Digital & Decentralized Finance, Blockchain Daily News
              



A quoi servent les entreprises ?


Le but d’une entreprise est de servir ses clients. Mais elle a aussi l’obligation de ne faire de tort à qui que ce soit et l’opportunité d’enrichir la vie de ses salariés. De ce constat, Seth Godin, auteur américain, propose une réflexion sur l’attitude des grands groupes qui semblent avoir oublié ces postulats de la libre entreprise.



Alain Goetzmann
Alain Goetzmann
Ils se sont convaincus, avec le temps, que l’objectif majeur d’une entreprise est de maximiser le retour sur investissement. Or, cela ne devrait pas être l’objectif premier. Ce n’est, en tous cas pas, ce que nos démocraties attendent des groupes, comme contribution à la société toute entière.

L’histoire des grandes compagnies au cours des générations passées, celles qui ont créé la culture des affaires au sens libéral du terme, montre que leurs dirigeants avaient beaucoup mieux en tête que simplement la valorisation de leurs stock-options ou l’obtention de retraites-chapeaux.

L’un des problèmes de la maximisation du cours de bourse est qu’en définitive, ce n’est pas particulièrement difficile. Si vous avez la puissance que vous donne la part de marché, si pour le client, le coût de changement est élevé ou sa connaissance limitée, les chemins sont innombrables, à une équipe de direction compétente, pour maltraiter le consommateur, les salariés ou la communauté dont elle fait partie au seul profit de l’investisseur dont l’exigence est insatiable.

Dans ces conditions, il n’est pas très difficile d’économiser sur la durée de vie des produits ou leur obsolescence programmée, de réduire le niveau des services après-vente ou des hot-lines ou encore de diminuer les bandes passantes sur lesquelles s’était engagé un opérateur téléphonique, par exemple.

Le fait que malgré cela, les groupes continuent à prospérer ne signifie pas qu’ils agissent dans l’intérêt du client, qu’ils tiennent leurs promesses ou qu’ils se développent dans la fierté d’exceller dans leur métier. Ils commettent ainsi, au contraire, une grave erreur, de celles qui, régulièrement, font les « accidents industriels ».

Le profit et la capitalisation boursière ne sont pas des fins en soi. Le management financier n’est pas une panacée. Ce sont des clients ravis servis par des salariés enthousiastes qui font les profits durables. Ne l’oublions jamais.

 

Direction financière et stratégique
Levée de fonds, introduction en bourse, fusion-acquisition
Agrément CIF N° F000131 - Listing Sponsor sur Alternext
88 bis, avenue Charles De Gaulle 92200 Neuilly-sur-Seine

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 6 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The FinTecher
- The Blockchainer
- Le Capital Investisseur

Le magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mercredi 16 Décembre 2015
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles