Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



"Voir la musique" à Saint-Riquier


Exposition événement: "voir la musique", musée départemental de l'Abbaye de Saint-Riquier (Somme). Jusqu'au 30 août 2009



"Voir la musique" à Saint-Riquier
Le musée départemental de l'Abbaye de Saint-Riquier en complément au Festival estival (Festival de Saint-Riquier, 9-19 juillet 2009) propose jusqu'au 30 août 2009, une exposition exceptionnelle regroupant 80 tableaux sur le thème de la musique... en accès gratuit.

Depuis le 28 mars dernier, les cimaises du musée départemental de Saint-Riquier accueillent dans ses salles d'exposition temporaire, une rétropective majeure de l'été 2009: 80 tableaux en provenance de nombreux musées française et belge, dévoilent la richesse des lectures iconographiques quand les peintres, du XVIè au XXè siècle, représentent des sujets en rapport avec la musique. Petits formats ou grandes toiles, sujets sacrés, profanes, mythologiques, mais aussi scènes collectives, "en concert",... les tableaux sélectionnés offrent un regard particulièrement exhaustif sur les manières de peindre la musique depuis la Renaissance jusqu'au XXè siècle. Les premières sections mettent en lumière le mythe d'Orphée, poète antique et chantre de Thrace: inconsolable sur la tombe de sa bien aimée Eurydice; tentant d'infléchir les divinités infernales - Pluton et Proserpine- pour la retrouver; ou réduit à quelques fragments, tête et lyre cassée sur le sol...

De nombreux portraits de musiciens et musiciennes, profanes ou religieux, argumentent les rapports pluriels de la musique et de la ferveur, entre sensualité, extase, contemplation: ainsi, Sainte-Cécile, patronne des musiciens; David et sa harpe magicienne jouant devant Saul; Saint-François, victime des musiques célestes d'anges musiciens... C'est aussi le portrait exceptionnel d'une musicienne enturbanée à la mode vénitienne (signé Jacques Gamelin, 1774. Carcassonne, Musée des Beaux-Arts), affichant perles et soieries luxuriantes qui, renouvelle non sans ambiguïté, la représentation de Sainte-Cécile à la fin du XVIIIè. La toile isolée sur une cimaise à part constitue aussi le visuel de l'exposition "Voir la musique" (cf notre illustration ci dessus).

"Voir la musique" à Saint-Riquier
Les dernières salles exposent les scènes collectives: concerts champêtres et de fantaisie (Hubert Robert), quatuor à lecture sociale (Vincent), duos musicaux (amoureux?: signés Van Beveren, Boilly) eux-mêmes inspirés des peintres hollandais et flamands baroques (XVIIè, également présents ou évoqués dans l'accrochage tels Ter Borch, David III Ryckaert)... Parmi nos oeuvres préférées (qui justifient à elles seules votre déplacement jusqu'à Saint-Riquier, à seulement 1h40 en train de Paris, depuis Paris Gare du Nord), citons le grand concert d'après Theodor et Valentin Rombouts (Valenciennes, Musée des Beaux-Arts, cf notre illustration ci-dessous), qui offre une saisissante réunion d'hommes, associant concert et tabagie, propre aux écoles nordiques du XVIIè dans la mouvance caravagesque; l'extraordinaire scène de théâtre musical de Carel Jacob de Crec (scène de commedia dell'arte, également en provenance de Valencienne), visiblement inspiré par Watteau... Enfin saluons la riche présence des vanités où les instruments de musique très minutieusement décrits, ajoutent à l'expression de la fugacité des plaisirs terrestres. Illustration ci contre: Les regrets d'Orphée, sur la tombe d'Eurydice (1796) par Charles Landon (1760-1826), Alençon, musée des Beaux-Arts et de la dentelle.

"Voir la musique" à Saint-Riquier
Les expositions de peinture sur la musique sont rares, souvent variées et confuses. Celle-ci se révèle exemplaire tant par l'organisation de l'accrochage (divisé en section thématiques: "les allégories", "représenter l'instrument de musique et la musique notée", "le musicien isolé", "la musique d'ensemble", "la musique comme symbole"...) que par la richesse du fonds iconographique ainsi recomposé. Les oeuvres rassemblées proviennent entre autres des musées de Béziers, Cannes, Chaumont, Bourges, Strasbourg, Lille, Cambrai, Dunkerque, Pontoise, Carcassonne, Orléans, Riom, Saint-Quentin, Amiens, Blois, Saint-Omer, Douai, Valenciennes, Alençon, Toulouse, Pontarlier, Soissons, Rouen, Tours... ce qui laisse supposer la complexité de son montage. De tableau en tableau, vous irez de découvertes en surprises, éprouvant désormais en une confrontation de motifs et de manières particulièrement riche (réalisme poétique et allégorique des natures mortes du XVIIè, touche visible à la Fragonard du XVIIIè, clairs obscurs à la Caravage, métier porcelainé du XIXè...), un regard plus affûté sur la représentation des instruments et des partitions dans les tableaux, du XVIè au XXè siècle. Le regroupement des toiles ainsi réalisé est en soi une prouesse : il mérite d'être vu.

"Voir la musique" à Saint-Riquier
L'exposition est d'autant plus recommandée et même incontournable qu'elle est à Saint-Riquier en accès libre et gratuit, jusqu'au 30 août 2009. Exposition temporaire "Voir la musique", jusqu'au 30 août 2009. Sujets musicaux dans la peinture du XVIème au XXème siècle. Dans le cadre de la 25ème édition du Festival de Saint-Riquier 2009.

Classiquenews, l'e-quotidien 100% musique classique
Classiquenews, partenaire CFO-news

www.classiquenews.com

Jeudi 23 Juillet 2009
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News