Future Finance, Fintech, DeFi | Daily News
              



Coronavirus, même pas mal ?


Lettre du 14 février 2020 par Eric Galiègue - VALQUANT.



Le marché des actions reste de marbre face à la propagation de l’épidémie de coronavirus. A nouveau, cette complaisance face à un risque majeur nous interpelle. Dans notre point mensuel de début février, nous avons insisté sur la nature transitoire de ce choc, et nous avons adopté une posture plutôt sereine face à la crise sanitaire. Oui, le pire n’est jamais certain. Oui, probablement tous les manques à gagner économiques seront compensés rapidement par un probable fort rattrapage. Oui, enfin, les banques centrales sont là et bien là pour agir si nécessaire. Pourtant, lorsque le risque sanitaire se réalise, lorsque la contraction économique est bien visible, il est normal de douter, de se poser des questions. Nous nous les posons en cette fin de semaine, au moment où le CAC 40 est dans le haut de la fourchette qui induit la neutralité de l’allocation (6 100 points environ). Nous restons donc investis en action, mais à la moindre hausse supplémentaire, sans amélioration de notre mesure du risque, nous proposerons de sous pondérer les actions. Nous considérons que la crise sanitaire s’est significativement aggravée, par l’interprétation de différentes nouvelles.

La première est l’alerte que l’OMS a lancée cette semaine, en déclarant que le « Covid-19 est une très grave menace pour le reste du monde ». L’organisation internationale parle ici de risque épidémique. Le message est on ne peut plus clair. Il a été relayé par l’Académie Nationale de Pharmacie, qui a rappelé que «80% des principes actifs pharmaceutiques utilisés en Europe sont fabriqués hors de l'espace économique européen, dont une grande partie en Asie », et que l'épidémie de Covid-19 « pourrait faire peser une grave menace sur la santé publique en France et en Europe ». Cette menace ne correspondant pas au risque de propagation en Europe du Coronavirus, mais au risque de rupture de la chaine logistique des médicaments. Déjà, la polémique sur le sujet est préexistante, en raison de l’application du principe des « flux tendus » par les laboratoires, mais elle pourrait devenir très vite un problème majeur pour de nombreux patients. Ce type de stress constitue évidemment un facteur négatif pour la psychologie des consommateurs, et donc menace une croissance économique elle-même fragile.

La révélation de carences dans le système de dépistage en Chine constitue la seconde nouvelle inquiétante sur le front sanitaire. On a ainsi appris que certains porteurs du virus pouvaient ne pas avoir de température, ou que la durée d’incubation serait peut-être de 24 jours et non de 14. Autant dire que les mesures prises par la Chine ont du être bien peu efficaces, et que contrairement à ce qu’a annoncé prématurément Xi Jin Ping, le pic de l’épidémie ne sera pas touché à la fin de ce mois. C’est peut être pourquoi le pouvoir central chinois a perdu son sang-froid et a décidé le limogeage de plusieurs responsables régionaux du PCC, dont celui du Hubei, la province à l’origine de l’épidémie. La modification de la méthodologie de comptage des patients infectés a conduit à une hausse importante, qui donne une mesure différente de la crise sanitaire chinoise. On parle désormais de 60 000 cas, le double de ce qui était répertorié. Par ailleurs, le Vietnam a pris des mesures d’isolement des zones contaminées. Au total, le bilan de cette semaine sur le front du coronavirus est particulièrement négatif, et pourtant le marché des actions monte. Certes, la hausse du dollar justifie en partie la hausse des actions européennes, mais pas celle des actions américaines. Sans vouloir « noircir le tableau », il nous semble évident que les investisseurs sous-estiment l’impact désormais certain de la crise sanitaire. Sans catastrophisme aucun, nous considérons qu’une baisse de 5% à 10% du cours des actions est nécessaire pour remettre les pendules à l’heure.


Tendance sur les marchés de taux et de devises : les taux souverains ont remonté avec les actions. L’€ en revanche poursuit sa baisse, de -0,3% cette semaine contre le $.

Tendances récentes sur les matières premières : Le cours du pétrole a cessé de chuter mais sa baisse est encore de 5% sur la semaine, et il demeure très fragile. Le cours du cuivre en revanche s’est stabilisé sur la dernière semaine.

Investisseurs : Nous recommandons de pondérer normalement les actions (position neutre) pour un CAC 40 compris entre 5 685 et 6 122.
Eric Galiègue
Eric Galiègue

Eric GALIEGUE
Analyste financier indépendant,

Président de VALQUANT EXPERTYSE SAS
Membre de l'ACIFTE, association agrée par l' AMF
Enregistré à l' ORIAS sous le N° 11059738

7 rue Greffulhe
75 008 PARIS
01 42 93 23 68
06 82 84 78 61
eric.galiegue@valquant.fr


www.valquant.fr






No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.


Lundi 17 Février 2020
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles