Corporate Finance, DeFi, Blockchain, Web3 News
Fintech, DeFi, Blockchain, Web3 Daily News by Finyear

Comment une approche hybride pourrait aider dans la lutte anti-blanchiment dans la banque privée

Par Charmian Simmons, experte en Crime financier et Conformité chez BAE Systems Digital Intelligence.


La valeur totale des actifs mondiaux sous gestion devrait passer de 110 000 milliards de dollars en 2020 à 145 000 milliards de dollars en 2025. Cela en fait une cible de plus en plus attrayante pour les adeptes du blanchiment d'argent. Dans le même temps, un rapport sur la banque privée et la gestion de patrimoine édité par la société BAE Systems révèle des coupes budgétaires dans la plupart des banques privées, ce qui pourrait nuire à leur capacité à repérer la criminalité cachée. Alors que les régulateurs commencent à s'intéresser au secteur de la banque privée, il est intéressant d’examiner comment les acteurs du secteur peuvent mieux gérer les risques financiers et les risques sur leur réputation sans compromettre leur proposition de valeur aux clients fortunés.

La réponse ne réside peut-être pas uniquement dans la technologie, mais plutôt en associant l'apprentissage automatique non supervisé à l'expertise humaine et la connaissance approfondie des clients de la part des gestionnaires. Les banquiers privés souhaitent une collaboration plus étroite avec leurs fournisseurs de technologie pour que cela devienne une réalité.

Une adéquation parfaite

L'ampleur et l'opacité du secteur mondial de la gestion de patrimoine en feront un terrain idéal pour le blanchiment d'argent, si les bonnes solutions ne sont pas mises en place pour le détecter et le prévenir. Les transactions transfrontalières de grande valeur ne sont pas rares, ce qui facilite la dissimulation de transactions illégales. De nombreux clients possèdent plusieurs comptes sous plusieurs noms commerciaux et dans plusieurs pays, et peuvent être réticents à fournir des documents et des explications à leur sujet, ce qui aggrave encore les problèmes de transparence pour les banques privées. La culture du secret dans le secteur, soutenue par les lois locales dans de nombreuses juridictions, attire également la criminalité.

L'ampleur de la dissimulation est telle qu'il est presque impossible de chiffrer avec précision le volume du blanchiment d'argent dans le monde. Tout ce que l'on sait, c'est que les régulateurs commencent à en prendre conscience. L'Autorité bancaire européenne (ABE) a lancé un avertissement en mars 2021 : "Les services des sociétés de gestion de patrimoine peuvent être particulièrement vulnérables aux abus des clients qui souhaitent dissimuler l'origine de leurs fonds ou, par exemple, échapper à l'impôt dans leur juridiction d'origine." Le Crédit Suisse, par exemple, a récemment été condamné par un tribunal pénal local pour ne pas avoir mis fin au blanchiment d'argent par un syndicat du crime bulgare, pour un montant de plus de 146 millions de francs suisses.

Selon nos recherches, le secteur est de plus en plus conscient de ses responsabilités en vertu de lois telles que la sixième directive anti-blanchiment de la Commission européenne (6AMDL). Les banques privées sont particulièrement soucieuses d'éviter le type d'atteinte à la réputation et les amendes auxquelles le Crédit Suisse est confronté. Parmi les nombreuses infractions principales liées au blanchiment d'argent identifiées dans la 6AMDL, la fraude est désignée comme celle qui entraîne les pertes financières les plus importantes, suivie par le crime organisé et la corruption.

Comment les banques privées s'en sortent-elles ?

Alors, comment les banques privées du monde entier gèrent-elles ces risques ? Leurs chargés de relations jouent un rôle essentiel. Ce sont eux qui connaissent le mieux les affaires de leurs clients. Ils s'attachent à comprendre les sources de richesse et le nombre parfois vertigineux de gestionnaires d'actifs personnels, de comptables, d'amis et d'associés qui entourent les personnes fortunées. Pourtant, leurs efforts en matière de connaissance du client (KYC) sont souvent contrariés par la difficulté de définir quel est le « comportement normal » d'individus qui justement se comportent souvent de manière très particulière. C'est pourquoi il faut faire preuve d'une grande diligence lors de l'intégration, allant même jusqu'à des visites en personne dans les locaux des clients. Et c'est pourquoi les responsables des relations avec la clientèle examinent de près toute transaction signalée comme suspecte.

La technologie est là pour les aider. En fait, 77 % des banques privées ont mis en place des produits automatisés pour aider à détecter et à prévenir le blanchiment d'argent. Le problème est que ces solutions sont généralement conçues pour être utilisées dans d'autres secteurs, comme la banque de détail, et peuvent donc être mal adaptées au monde spécialisé de la gestion de patrimoine. Beaucoup d'autres sont dépassées. Le résultat ? Près des deux cinquièmes (38 %) des banques privées avec lesquelles nous nous sommes entretenus ont déclaré qu'il était extrêmement difficile de mesurer la fréquence du blanchiment d'argent, et 63 % ont affirmé que les techniques de blanchiment d'argent étaient devenues plus difficiles à repérer au cours des 12 derniers mois. Elles estiment qu'en moyenne, seulement 38 % des activités sont découvertes, ce qui est inférieur à la moyenne du secteur bancaire mondial dans son ensemble.

Une approche plus nuancée

Conscientes des défis et des opportunités qui se présentent, les banques privées se font davantage entendre auprès de leurs fournisseurs. Un cinquième d'entre elles (20 %) souhaitent un engagement plus étroit avec les fournisseurs de technologie sur les questions de blanchiment d'argent, afin d'être mieux à même de comprendre les tactiques et techniques utilisées par les criminels. Il s'agit d'un nombre relativement faible à l'heure actuelle, mais qui pourrait représenter le début d'une nouvelle ère caractérisée par une gestion plus proactive du risque de réputation.

Toutefois, le diable se cache dans les détails. Pour obtenir un véritable avantage, les banques privées ont besoin d'une technologie de lutte contre le blanchiment d'argent capable de tirer parti des dernières avancées en matière d'apprentissage automatique pour améliorer la détection sur la base d'enseignements spécifiques au secteur. Plus important encore, ces outils doivent être suffisamment conviviaux pour que les gestionnaires de relations non techniques puissent les utiliser. C'est ainsi que nous pourrons réellement commencer à tirer profit d'une approche hybride de la lutte contre le blanchiment d'argent, adaptée au secteur de la banque privée. Lorsqu'elle est mise en œuvre de manière efficace, elle permet d'optimiser les connaissances spécifiques du client et de les combiner avec des informations technologiques intuitives et pertinentes, qui favorisent une coopération étroite avec les équipes de conformité.

Mardi 15 Novembre 2022




OFFRES D'EMPLOI


OFFRES DE STAGES


NOMINATIONS


DERNIERES ACTUALITES


POPULAIRES