Digital & Decentralized Finance, Blockchain Daily News
              



Elles ont le pouvoir absolu…


Le privilège de battre monnaie était celui des rois. Aujourd’hui, le privilège de battre monnaie est celui des banques centrales. Nous le disons régulièrement en ces termes « elles ont le pouvoir absolu », tout comme le monarque, en d’autres temps, avait le pouvoir de vie et de mort sur ses sujets. L’annonce, hier, d’une action coordonnée entre les principales banques centrales de la planète, en vue de fournir aux banques européennes leurs besoins en dollar, a soulagé les marchés financiers, et suscité une forte hausse du prix de Bourse des banques. Ce que nous appelons la sphère financière dépend dans une large mesure, du comportement des banques centrales.



Eric Galiègue
Eric Galiègue
La liquidité est le problème essentiel d’une banque, beaucoup plus que sa solvabilité, qui est plus un problème d’assureur. De par son activité même, et notamment la transformation (transformer des ressources courtes et exigibles en emplois longs et inexigibles) une banque se doit de gérer au plus près sa liquidité. Cette dimension essentielle de son activité est bien connue, et peut la mettre en défaut en quelques heures,…si le marché interbancaire ne lui fournit plus la liquidité nécessaire à l’équilibre de son bilan. En ce qui concerne les banques européennes, la difficulté de trouver sur le marché interbancaire des liquidités en dollars est l’exacte réplique de la crise de confiance entre les banques, mais cette fois ci en dollars. Depuis plusieurs semaines, les fonds monétaires américains ne prêtaient plus, ou beaucoup moins, aux banques européennes. Avant la crise de la dette souveraine, ces fonds étaient exposés à hauteur de 40 % auprès des banques européennes. On comprend leur frilosité, qui est justifiée par les risques mal identifiés d’exposition des banques européennes à la dette des pays européens. Les montants en jeu, qui sont considérables, ont fait éclater la crise de liquidité. Les banques centrales devaient intervenir : c’est fait, et efficacement.

Les banques centrales, nous le disons depuis le début, ont jusque maintenant fait un sans-faute, en fournissant toujours, au bon moment, la liquidité nécessaire en temps de crise. Aux yeux des marchés, elles apparaissent comme les sauveurs. Finalement, d’une certaine manière, elles apparaissent comme des politiques efficaces, qui interviennent discrètement, avec efficacité. Elles donnent confiance, comme devraient le faire les politiques.

Les politiques sont à la sphère réelle ce que les banquiers centraux sont à la sphère financière. Depuis longtemps, le rôle que l’Etat doit jouer dans la vie économique, est un sujet de controverse majeure entre économistes. Il n’en reste pas moins que l’Etat et les politiques sont les garants de l’ordre et de la cohésion sociale. Les désordres économiques majeurs peuvent susciter des désordres sociaux, qui peuvent amener le chaos, et remettre en cause la démocratie même. En ce sens, il est beaucoup attendu des politiques en temps de crise extrême, et peu attendu d’eux lorsque tout va bien. C’est le paradoxe qu’ils doivent gérer …. Et ce n’est pas simple. Cette difficulté est d’autant plus grande que la planète est globalisée : comment prendre une décision politique coordonnée entre tous les pays du G20, ce forum devenu, dit-on , l’instance suprême de la gouvernance mondiale naissante…Le contraste entre les atermoiements politiques au sein des différents « G », est frappant avec la remarquable efficacité des banquiers centraux à apporter en temps de crise extrême, de la liquidité au bon moment. Les Etats et les politiques sont peut-être insolvables et peu crédibles aujourd’hui, peu importe tant que la liquidité est là. La liquidité l’emporte sur la solvabilité ; le visible l’emporte toujours sur l’invisible; le prix l’emporte sur la valeur. …au moins à court terme. Les marchés d’actions peuvent souffler…Même si les deux indicateurs économiques publiés hier par les banques de réserve de New York et Philadelphie, confirment une situation économique pré récessive …

Eric Galiègue
VALQUANT

171, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
Tél. 01.58.18.37.50
Fax. 01.42.65.15.26

www.valquant.fr

Mardi 20 Septembre 2011
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News