Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



Pourquoi un tel désamour de la fonction comptable ?


La fonction comptable ne connaît pas la crise… pourtant les candidats manquent à l’appel ! Dans une époque où qualité de vie au travail, perspectives d’évolution et sens du travail sont devenues des enjeux clés, peut-on redonner ses lettres de noblesse à ce métier mal-aimé ?



Rébarbative ? Vieillotte ? Austère ? Autant de qualificatifs moyennement valorisants, et pourtant quelquefois utilisés pour définir la fonction comptable. Rien d’étonnant, donc, à ce que les jeunes ne se bousculent pas au portillon de cette fonction peu attractive de prime abord.

Tandis que le chômage touche plus de 10% de la population active, certains métiers comme la comptabilité souffrent néanmoins d’une pénurie de candidats. Une tendance qui ne devrait pas s’améliorer dans les prochaines années, au cours desquelles un nombre important de professionnels partiront à la retraite. Pas de crise, donc, pour ce métier, mais une image peu glamour susceptible de rebuter certains candidats, au point d’engendrer un déficit.

Des tâches chronophages et avec peu de valeur ajoutée
Pourquoi un tel désamour de la fonction comptable ? A l’unanimité, les professionnels pointent du doigt le volume important de tâches répétitives telles que les écritures manuelles, les lettrages de comptes, les pointages entre systèmes ou réconciliations entre sociétés…. Bref, imaginez un comptable en train de comparer deux listings de chiffres infinis, une calculette dans la main gauche et un stylo dans l’autre ou grâce à des matrices Excel complexes. Stéréotypique, certes, mais pas si loin de la réalité de nombre d’entreprises.

L’ERP, colonne vertébrale du système d’information financier, a bien entendu permis d’automatiser un grand nombre de transactions récurrentes, et les outils de dématérialisation des échanges ont significativement diminué les tâches de saisie sur les informations les plus volumétriques, comme les factures ou les notes de frais. Cependant, dans des environnements technologiques complexes, les comptables sont encore aujourd’hui contraints, pour dématérialiser l’ensemble des processus, d’effectuer de nombreuses opérations manuelles, chronophages et à faible valeur ajoutée.

Or, si certains exécutent ce type d’opérations depuis des décennies et sont donc immunisés, la jeune génération, adepte de l’instantanéité et des nouvelles technologies, est quant à elle plus exigeante. Pourquoi perdre du temps dans des saisies manuelles là où un traitement informatique est désormais possible ? Cette génération désire légitimement accéder en entreprise au niveau digital qu’elle connaît en privé. Elle s’attend notamment à y trouver des outils ergonomiques et évolutifs. En effet, elle sait pertinemment qu’elle va s’affranchir, grâce à la numérisation, de ces tâches et va pouvoir se consacrer à des travaux intellectuellement plus enrichissants tels que la détection de fraudes, le contrôle interne, l’analyse de risques ou encore l’accompagnement des opérationnels sur l’impact financier et comptable de leurs décisions. Autant d’opérations susceptibles de fidéliser les jeunes employés en donnant du sens à leur poste, en recréant le lien avec les autres fonctions de l’entreprise et en leur faisant entrevoir des perspectives d’évolution au sein de leur entreprise.

Informatisation, attractivité
L’autre grand constat est que la vie des département comptables est plus que jamais rythmée par les clôtures financières mensuelles, trimestrielles et annuelles. Grâce aux nouvelles technologies, il est désormais possible d’éradiquer les heures interminables à consolider et comparer des lignes de chiffres et à pondérer manuellement des infinitudes de calculs. En automatisant et en fluidifiant les processus, les plateformes de gestion comptables peuvent permettre de lisser la charge de travail tout au long de l’année et d’affranchir les équipes financières des périodes de stress liées aux échéances comptables. Les nouvelles solutions dédiées aux enjeux de clôture comptable sont donc non seulement un gage de missions plus intéressantes, de perspectives d’évolution, mais également de meilleur équilibre vie professionnelle/vie privée, un autre enjeu majeur pour les jeunes générations. Le recrutement et la fidélisation des comptables passe donc par une automatisation des processus, garante d’une vie professionnelle équilibrée et enrichissante. Parce qu’en matière de motivation, l’appât du bien détrône souvent l’appât du gain.

Par L. Bordelais, Responsable développement, BlackLine France.

À propos de BlackLine
BlackLine, est le leader du marché des logiciels d'automatisation et d'optimisation du contrôle financier (EFCA, Enhanced Financial Controls and Automation), et l’un des quatre seuls fournisseurs à avoir été nommé par le Gartner parmi les leaders des solutions de gestion des performances financières des entreprises (FCPM, Financial Corporate Performance Management). Conçue pour centraliser et simplifier les processus de clôture financière pour les entreprises de toute taille, la plateforme de BlackLine complète les ERP et autres systèmes financiers déjà en place et permet aux organisations de produire des rapports financiers plus fiables et précis, d’améliorer leurs performances et d’accroître la visibilité sur leurs processus financiers et comptables.
La mission de BlackLine est d’améliorer la qualité, la précision et l’efficacité des processus comptables en centralisant les différentes fonctionnalités clés de ces opérations sur une plateforme cloud unique. Grâce à l’approche «Continuous Accounting » elle offre à ses clients la possibilité de remplacer les processus comptables traditionnels par un modèle d’amélioration continue intégrant l’automatisation, le contrôle et la gestion des tâches périodiques. Cette approche intègre l’automatisation en temps réel : les tâches et les contrôles liés à la clôture financière sont effectués sur des activités quotidiennes, permettant ainsi d’assouplir le calendrier de la fonction comptable, d’augmenter la productivité des équipes et de moderniser la fonction comptable et financière. Près de 2000 entreprises, pour un total de 178 000 utilisateurs dans plus de 130 pays font aujourd’hui confiance à BlackLine pour transformer et moderniser leurs processus financiers et comptables avec précision et transparence.
Le siège social de BlackLine se situe à Los Angeles, et compte de nombreuses filiales situées à Londres, Paris, Francfort, Singapour et Sydney.

Finyear - Daily News

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear
- Sa newsletter quotidienne :
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation, Finance Digitale, Cryptofinance.
- Sa lettre mensuelle Le Trésorier


Jeudi 5 Juillet 2018
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News