Quotidien future finance
              



Coronavirus, le « clap de fin », déjà ?


Lettre du 21 février 2020 par Eric Galiègue - VALQUANT.



Les marchés sont impatients et boulimiques de nouveautés. On a l’impression qu’ils voudraient déjà passer à autre chose que le coronavirus, et tourner la page, envoyer le « clap de fin ». Comme si la crise sanitaire était déjà terminée. Il est vrai que les nouvelles infections et les nouveaux décès sont moins nombreux, de jour en jour : c’est indubitablement une bonne nouvelle. Pourtant, il nous semble utile de rappeler plusieurs remarques sur ce sujet.

Premièrement, la régression des infections est directement liée à l’efficacité des confinements décidés par le gouvernement chinois. C’est une lapalissade. Mais quand peut-on envisager une levée de toutes ces mesures ? On sait que ce virus est particulièrement virulent, et qu’un seul cas peut relancer l’épidémie. La Chine doit-elle maintenir les mesures de confinement jusqu’à ce que l’on trouve un vaccin ou un traitement efficace ? Les délais habituellement cités pour que l’industrie pharmaceutique découvre le remède sont de 18 mois minimum. Cette période est une éternité pour l’économie chinoise, qui était déjà en fort ralentissement avant même le début de la crise sanitaire actuelle.

Deuxièmement, il serait étonnant que dans un élan d’empathie pour le peuple Chinois, le président Trump relâche la pression pendant cette période : on a vu cette semaine que les tensions sino-américaines sont toujours vives, entre les mesures renouvelées contre Huawei et l’expulsion de Chine de plusieurs journalistes américains. Au contraire, comme l’avait peu élégamment rappelé le secrétaire américain au commerce de l’administration Trump au début de l’épidémie, elle permet d’accélérer la relocalisation de nombreuses productions industrielles au USA et dans les pays développés d’une manière générale. La prise de conscience de la dépendance chinoise de nombreux groupes multinationaux est patente. Apple, la première capitalisation boursière des USA en est la première preuve, alors que SAMSUNG, son éternel rival, a localisé une bonne partie de sa production au Vietnam, Contrairement à ce que voudrait croire certains acteurs du marché, le coronavirus n’est pas une parenthèse de 2 mois.

Troisièmement, la situation économique de l’Empire du Milieu devient vraiment problématique. A l’image de la crise de 2008-2009 dans les pays occidentaux, la Chine n’est pas aux prises avec une récession, mais avec un arrêt d’activité. Il est d’autant plus impressionnant qu’il se produit dans une situation pré récessive. De nombreux témoignages attestent que l’économie chinoise s’est figée. A tel point que la pollution a chuté d’une manière stupéfiante sur de nombreux sites. Bien sûr, le phénomène de rattrapage que d’aucuns envisage pourrait être impressionnant mais la Chine de 2020 est très différente de la Chine de 2003. Son poids bien plus important limite désormais son agilité. Si on peut imaginer que les clients chinois qui ont différé l’achat d’un sac Vuitton, réaliseront l’acquisition dès que magasin rouvrira, le chiffre d’affaires de nombreuses activités ne sera jamais récupéré dès que l’épidémie sera terminée.

Quatrièmement, les mesures monétaires qui ont été prises concernent uniquement la Chine ; les baisses de taux annoncées depuis le début de l’épisode viral seront suivies probablement de nombreuses autres mesures de relance. Du coté de la Fed et de la BCE, aucune mesure particulière n’a été prise. La réduction du risque sanitaire pourrait alors se traduire par « good news is bad news », l’opposé du paradoxe que nous considérons comme le moteur du scénario de marché. Si le risque venait à diminuer rapidement, les cours pourraient baisser, car les banques centrales pourraient baisser la garde.

Au total, nous réitérons notre étonnement face au comportement des marchés d’actions comme de crédit, qui font l’impasse totale sur l’impact à court terme et surtout à moyen terme de la crise sanitaire chinoise. Les cours n’ont pas réussi à dépasser durablement le haut de fourchette de la normalité (en gros, 6 100 pour le CAC 40). Nous ne serions pas étonnés s’ils allaient tester le bas de cette fourchette, à savoir 5 600 (environ).

Tendance sur les marchés de taux et de devises : les taux souverains ont légèrement baissé cette semaine. L’€ en revanche poursuit sa baisse, de -0,9% cette semaine contre le $.

Tendances récentes sur les matières premières : Le cours du pétrole a rebondi de 5% cette semaine. Le cours du cuivre en revanche est inchangé.

Investisseurs : Nous recommandons de pondérer normalement les actions (position neutre) pour un CAC 40 compris entre 5 625 et 6 058.


Eric Galiègue
Eric Galiègue

Eric GALIEGUE
Analyste financier indépendant,

Président de VALQUANT EXPERTYSE SAS
Membre de l'ACIFTE, association agrée par l' AMF
Enregistré à l' ORIAS sous le N° 11059738

7 rue Greffulhe
75 008 PARIS
01 42 93 23 68
06 82 84 78 61
eric.galiegue@valquant.fr


www.valquant.fr






No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.


Lundi 24 Février 2020
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Newsletter quotidienne gratuite




Finyear - Daily News