Digital & Decentralized Finance, Blockchain Daily News
              



Bull ou bulle ?


Vivons-nous un « bull market » ou une « bulle spéculative » ? Il n’a échappé à aucun observateur que depuis l’été 2012, le cours des actions s’est apprécié de plus de 30 % alors que les anticipations de bénéfice ont baissé de 4 % sur la même période. Ce « bull market » n’a pas été accompagné par une hausse des bénéfices, au contraire : il s’agirait donc bien d’une bulle spéculative… Faut-il s’en inquiéter ? Plusieurs éléments nous font penser que non.



Eric Galiègue
Eric Galiègue
1/ La BCE a annoncé en juillet 2012, par la voix de son président Mario DRAGHI, la solution monétaire à la crise de l’€. Le terme « no quantitative limit » pour le nouveau dispositif «OMT », n’a laissé aucun doute quant à sa détermination à « sauver l’€ ». Ainsi, le risque systémique a sensiblement baissé : une partie non négligeable de la hausse des actions est liée à ce phénomène.

2/ Entre l’été 2012 et maintenant, l’Europe est sortie d’une récession volontaire, en ce sens qu’elle a été initiée par les politiques d’austérité des pays financièrement fragiles de la zone €. Le risque, que nous avons souligné à l’époque, était grand que la zone €, et l’Europe en général, s’enfoncent dans la spirale de la dépression… En fait, et c’est la bonne surprise de l’année 2013, l’Europe vient de sortir de la récession un peu plus tôt que beaucoup ne l’avaient craint. Le marché a salué cette bonne surprise : cela nous semble parfaitement normal.

3/ A la mi-2012, l’indice CAC 40, qui valait autour de 3 200 points, était peu différent de ses niveaux de 2002 et de 1997. Son PER valait 9.4 et la capitalisation boursière de l’indice représentait quasiment les fonds propres des entreprises qui composent l’indice… On pouvait donc dire que les actions étaient très, voire considérablement sous évaluées : selon le modèle de la Reference Value, la valeur du CAC 40 était de 5 000 points…
Evidemment, la solution monétaire à la crise n’est pas satisfaisante. Mais elle est efficace. Ce n’est qu’en montrant son pouvoir absolu sur la monnaie que la BCE a réussi à déstabiliser les spéculateurs qui annonçaient la mort de l’€. L’avenir de l’€ reste incertain ; la convergence nécessaire entre les pays européens est lente et l’accroissement de l’excédent de la balance courante de la zone € fait flamber notre monnaie, ce qui handicape notre croissance si faible. Il faut une plus grande volonté politique pour organiser des transferts massifs de l’Allemagne vers le reste de la zone € : seule la prochaine crise permettra la mise en œuvre de ce qui semble aujourd’hui impossible.
Les perspectives de croissance des bénéfices des entreprises de la zone € pour l’année prochaine sont importantes : plus de 20 %, soit 3 fois plus qu’aux USA. Evidemment, nous savons tous que l’effet de base est majeur dans ce calcul. Année de récession, 2013 représente un point bas dans le cycle des bénéfices, car depuis 2 ans, les analystes ne font que réviser en baisse leurs anticipations.
Nous vivons dans un régime de bulles et de krachs, avec un risque déflationniste toujours important. Si l’investisseur ne profite pas, un tant soit peu, du gonflement de la bulle, alors il se prive d’une bonne partie de la rentabilité des actions. Ce type d’attitude est par lui-même auto-réalisateur, et donc alimente la volatilité. Mais ainsi le monde est-il fait : il faut savoir jouer avec ces règles. Aujourd’hui, nous considérons que le « bull market » est loin d’être fini. Le PER médian des actions européenne vaut 13, soit 2 points de plus que la moyenne des 10 dernières années, et bien moins que les niveaux pratiqués pendant les périodes 1996-1999 et 2001-2004.

Investisseurs : Nous sommes investis en actions « normalement » depuis le franchissement du niveau des 4 200 points sur le CAC 40.

Spéculateurs : L’indice Cac 40 consolide, mais reste haussier au-dessus de 4121.
Tendances sur les taux et les devises : les taux obligataires ont baissé, l’€ s’est stabilisé contre le $.

Tendances récentes sur les matières premières : Les cours du pétrole ont remonté de 2 $ le baril cette semaine, après une baisse continue depuis 2 mois.

Lettre hebdo du 31 OCTOBRE 2013




Eric Galiègue
VALQUANT

171, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
Tél. 01.58.18.37.50
Fax. 01.42.65.15.26

www.valquant.fr

Mardi 5 Novembre 2013
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *