Quotidien Finance, Crypto Daily News


              



Correction


Lettre du 12 octobre 2018.



Eric Galiègue
Eric Galiègue
Le marché des actions subit une correction depuis quelques jours.

Nous la considérons comme légitime, justifiée et salutaire. L’accumulation des risques non sanctionnée par une baisse des cours devenait trop importante. Depuis quasiment le début de l’année, nous avons alerté sur la montée en puissance des risques dans la sphère réelle (tensions commerciales dans le monde et stress politique en Europe) et dans la sphère financière (hausses des taux de la Fed, fin du Quantitative Easing européen).
C’est de Wall Street qu’est venue la correction. Le véritable catalyseur est probablement la hausse très supérieure aux attentes de l’indice ISM Services, qui induirait une croissance de 5% du PIB et de 500 000 emplois par mois. Et c’est bien le passage de la fameuse barre des 3% du taux des obligations US à 10 ans qui a mis le feu aux poudres : la prophétie de Bill Gross était juste.

Finalement, vue des USA, la phase actuelle est très classique : les marchés craignent la surchauffe économique Outre Atlantique. Rappelons que si les marchés n’aiment pas l’excès de croissance dans la sphère réelle, c’est parce que cette croissance vient consommer des liquidités qui ne sont plus disponibles pour la sphère financière.
A cette dérivation des liquidités vers la sphère réelle, il faut rajouter le tarissement de la source : la politique monétaire devient restrictive lorsque l’économie se porte bien ; il faut remonter les taux d’intérêt pour tuer dans l’œuf toute velléité de hausse de l’inflation. Il faut dès se lors poser la question essentielle : la Fed se trompe – t-elle ? Est-elle devenue folle, comme le dit si crument le Président Trump ? Le locataire de la Maison Blanche est particulièrement atypique, et on peut dire qu’il a « cassé les codes ». Mais, au moins, il pose de vraies questions, sans ambages.
Sur le pillage des technologies occidentales par la Chine et son excèdent commercial structurel. Sur la hausse des taux de la FED, que l’on peut juger inappropriée de prime abord. En fait, et tous les professionnels des marchés financiers le savent, la Fed ne fait que normaliser le niveau des taux, qui arrivent progressivement à une situation de neutralité.
Cette hausse lui permettra de pouvoir les baisser lors de la prochaine récession. Ce cycle actuel de hausses des taux est 3 fois moins puissant que les précédents, et beaucoup plus long. Et, bien sûr, la Fed n’est pas devenue folle. Elle fait preuve au contraire de beaucoup d’intelligence et a rappelé que ses prochaines décisions seront guidées par l’évolution de l’économie. D’ailleurs, les dernières hausses de taux ont été saluées par la hausse de Wall Street.
Aux USA, les problèmes sont ailleurs, et probablement dans le ralentissement de la croissance des bénéfices qui se profile. Ce ralentissement aurait deux causes principales : la hausse des salaires et l’impact négatif du conflit commercial avec les partenaires des USA. Les témoignages d’entreprises sur ce sujet se multiplient et confirment que la hausse des taxes à l’importation est en fait payée en bonne partie par les entreprises américaines.

Alors, comme d’habitude lors des périodes de forte volatilité revient la même question : simple correction éphémère ou retournement durable ? Simple orage ou début d’un hiver froid et long ?
A ce stade, nous considérons qu’il s’agit d’un simple orage, qui nous permet de revenir sur les actions après les avoir longtemps sous-pondérées. Techniquement, les indices américains sont toujours dans une tendance haussière, au-dessus des moyennes mobiles un an. Il n’y a pas de « flight to quality » caractéristiques des crises graves : pas de flambée du $, du yen ou du Franc suisse, pas de chute des taux souverains.
En revanche, de fortes rotations au sein des catégories d’actions. Les bonnes nouvelles vont probablement venir de l’Europe : le Financial Times de ce matin titre sur l’imminence d’un accord sur le Brexit. Klaus Regling, le directeur général du Mécanisme Européen de Stabilité, a rappelé cette semaine les fondamentaux de l’Italie : excèdent de la balance courante, abondante épargne, dette détenue par les épargnants nationaux. Une fois n’est pas coutume, le salut à court terme viendra probablement de l’Europe.

Spec : signaux de vente sur les indices européens, une fois encore, avec des gaps hebdo.

Tendance sur les marchés de taux et de devises : les taux européens et américains sont tendus : le 10 ans US reste au-delà de 3,2%. L’€ est stable contre $.

Tendances récentes sur les matières premières : Les cours du pétrole ont légèrement baissé. Le prix du cuivre est stabilisé.

Investisseurs : Nous recommandons aux investisseurs à risque moyen ou faible, la neutralité sur les actions entre 4 954 et 5 335 points pour le CAC 40.

Eric Galiègue
VALQUANT

171, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
Tél. 01.58.18.37.50
Fax. 01.42.65.15.26

www.valquant.fr




Finyear - Daily News

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear
- Sa newsletter quotidienne :
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation, Finance Digitale, Cryptofinance.

- Sa lettre mensuelle Le Trésorier


Read for free :

The daily newspaper Finyear
- Its daily newsletter :
Receive the Finyear's newsletter every morning by email, a daily snapshot of the best news and expertise in Finance innovation, Digital Finance, Cryptofinance.

- Its monthly letter Le Trésorier


Lundi 15 Octobre 2018
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite





Cryptocurrencies



Finyear - Daily News