Quotidien Fintech, Blocktech, DeFi, Blockchain
              


Vendredi 18 Décembre 2020

Défis et opportunités pour les professionnels de la lutte anti-blanchiment


Par Peter Fisher, BAE Systems, Financial Crimes Product Director.



Comme l'ont montré les récentes informations parues concernant les dossiers FinCEN, le blanchiment d'argent est l'une des plus grandes menaces criminelles auxquelles le monde se trouve confronté. Il est également l'un des plus difficiles à quantifier. Selon les estimations, il s'agit d'un problème évalué en milliards et qui, bien qu'il soit axé sur le système financier, a également un impact sociétal et humain majeur. Quelle a été l'efficacité de la réponse de l'industrie ?

On affirme que seulement 1 % environ des fonds criminels sont saisis (1). Dans ce contexte, la tâche qui se dresse devant les professionnels des institutions financières apparaît bien difficile. Une récente enquête conduite pour le compte de BAE Systems a permis de mieux comprendre certains des principaux défis et motivations perçus par ces professionnels de l’AML.

Au cours des derniers mois, nous avons interrogé des milliers de professionnels des institutions financières et leurs clients afin de mieux comprendre les attitudes à l'égard du blanchiment d'argent et de comparer les stratégies actuelles et futures de la lutte contre le blanchiment d'argent (AML) sur l'ensemble du secteur (2).

Éthique et réputation

La première chose que notre enquête a clairement identifiée est que le blanchiment d'argent est un défi majeur pour le secteur : 89 % des professionnels ont déclaré qu'ils étaient préoccupés par les activités illégales cachées dans les transactions des clients. Sur les 22 infractions principales définies par la sixième directive AML de l'UE (6AMLD), ce sont la fraude (42 %), la corruption (35 %) et le crime organisé (34 %) qui ont suscité le plus d'inquiétudes. Pourquoi les professionnels des institutions financières sont-ils motivés pour mettre fin au blanchiment d'argent ? La plupart (56 %) ont déclaré que c'était à cause de la menace qui pèse sur la société, bien que des considérations moins éthiques comme le fait d'éviter les atteintes à la réputation et les amendes (52 %) soient également des facteurs importants.

Ils ont raison de se préoccuper de l'impact sur la société, car les clients exigent de plus en plus une approche plus éthique de la part de leurs institutions financières. Plus des trois quarts (76 %) souhaitent une plus grande transparence sur les activités de blanchiment d'argent. Les attentes en matière d'action efficace contre les auteurs de blanchiment de capitaux sont élevées, et nombreux sont ceux qui disent qu'ils iront s'adresser ailleurs si leur fournisseur actuel ne fait pas le nécessaire pour mettre fin aux activités illégales.

Le défi technologique

Notre enquête a mis en évidence plusieurs défis dans la lutte contre la criminalité financière. En effet, moins d'un cinquième des personnes interrogées (19 % en moyenne sur l'ensemble des 22 infractions) se sont dites convaincues de pouvoir mettre un terme aux crimes principaux liés au blanchiment d'argent. D'autres défis en matière de lutte contre le blanchiment d'argent ont été mis en évidence, notamment l'identification numérique, le fait d'être submergé par les alertes AML et le manque d'accès à des solutions AML plus efficaces.

Tout n'est pas qu'une question de technologie, bien sûr. De nombreux professionnels des institutions financières ont cité des défis institutionnels plus larges, notamment le nombre insuffisant de déclarations d'activités suspectes donnant lieu à une action en justice (30 %) et le manque de coopération internationale (28 %), tandis que d'autres se sont plaints de la médiocre adaptation des mesures réglementaires.

Une stratégie tournée vers l'avenir

La bonne nouvelle est que la grande majorité des institutions financières ont mis en place une stratégie de lutte contre le blanchiment d'argent et installent déjà des applications et des solutions qui vont les aider dans cette voie. Toutefois, la clé du succès sera d'appliquer le bon type et la bonne combinaison de solutions technologiques capables de détecter le blanchiment d'argent plus efficacement, tout en libérant un temps précieux pour la mise en conformité et son respect. Parmi les moyens par lesquels la technologie permet déjà d'obtenir de meilleurs résultats en matière de lutte contre le blanchiment d'argent, citons l'automatisation des processus robotiques (RPA) pour la prise en charge des tâches banales et répétitives, et les algorithmes d'apprentissage machine pour fournir une vue à 360 degrés de chaque client.

À l'avenir, l'industrie doit continuer à trouver de nouveaux moyens de prévenir le blanchiment d'argent, même si la crise Covid-19 grève les budgets et offre aux groupes du crime organisé davantage de possibilités de perturbation. Nous devons prendre l'initiative, et nous pouvons le faire, avec le bon mélange de technologie et d'innovation réglementaire.

(1) [Estimation des flux financiers illicites résultant du trafic de drogue et d'autres formes de criminalité transnationale organisée – United Nations Office on Drugs and Crime – Octobre 2011

(2) Enquête menée par le cabinet indépendant Atomik Research pour le compte de BAE Systems en juin 2020. Les répondants comprenaient 452 professionnels des institutions financières et 6 035 clients en Australie, France, Allemagne, à Singapour, au Royaume-Uni ou aux États-Unis. Pour obtenir une ventilation complète du profil des répondants à notre étude, consulter le rapport.


No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.







Inscription à la newsletter