Quotidien Finance, Crypto Daily News


              



Donner à la France les moyens de rester une grande puissance économique


Peut-on aujourd’hui encore considérer la France comme une grande puissance économique ? La question revient de manière lancinante depuis la crise économique de 2009. Et sa pertinence n’échappe à personne. Dommage que les réponses ne soient généralement pas à la hauteur, dominées dans la plupart des cas par le seul prisme politique et donc nos vieux réflexes droite-gauche qui se réveillent alors brutalement ! De quoi rester dubitatif…



Daniel Karyotis
Daniel Karyotis
Un orgeuil mal placé

Parfois, à écouter les bons apôtres, nous avons l’impression que, quoi qu’il advienne demain, la France peut maintenir le rang flatteur qu’elle occupe aujourd’hui. Ce déni de réalité n’est rien moins que la cause de tous nos maux depuis 20 ans car notre déclin relatif a commencé au début des années 90, à un moment où nous étions tous frappés de cécité !

Cette cécité nous a conduits à ne pas percevoir l’émergence économique et industrielle de nouvelles puissances. Elle nous a poussés, inconsciemment ou pas, à transformer notre modèle industriel en un pseudo modèle économique dont l’épicentre était les activités de service : le mythe d’une économie sans industrie.

Elle nous a fait croire que la formation de nos élites était incomparable. Elle nous a incités à creuser nos déficits publics en repoussant la nécessité de réformes profondes. Enfin, elle nous a amené progressivement à diaboliser le monde de l’entreprise et la culture de la réussite et de la performance.

Notre responsabilité est individuelle avant d’être collective car chacun a profité du mythe éternel de l’Etat Providence dont la puissance était supposée infinie…

Une prise de conscience nécessaire

Le réveil en 2013 est douloureux car de nombreuses personnes pensaient qu’il suffisait de changer la « coloration politique » de notre Président pour régler tous nos problèmes. Aujourd’hui, l’économie a pris le dessus sur le politique et les français découvrent que nos clivages politiques sont bien secondaires par rapport à la croissance, à l’emploi, au pouvoir d’achat…

Que la France soit encore une grande puissance est une évidence. Que son poids politique et diplomatique soient réels tout autant. Mais qui oserait le dire avec autant d’assurance au plan économique ? Même en étant, comme je le suis, « génétiquement positif », on ne peut qu’être inquiet sur ce que sera notre pays dans 25 ans et la qualité des « patrimoines France » que nous allons transmettre à la prochaine génération.

Car, pour l’avenir, la vague de défaitisme voire de résignation que je perçois autour de moi m’interpelle plus encore que la conjoncture économique et la montée du chômage.

Face à la crise, faisons confiance à nos jeunes talents

Que certaines stars quittent notre hexagone n’est qu’un épiphénomène médiatique insignifiant. Que des entreprises envisagent une délocalisation rapide est plus inquiétant. Mais surtout, que de jeunes français, talentueux, créatifs, inventifs, entrepreneuriaux, choisissent un autre terrain de jeu que leur pays d’origine est plus angoissant, mais le sait-on seulement ?

La France s’enfonce ainsi dans une spirale à long terme où se croisent et se recroisent récession, dépression et résignation.

Je ne vois aucun signe de changement depuis plusieurs années et nous avons le devoir de réagir. Avoir des talents ne suffit pas ou plus : leur donner les clés du pouvoir est une impérieuse nécessité. Car la France est toujours, en mai 2013, un pays de vieux gouvernés par les vieux et je cherche toujours désespérément notre Mark Zuckerberg. Et pourtant, avec un peu d’énergie, un vrai esprit d’entreprise et beaucoup de courage, nous pourrions changer cette trajectoire en moins de 5 ans !

Daniel Karyotis, Président du directoire de la Banque Palatine.

A propos de la Banque Palatine
La Banque Palatine, banque des entreprises et du patrimoine du Groupe BPCE, a pour vocation d’accompagner les entrepreneurs dans la réalisation de leurs ambitions, aussi bien sur le plan personnel que professionnel. Elle déploie son expertise auprès des moyennes entreprises et des ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire). Son réseau de 52 agences en France en synergie avec les métiers d'expertise (gestion privée, corporate finance, immobilier, international, salle des marchés…) accompagne aujourd'hui plus de 8 550 entreprises et 67 000 clients privés.
 
 

Jeudi 11 Juillet 2013
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières



Cryptocurrencies


Finyear - Daily News




LE TRESORIER