Quotidien Corporate & Crypto Finance - Daily News


              



779 milliards de $


Lettre du 19 octobre 2018.



Eric Galiègue
Eric Galiègue
779 milliards de $, c’est le déficit de l’état fédéral américain. Il a été annoncé cette semaine et représente 3,9% du PIB de la première économie du monde.
Les USA, qui nous ont si longtemps rappelé les règles du libéralisme économique, du libre-échange, de la libre concurrence et de la nécessité des grands équilibres, nous présentent aujourd’hui ce déficit budgétaire largement supérieur à celui que l’on reproche à l’Italie.
Le pire, c’est que ce déficit va s’accroitre encore en 2019, et probablement dépasser le montant des 1 000 milliards de $, et 5% du PIB. Il s’additionne au déficit commercial qui représente lui-même 3% environ du PIB, pour constituer un gigantesque « twin deficit ».
On comprend pourquoi les taux d’intérêt progressent. Malgré l’arrogance de leur Président, les USA doivent trouver chaque jour de l’argent pour acheter des produits à l’étranger et payer les factures de l’Etat fédéral.
La hausse des taux est totalement justifiée par la conjonction de plusieurs facteurs majeurs. Les besoins de financement de l’Oncle Sam sont considérables et nécessitent toujours d’attirer l’épargne mondiale, notamment européenne, japonaise et … chinoise, bien sûr.
La perspective d’une amélioration de la croissance en volume et en prix, telle que reflétée dans certains indicateurs publiés récemment, constitue une seconde raison importante qui motive la hausse des taux. La Fed l’a bien indiqué dans les minutes de sa dernière réunion de politique monétaire et a évoqué la possibilité d’aller au-delà de la neutralité des taux.

La seule manière d’attirer les capitaux est de vendre du rêve (de la plus-value future) et plus efficacement en période de doutes, des taux d’intérêt plus élevés (du rendement immédiat). Les USA doivent payer plus cher pour poursuivre sur cette folle trajectoire.

Heureusement, il y a M. Trump et ses vastes projets qui ont fait illusion pendant 2 ans. Il veut remettre dans le droit chemin M. Powell, qui n’a rien compris à ce qui se passe dans le monde, et de toute façon est devenu fou. M. Trump s’est déjà courageusement attaqué aux chinois, première cause du déficit commercial. Et demain, aux pauvres de son propre pays, première cause du déficit budgétaire en raison des dépenses inutiles de l’Obamacare. Demain, il s’en prendra peut-être à l’Europe, qui permet à certains de ses membres de présenter un insupportable déficit de 2,4% de son PIB…

La correction de Wall Steet est justifiée avant tout par la hausse des taux d’intérêt de marché, par le franchissement de ce fameux seuil des 3% du rendement des obligations à 10 ans. La poursuite de cette hausse induit un ralentissement économique, car l’économie américaine et Wall Street ont impérativement besoin de taux très bas et d’une surabondance de monnaie pour poursuivre sur leur trajectoire actuelle. La perspective de ce ralentissement économique, conséquence de la hausse des taux, conduit à une baisse de Wall Street bien plus importante.

En Europe, rien ne va plus. Il ne faut plus parler depuis des mois de risque Brexit ou de risque italien, mais de réalité et de crise ouverte au sein de l’Europe. Cette crise est nécessaire pour la faire avancer, on le sait depuis bien longtemps. Mais, comme la hausse des taux aux USA, elle induit une phase corrective importante sur le cours des actions.

Dans la phase actuelle, tout est possible, surtout en Octobre. Les indices actions, dont il n’a échappé à personne qu’ils sont pour le moins fébriles, vivent une période difficile. Dans l’esprit contrariant qui nous caractérise, nous ne sommes plus vendeurs, mais le momentum négatif dans lequel le marché est entré pourrait nous emmener à des niveaux bien plus bas.

Spec : Les indices européens ont validé de grosses figures de retournement la semaine dernière, ils sont très fragiles.
Tendance sur les marchés de taux et de devises : les taux européens ont légèrement baissé, sauf le taux italien. Les taux américains sont tendus : le 10 ans US reste au-delà de 3,2%. L’€ a baissé contre $.

Tendances récentes sur les matières premières : Les cours du pétrole ont baissé. Le prix du cuivre est stabilisé.

Investisseurs : Nous recommandons aux investisseurs à risque moyen ou faible, la neutralité sur les actions entre 4 920 et 5 298 points pour le CAC 40.

Eric Galiègue
VALQUANT

171, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
Tél. 01.58.18.37.50
Fax. 01.42.65.15.26

www.valquant.fr




Finyear - Daily News

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear
- Sa newsletter quotidienne :
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation, Finance Digitale, Cryptofinance.

Read for free :

The daily newspaper Finyear
- Its daily newsletter :
Receive the Finyear's newsletter every morning by email, a daily snapshot of the best news and expertise in Finance innovation, Digital Finance, Cryptofinance.

Lundi 22 Octobre 2018
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies




Finyear - Daily News