Quotidien Finance, Corporate Finance, Crypto Finance, ICO, STO, Blockchain Daily News


              



Economie et marchés : l'année du coq de feu c'est périlleux !


Dans un monde de plus en plus incertain, imprévisible et déconcertant, il pourrait être tentant de baisser les bras et de se tourner vers l'astrologie. C'est d'ailleurs ce que font trop souvent certains politiciens et prévisionnistes en tous genres. Rassurez-vous, tel n'est pas notre cas et nous continuerons de faire nos prévisions sur la base des fondamentaux économiques, en tout indépendance et bien loin des étoiles...



Marc Touati
Marc Touati
Pour autant, en ce nouvel an chinois, force est de constater que certaines coïncidences apparaissent troublantes. Ainsi, les années de croissance mondiale forte correspondent souvent à celles du dragon (1989, 2000, 2012), du tigre (1998, 2010), voire du chien (2006). A l'inverse, les récessions et krachs boursiers se produisent souvent lors des années du buffle (1973, 1997, 2009), du porc (1971, 1995, 2007), du lièvre (1939, 1987, 2011), voire du rat (1936, 2008).

L'an passé, l'année du « singe de feu » devait consacrer le règne de la violence, de la folie et des surprises. Et, comme par hasard, notamment sur ce dernier point, nous avons été particulièrement « gâtés », entre le Brexit, la victoire de Trump, sans oublier la flambée des marchés boursiers qui a fait fi de tous ces bouleversements.

Et malheureusement, nous ne sommes vraisemblablement pas au bout de nos peines, puisque l'année qui commence est celle du « coq de feu », dont les principales caractéristiques symboliques sont l'agressivité, le combat et la volatilité. Autrement dit, il est fort probable que d'autres pays prendront exemple sur les Etats-Unis et le Royaume-Uni pour renverser la table et se lancer dans des mouvements excessifs, voire extrémistes. De quoi inévitablement, donner la chair de poule…

De manière plus franco-française, nous pourrions également rappeler que le coq est le seul animal qui chante haut et fort les pieds dans la boue (pour rester poli). De quoi comprendre pourquoi, en dépit de tous les dangers qui s'amoncellent, les investisseurs boursiers ne cessent de chanter leur euphorie, permettant notamment au Dow Jones d'atteindre de nouveaux sommets historiques, au-delà des 20 000 points.

Et c'est bien là que le bât blesse. Car, au-delà des enseignements du calendrier chinois, il faut reconnaître que la flambée des marchés boursiers en dépit des risques évidents qui pèsent sur 2017 commence à devenir inquiétante. Cet aveuglement collectif ressemble de plus en plus à la situation qui prévalait en 2000, ou encore en 2007-2008. A savoir, un environnement dans lequel tous les arguments logiquement baissiers sont jetés aux oubliettes, tandis que les mobiles faussement haussiers sont mis en exergue.

Ainsi, personne ne veut voir les dangers évidents que représentent un hard Brexit, un développement du protectionnisme ou encore l'instabilité politico-sociétale qui prévaut dans de nombreux pays de la zone euro, à commencer par la France, mais aussi bientôt en Allemagne.

Parallèlement, personne n'ose dire que pour justifier un Dow Jones à 20 000 points, il faudrait une croissance mondiale d'au moins 9 %. Or, elle ne sera que d'environ 3,3 % en 2017.

De même, personne ne souligne qu'avec des PER (Price Earning Ratios) supérieurs à 15 et parfois proches de 20, de nombreuses actions et indices boursiers commencent à devenir très chers. Personne non plus pour mettre en garde contre les risques de remontée des taux obligataires et leurs corollaires, une chute des cours des obligations et des actions, mais aussi une nette baisse de la croissance. Et lorsque ceci se produira, que pourront faire les banques centrales et les Etats ? Pas grand-chose, puisque toutes leurs cartouches ont déjà été utilisées.

Mais, non ! Il ne faut surtout pas affoler les foules. Pour le moment, tout va bien et surtout, tout le monde veut rester dopé à la morphine, sans se soucier du lendemain.

Encore plus fort : lors de mes conférences habituelles de début d'année, avec présentation des perspectives, de plus en plus de gérants et d'investisseurs m'apostrophent en me disant : « vous savez, dans un tel marché haussier, je ne peux pas me permettre de vendre ou de conseiller de vendre, on ne se bat pas contre le vent ! »

Nous y voilà ! Le panurgisme est de nouveau de mise, comme lors de la bulle Internet au cours de laquelle les investisseurs se ruaient sur n'importe quelle société pourvu qu'elle soit « .com » ou encore à l'image de ce qui se produisait quelques mois avant l'explosion de la crise des subprimes où les CDO « subprimes » et autres « Sicav monétaires dynamiques » se vendaient comme des petits pains…

Or, lorsque tous les investisseurs vont dans le même sens, c'est forcément le moment de prendre le chemin inverse, encore faut-il en avoir le courage. Autrement dit, nous persistons et signons : les marchés boursiers et obligataires sont bien en bulle, c'est-à-dire déconnectés de la réalité économique.

Cela ne signifie pas qu'ils vont s'effondrer dès demain. Et pour cause : les bulles deviennent encore plus exubérantes lorsqu'elles s'approchent de leur fin. En d'autres termes, nous ne pouvons pas prédire avec exactitude la date du renversement, mais une chose nous paraît certaine : les marchés obligataires et boursiers vont connaître une phase de net ajustement baissier au cours de l'année 2017.

Et sans vouloir jouer les « coqs » de mauvais augure : mieux prévenir que guérir.

Marc Touati
Economiste.
Président du cabinet ACDEFI (premier cabinet de conseil économique et financier indépendant).

www.acdefi.com


Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

FINYEAR

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

Sa newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation & Digital transformation.

Ses 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The Chief Digital Officer

Finyear magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour choisir de recevoir un ou plusieurs médias Finyear

BLOCKCHAIN DAILY NEWS

Le quotidien Blockchain Daily News :
- Blockchain Daily News

Sa newsletter quotidienne :
- Blockchain Daily News Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Blockchain daily News, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Blockchain révolution.

Sa lettre mensuelle digitale :
- The Chief Blockchain Officer

Lundi 30 Janvier 2017
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News