-locales, elle concerne surtout des acteurs continentaux (marocains, nigérians) à la recherche de croissance au-delà de leurs marchés domestiques.

VELHON300 Principaux résultats et palmarès de l’année 2011
· Même si en moyenne les croissances à deux chiffres des réseaux d’agence sont plus rares que par le passé. Pour les 50 banques du classement les résultats sont en revanche comparables aux meilleures années,
· La State Bank of India, 1ère banque du classement poursuit l’extension de son réseau
· Un top 20 dominé à 70% par les BRIC, et notamment l’Inde qui se détache avec 10 banques présentes au sein du Top 50, qui ont ouverts à elles seules 2913 agences,
· La première banque du classement hors BRIC est indonésienne, Bank Mandiri avec + 275 agences
· Hors BRIC les pays qui connaissent les croissances les plus notables sont l’Indonésie, la Turquie, le Vietnam, le Maroc et le Mexique,
· Les banques à capitaux étrangers en 2010 ont marqué le pas, avec un seul représentant dans le Top 20 - Santander Brazil

Principaux résultats :
* A propos de l’Etude EBR 2011 de VELHON Partners : l’étude a été réalisée sur 335 banques dans 40 pays des zones émergentes (Amérique Latine, Europe Centrale et Orientale, Afrique et Asie/Pacifique), ce qui représente globalement près de 227 000 agences et plus de 12 400 milliards de dollars d’actifs
Plus d’informations : VELHONpartners.com/ et la section interactive du classement VELHON300

Mardi 21 Juin 2011
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News