Quotidien future finance
              



Retards de paiement : mauvaise foi ou manque de contrôle ?


La loi PACTE (Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises), adoptée définitivement il y a plus d'un an, a durci les sanctions contre les mauvais payeurs avec, notamment, la procédure de « name and shame », permettant la divulgation des noms des contrevenants.



Depuis lors, les amendes pleuvent pour retards de paiement sur les grands groupes : selon Bercy, plus de 130 entreprises ont été mises à l’amende durant les trois premiers trimestres de 2019, tandis qu’elles seraient pas moins de 377 à avoir été sanctionnées l’année d'avant, pour un total avoisinant les 29 millions d’euros.

Les contrevenants à la loi PACTE sont-ils de mauvais payeurs, ou bien manquent-ils de contrôle sur leurs processus de paiement ? Pour Agnès Pannier-Runacher, Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, les retards de paiement, le plus souvent le fait de grandes entreprises, résulteraient d’un traitement trop administratif de la part de certains acteurs.

Les retards de paiement sous le radar des financiers

En effet, pour les grands groupes, ces processus se résument parfois à « Je ne paie que quand tous les contrôles sont bons. » Or la complexité des processus et des contrôles va croissant du fait de l’historique, des opérations de croissance externe, de la multiplication et de l’hétérogénéité des systèmes informatiques. Pour le processus de règlement, on trouve encore des sources d’information multiples (comptabilité fournisseurs centralisée, direction des achats, différentes filiales ou centres de profits plus ou moins indépendants,…) et de nombreuses procédures de contrôle (rapprochement entre facture et bon de commande, validation de la facture par les achats, par le commanditaire, etc.)

De nombreuses tâches sont encore effectuées manuellement, et donc potentiellement sources d’erreurs ou de dysfonctionnements. Par exemple, pendant les vacances d’été, les retards de paiement peuvent s’allonger car de nombreuses personnes ne sont pas là pour effectuer leurs contrôles, stoppant net le processus.

Ces premières amendes mettent en évidence que certains DAF n’ont aucune visibilité sur l’impact de ces lourdeurs sur leurs délais de paiement. Or on ne peut pas mettre sous contrôle ce qu’on ne voit pas, ce dont on n’a pas idée. Les solutions sont multiples. On pourrait cartographier précisément les processus de règlement, en identifier les potentiels points de blocage et automatiser tout ce qui peut l’être, afin que les équipes puissent se concentrer sur la gestion des exceptions.

Le name and shame va-t-il permettre de changer les priorités ?

En parallèle, mettre en place un reporting adapté permettrait de suivre les retards de paiement avec précision pour alerter la direction sur l’ampleur du phénomène avant que celui-ci soit révélé par l’administration fiscale. Les technologies existent pour repérer ces anomalies et automatiser ce qui peut l’être. Mais leur déploiement résulte d’une volonté de la direction financière, voire de la direction générale.

Or, gérer ces retards de paiement ne semble pas être une priorité des directeurs financiers pour le moment. Selon l’étude PwC publiée en décembre 2018, « Priorités 2019 du directeur financier », dans un grand groupe, la gestion du cash et l’optimisation des processus apparaissent en dernière et avant-dernière position de ses préoccupations, derrière le pilotage de la performance ou la contribution à la croissance. Pour une PME, la gestion du cash est la troisième priorité. Le name and shame de la loi PACTE risque de sensiblement modifier la donne pour la version 2020 de l’étude de PwC.

Par Lucie Bordelais, Directrice du développement de BlackLine France

À propos de BlackLine
BlackLine (Nasdaq : BL) est un fournisseur de solutions cloud permettant aux entreprises de transformer leurs fonctions comptables et financières grâce à l’automatisation, la centralisation et la simplification de leurs processus clés comme la clôture comptable ou les processus inter-entreprises. Conçue pour compléter les ERP et autres systèmes financiers déjà en place tels que SAP, Oracle ou NetSuite, la plateforme BlackLine aide les départements financiers et comptables des organisations de toutes tailles à améliorer leur efficacité opérationnelle, accroître leur visibilité en temps réel et veiller à la conformité dans le but de garantir une gestion optimale de la clôture comptable de bout en bout. La société occupe le carré des leaders dans le Magic Quadrant 2019 de Gartner consacré aux solutions cloud de clôture financière. Elle est par ailleurs considérée comme un pionnier sur le marché des solutions cloud d’optimisation et d’automatisation du contrôle financier.
Près de 3000 entreprises dans le monde font aujourd’hui confiance à BlackLine pour les aider à assurer l’intégrité de leurs bilans comptables et la fiabilité de leurs rapports financiers. Le siège social de BlackLine se trouve à Los Angeles, et des filiales sont basées dans les villes d’Atlanta, Chicago, New York, Vancouver, Singapour, Sydney, Melbourne, Londres, Francfort et Paris. Plus d’informations sur le site de BlackLine.



No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.


Vendredi 29 Mai 2020
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles