Future Finance, Fintech, Blockchain, DeFi | Daily News
              



COVID-19 : De la pandémie sanitaire à la pandémie numérique


Par Dagobert Levy, Vice President South EMEA, Tanium.



Vol de données, infection d’ordinateurs… Alors que les professionnels de la santé mènent une rude bataille contre le virus, les responsables informatiques sont aussi présents sur le front.

Quand la crise sanitaire devient aussi informatique

En réponse à la crise sanitaire que vit le monde actuellement, les entreprises ont dû appliquer le télétravail généralisé. Si certaines sont habituées à ce fonctionnement, d’autres ont dû l’appliquer de manière soudaine et non-anticipée. Exposant alors leur entreprise à de nombreuses menaces. En effet, une récente étude menée par l’institut Vanson Bourne révèle que 65% des décideurs informatiques français découvrent des appareils dans leur parc informatique de manière quotidienne ou hebdomadaire. Un constat qui ne peut aller qu’en s’empirant avec la généralisation du télétravail. Selon cette même étude, 47% des entreprises françaises pensent que ce manque de visibilité et de contrôle les rend vulnérables aux cyberattaques. Et elles ne pensent pas si bien dire !

De toute évidence les cyber-attaquants ont compris qu’ils avaient une carte à jouer dans cette crise. En effet, ces derniers tentent par tous les moyens d’infiltrer les réseaux informatiques des entreprises et des particuliers. Selon Thalès, 50% des noms de domaines créés depuis décembre et liés au thème du coronavirus appartiennent à des acteurs malveillants et peuvent amener à l’injection de logiciels malveillants. Ces attaques ont pris une telle ampleur que l’OMS a dû récemment prendre la parole à ce sujet, en sortant de son cadre d’institut spécialisé dans la santé publique, pour alerter la population sur les fraudeurs qui agissent en son nom.

Les gestes barrières en cybersécurité

Tout comme les professionnels de santé ne cessent de répéter les gestes barrières à appliquer pour éviter de contracter le virus, en cybersécurité il en existe également 4 pour préserver son parc informatique :

Sécuriser : les employés travaillant pour la plupart sur leur réseaux domestiques, avec moins d’accès possibles aux systèmes d’information centraux, les vecteurs d’attaques se sont multipliés. En effet, ces derniers sont connectés à leurs réseaux domestiques “ouverts” où sont également connectés un certain nombres de devices personnels. Dans ce contexte, patcher les postes, contrôler leur conformité et reporter les comportements malveillants deviennent un vrai défi, d’autant plus lorsqu’on sait que les entreprises peinent à obtenir une visibilité globale et instantanée sur le parc informatique. Leur priorité sera alors de s’assurer que tous les actifs informatiques sont pris en compte par la direction informatique afin qu’elle puisse opérer la gestion des risques.

Sensibiliser les employés : les experts sont unanimes, la majorité des attaques de ransomware ont pour origine le fait qu'un employé clique sur un lien malveillant, ouvre une pièce jointe infectée ou visite un site web compromis. En effet, les cyber attaquants profitent du climat anxiogène ambiant pour proposer des “fausses solutions” poussant les internautes à cliquer sur des liens malveillants. Pour y remédier, ou au moins minimiser les risques, les entreprises doivent organiser des formations pour sensibiliser leurs employés sur les dangers qui les guettent et la manière de s’en prémunir.

Optimiser : pour les entreprises qui sont temporairement à l’arrêt, comme beaucoup d’industries, une bonne pratique à adopter serait de profiter de cette période pour améliorer des systèmes qui ne peuvent, en temps normal, être arrêtés, ou faire des campagnes de mise à jour. En effet, les principes de base de la sécurité sont tout aussi importants que les solutions de sécurité plus complexes. C’est l’occasion pour elles de remettre à plat leur “hygiène informatique” et d’assurer la mise en œuvre de contrôles de sécurité et une meilleure gestion des risques.

Anticiper : les entreprises doivent également prévoir un plan de sortie de crise : comment réintégrer au sein de l’organisation tous ces postes de travail qui se sont échappés dans la nature, et dont on a pu difficilement contrôler les activités, le tout en toute sécurité ? Cette question, qui peut paraître encore lointaine aujourd’hui, doit absolument être anticipée pour assurer un retour à la normal en sécurité.

Quelles seront les leçons à tirer ?

Comme après chaque crise, des leçons doivent être tirées pour s’assurer qu’une telle situation ne se reproduise pas. S’il y en a quelques-unes qui devront attendre que la crise soit derrière nous, d’autres peuvent être tirées dès aujourd’hui. En effet les responsables informatiques prennent déjà conscience de l’importance d’avoir une totale maîtrise de leur environnement informatique. Cette maîtrise passe notamment par la capacité à obtenir une visibilité en temps réel sur l’ensemble du parc informatique. Dès lors, les responsables informatiques seront en mesure d’identifier les appareils non patchés et les autres points de vulnérabilité. Ce gain de visibilité leur permettra dans un second temps de faire évoluer leur méthode de management des postes de travail et des serveurs afin d’être en mesure de gérer et de maintenir la sécurité de leurs actifs informatiques en toute circonstance.

Mais pour ce faire, les équipe de sécurité et des opérations vont devoir collaborer pour simplifier et sécuriser l’environnement informatique, et trouver des données fiables qui permettront de prendre les bonnes décisions rapidement et en toute confiance, même en période de crise.

À propos de Tanium
Tanium propose une plateforme de visibilité et de contrôle des terminaux qui transforme la façon dont les entreprises gèrent et sécurisent leurs systèmes d’information, avec une vitesse et une agilité inégalées. Un grand nombre d’entreprises, dont plus de la moitié des entreprises du Fortune 100, les plus grands distributeurs et les principaux établissements financiers, ainsi que les six Forces armées des États-Unis, s’appuient sur Tanium pour prendre leurs décisions en toute confiance, et rester résistantes face aux menaces. Tanium s’est récemment classé au 12e rang du « Top 100 des sociétés privées sur le marché du cloud computing pour 2020 » publié par Forbes, et au 4e rang sur la liste FORTUNE « 100 Best Medium Workplaces ».
tanium.com


No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.



Vendredi 16 Octobre 2020
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Newsletter quotidienne gratuite


Le marché des cryptos




Finyear - Daily News