Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Vendée Globe - La tête de flotte au diapason


J+23,5 A 150 milles de la Porte Atlantique

Un plus deux : Sébastien Josse (BT) tient toujours tête à un duo de poursuivants composé maintenant de Yann Elies (Generali) et de Jean-Pierre Dick (Paprec-Virbac 2). Dans leur sillage ils sont encore six à moins de cent milles de la tête de flotte. Toute la flotte s'apprête à passer la première porte des glaces et enregistre le changement de parcours dicté par des impératifs de sécurité.



Vendée Globe - La tête de flotte au diapason
Classement du mercredi 3 décembre à 5 heures :
1- Sébastien Josse (BT) à 18368 milles de l'arrivée
2- Yann Elies (Generali) à 41,9 milles du premier
3- Jean-Pierre Dick (Paprec-Virbac 2) à 43,2 milles du premier
4- Loïck Peyron (Gitana Eighty) à 67,2 milles du premier
5- Roland Jourdain (Veolia Environnement) à 84,3 milles du premier

Sélection internationale :
9- Mike Golding (Ecover) à 112,5 milles du premier
12- Dominique Wavre (Temenos II) à 253,8 milles du premier
13- Brian Thompson (Bahrain Team Pindar) à 490,1 milles du premier

Ils y sont : l'Océan Indien commence à devenir une réalité tangible. Aux lumières basses et aux vols des albatros sont venus s'ajouter un vent forcissant et une houle qui a pris de l'amplitude. Comme les vitesses des concurrents. Même si la nuit incite à la prudence, on a pu voir avant le coucher du soleil des solitaires flirter régulièrement avec la barre des vingt nœuds de moyenne. Le premier passage de front a permis à la tête de flotte d'accélérer la cadence et de creuser un nouvel écart avec les poursuivants. Marc Guillemot (Safran) et Michel Desjoyeaux (Foncia) pointent en effet ce matin à plus de 200 milles de Sébastien Josse qui semble se plaire dans rôle de leader. Plus loin encore, Sam Davies (Roxy) et Brian Thompson (Barhain Team Pindar) peinent à s'extraire des calmes générés à l'arrière du petit front qui les a rejoint hier. Il semble que rien n'est acquis à voir la valse des classements d'une journée à l'autre : à cinq heures, 13 malheureux petits milles séparaient le cinquième Roland Jourdain (Veolia Environnement) du huitième Jean Le Cam (VM Matériaux). Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat), quant à lui, a dévoilé ce matin que son bout-dehors avait de nouveau été endommagé. Le navigateur suisse qui a détecté le problème à l'entrée du pot-au-noir n'a pu remplacer les tissus de carbone affectés qu'hier, compte tenu des vents rencontrés. Bernard croise maintenant les doigts pour que la réparation tienne.

Mais l'information qui taraude tous les esprits est bien la modification de la position de la deuxième porte des glaces dite Porte de Kerguelen. De toute évidence, les effets du changement climatique sont perceptibles, qui amènent de plus en plus fréquemment des icebergs à des latitudes inhabituelles. Devant cette situation atypique, la direction de course a pris ses responsabilités en modifiant, comme prévu aux instructions de course la position de la porte des Kerguelen.

Rappel du communiqué diffusé hier à 21h

La porte des glaces dite de Kerguelen a été décalée comme suit : elle sera positionnée par 46°S entre les longitudes 25°E et 34°E, ce qui correspond à une remontée dans le nord de la porte d'environ 130 milles et dans l'ouest de 600 milles.

La mise en place des portes correspond à la volonté de l'organisation d'éviter au maximum les risques de rencontres avec des growlers, plaques de glace dérivantes détachées d'icebergs isolés. Etablies au départ en fonction des données statistiques dont disposait l'organisation, elles pouvaient être éventuellement déplacées en fonction des nouvelles données fournies par CLS, chargé pour le compte de la course de faire une observation en temps réel des glaces dans les mers du sud. C'est ce cas de figure qui se présente aujourd'hui par la conjonction de deux phénomènes;

- Premièrement, les dernières observations ont permis de détecter deux icebergs et donc des risques de glaces dérivantes aux alentours- légèrement au sud de l'orthodromie, route la plus courte d'une porte à l'autre.

- Deuxièmement, les données météorologiques font apparaître que la route la plus rapide pour rallier ces deux portes serait d'empanner directement dès le passage de la première porte des glaces pour aller chercher des vents nettement plus favorables au sud.

Cette analyse partagée par la direction de course du Vendée Globe, Sylvain Mondon de Météo France, Louis Mesnier de CLS et Alain Gautier, consultant sécurité pour l'épreuve, a donc conduit logiquement à cette modification de parcours. L'ensemble des concurrents a été averti ce soir par un message écrit sur Inmarsat doublé d'un e-mail. Le décalage dans l'ouest de la porte est justifié par la nécessité de permettre aux concurrents de ne pas s'approcher par la suite trop près des hauts-fonds de l'Archipel des Kerguelen.

www.vendeeglobe.org


Mercredi 3 Décembre 2008
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News