Digital & Decentralized Finance, Blockchain Daily News
              



+2.55 %


+2.55%, c’est la performance du premier jour de l’année, c’est la performance du « jour de l’an boursier ». En effet, la tendance du premier jour de bourse de l’année est censée préfigurer la performance de l’ensemble de l’année nouvelle. C’est une des anomalies de marchés relevées depuis bien longtemps par les observateurs, professionnels et académiques. Les autres anomalies sont l’effet vendredi (plutôt baissier), l’effet mai et octobre (plutôt baissier aussi)…



Eric Galiègue
Eric Galiègue
Comprendre et anticiper les marchés d’actions demeure un exercice particulièrement difficile. Nous ne reviendrons pas ici sur les raisons profondes de la difficulté de l’exercice. Mais la raison essentielle est l’extrême variabilité de la prime de risque, qui dépend profondément de l’état de la psychologie collective des investisseurs. C’est cette mesure hautement subjective qui conditionne la tendance des actions, mais aussi des autres classes d’actifs financiers.

La controverse politique sur le traitement du « fiscal cliff » aux USA est un bon exemple de la subjectivité des marchés financiers. Présentée en dehors de son contexte, cet accord ne change pas profondément la donne, et aurait pu être très mal interprété. Il reporte de deux mois les décisions sur les coupes budgétaires, relève la contribution de tous les ménages au système d’assurance maladie, et augmente marginalement le taux d’imposition des ménages aux revenus les plus élevés. Cet accord démontre à nouveau l’extrême difficulté de la démocratie américaine à prendre des décisions consensuelles : il aura fallu effectivement que les parlementaires travaillent la nuit de la Saint Sylvestre pour obtenir un accord, la veille de la mise en œuvre des fameuses « coupes budgétaires automatiques ». Le constat d’échec est cuisant : la date buttoir du 31 décembre 2012, et son enjeu considérable, avait été décidée dans l’accord de l’été 2011, pour inciter les politiques à s’entendre « sereinement » … Le spectacle est affligeant, et l’Agence S&P pourrait bien à nouveau « marquer le coup », et souligner encore une fois le dysfonctionnement politique américain, alors que de nombreuses autres échéances rapprochées se profilent…

Mais il est une autre interprétation, qui est la nôtre et est manifestement celle des marchés financiers : le pire a été évité. L’absence d’accord le matin du 1 janvier, et surtout à l’ouverture des marchés financiers le 2 janvier, aurait pu créer un véritable « tsunami financier ». C’est d’ailleurs très probablement l’argument qui a le plus porté dans la nuit de la Saint Sylvestre… La mise en place des coupes automatiques aurait créé tout aussi automatiquement la récession Outre-Atlantique. Elle aurait été d’autant plus profonde que le choc psychologique des citoyens aurait amplifié le choc économique de la contraction des dépenses publiques et de la hausse des impôts. A l’opposé, l’accord trouvé, même très imparfait, crée un choc psychologique positif. L’impact négatif sur la conjoncture est inférieur à 1 %, et les conjoncturistes peuvent confirmer 2 % de croissance en 2013. La chape de plomb qui pesait en 2012 sur les marchés d’actions s’allège instantanément. Les politiques ont montré qu’ils pouvaient quand même s’entendre. Personne n’est satisfait, mais la situation est débloquée. C’est l’essentiel, et, surtout, cela préfigure de la suite. D’autres accords seront trouvés, et en fait le stress majeur disparait. Ainsi, le troisième risque majeur qui bridait les marchés d’actions à la mi 2012, disparait. Le premier risque, systémique, c’était l’éclatement de la zone € : il a disparu grâce aux mesures annoncées par la BCE pendant l’été. Le second risque, c’est la possibilité d’une dépression économique en Europe : il a disparu avec la stabilisation de l’économie des pays les plus fragiles de l’Europe, et les déclarations de Mme MERKEL sur la possibilité d’une relance économique allemande en 2013. Le troisième, c’était le risque politique de blocage total aux USA : il a disparu avec l’année 2012. Nous rehaussons pour la troisième fois depuis septembre, les bornes de l’allocation d’actifs.

Toute l’équipe de VALQUANT vous présente ses vœux de santé, bonheur et prospérité pour l’année 2013


Investisseurs : Nous proposons de surpondérer les actions si le CAC 40 vaut entre 3400 et 3800 points. Nous sommes investis « normalement » si le CAC 40 vaut entre 3800 et 4200 points.

Spéculateurs : Le franchissement de 3720 points dégage un potentiel à court terme jusqu’ à 3777.

Tendances sur les taux et les devises : les taux obligataires italiens et espagnols ont encore baissé, le taux du « bund » allemand a monté de 15 pb.

Tendances récentes sur les matières premières : Le prix du blé continue à baisser ; le prix du pétrole a gagné 2 $


Eric Galiègue
VALQUANT

171, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
Tél. 01.58.18.37.50
Fax. 01.42.65.15.26

www.valquant.fr

Jeudi 10 Janvier 2013
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News