Quotidien Corporate & Crypto Finance, Blockchain Daily News


              



Consolidation ou retournement ?


Comme d’habitude, lorsque le marché commence à douter, se pose la question de savoir si la baisse des cours est une consolidation ou un retournement de tendance ? Ce questionnement est finalement le même que celui que nous avons abordé la semaine dernière dans ces mêmes lignes - « transitoire ou permanent », à propos des facteurs explicatifs du ralentissement économique américain….



Eric Galiègue
Eric Galiègue
A n’en pas douter, il s’agit pour l’instant d’une consolidation bienvenue, que nous appelions d’ailleurs de nos vœux depuis plusieurs semaines. Il est assez impressionnant de remarquer que cette consolidation touche quasiment tous les marchés d’actions, en tendance haussière ou baissière : les indices les plus performants depuis un an souffrent le plus depuis quelques jours (Dax, Nasdaq) et les indices d’actions les plus affectés par un marché fortement baissier, ont brutalement remonté (Russie, Brésil, Inde notamment). En ce sens, la tendance haussière demeure bien ancrée, car si les investisseurs étaient en mode « sell off », jamais ils n’auraient acheté des concepts boursiers aussi risqués que la Russie ou le Brésil. Il est vrai que ces places ont accompagné le rebond du cours des matières premières, et notamment celui du pétrole.

La consolidation de la baisse de plus de 50% sur les plus hauts est patente sur le marché de l’Or Noir. On assiste au même phénomène sur le marché des changes, avec le rebond de la parité €/$ de 1,05 à 1,12. « Last but not least », la consolidation sur les marchés des taux souverains est évidente : les taux ont remonté, après avoir tutoyé zéro Outre Rhin….. Les consolidations sont donc avérées sur tous les marchés, et elles sont bien venues.

En quoi cette consolidation préfigurerait-elle un retournement durable de la tendance ?

Le catalyseur de la baisse des cours des actions Outre Atlantique nous semble être très important. En effet, ce qui a mis le feu aux poudres est la publication d’une croissance du PIB américain de seulement 0,2 % au premier trimestre 2015. C’est considérablement moins que les attentes des économistes. Cette statistique vient confirmer de nombreuses autres données qui témoignent d’une baisse de régime de la première économie mondiale. La réaction des marchés d’actions a été très négative, alors qu’il y a quelques mois seulement, elle aurait été positive… Les investisseurs auraient considéré que cette mauvaise nouvelle, dans la sphère réelle, allait être surcompensée par une bonne nouvelle dans la sphère financière : le report peut être « sine die » de la normalisation monétaire de la Fed…..Cela signifie que les investisseurs se rendent compte que le seul vrai problème, c’est, bien sûr, la croissance. Et que la politique monétaire, à ce stade, ne peut plus faire grand-chose…

Dans le moment de stress de la semaine dernière, les taux d’intérêt des obligations allemandes ont brutalement remonté. Un rebond de 40 pb après une chute quasi ininterrompue de 140 pb en un an, c’est bien sur une simple consolidation. Néanmoins, le fait que la hausse soit intervenue alors que les investisseurs vendaient les actions est atypique. Le « flight to quality », qui fait baisser les taux des obligations d’Etat quand les actions brulent des doigts des investisseurs, ne serait plus de mise ? Cela signifie que les investisseurs sont prêts à vendre en même temps actions et obligations, donc à se mettre « cash ». Ils douteraient même des Etats, et préfèreraient garder leurs avoirs en liquidités.

Il y a dans ces deux phénomènes le spectre de la grande Crise, qui associerait contraction de l’activité réelle et fuite vers la liquidité absolue. Nous sommes convaincus que ce n’est pas « le Grand Soir », mais cela ressemble beaucoup à une grande répétition…D’autant que les deux rendez-vous européens de ce mois (Grèce et Grande Bretagne) sont très stressants…

Investisseurs : La baisse des cours nous amène à relever notre allocation. Une confirmation de la baisse de ce matin nous conduirait à ne plus sous pondérer les actions. Nos allocations sont désormais « neutres ».

Spéculateurs : Le premier objectif à 4856 points été quasi-atteint, mais la baise n’est pas encore stabilisée. La prudence reste de mise.

Tendances sur les taux et les devises : Les taux souverains poursuivent leur remontée. Le Bund a côté près de 0,6% hier, le 10 ans US, 2,24 %, l’OAT France 10 ans, 0,9 %. L’ € a repris à nouveau 2 %, et se rapproche de 1,14 $

Tendances récentes sur les matières premières : Le cours du pétrole a remonté de 5 %, tout comme le cuivre.

Eric Galiègue
VALQUANT

171, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
Tél. 01.58.18.37.50
Fax. 01.42.65.15.26

www.valquant.fr




Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur

Le magazine bimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mercredi 13 Mai 2015
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies




Finyear - Daily News