Corporate Finance, DeFi, Blockchain, Web3 News
Corporate Finance, DeFi, Blockchain News

Pour un ESG « utile »

Tribune rédigée par Laurent Chaudeurge, Responsable de l’ESG.


« Il vaut mieux avoir à peu près raison que précisément tort ». Même si cette phrase, attribuée à John Maynard Keynes, a été prononcée bien avant que le terme ESG (Environnement, Social et Gouvernance) n’existe, elle résume bien certains des excès présents dans l’écosystème ESG.

Les plus fervents défenseurs de l’ESG ont souvent une pensée dogmatique, un sujet est noir ou blanc. Or, la réalité est presque tout le temps grise. Que doit-on penser d’un véhicule électrique qui est rechargé avec de l’électricité produite à partir de charbon ? Faut-il construire des parcs éoliens en masse sachant que les écosystèmes locaux seront forcément impactés et déstabilisés ? Quel est le bon taux de rotation des employés ? Un chiffre très bas témoigne d’une grande fidélité mais aussi d’une absence de sang neuf nécessaire à l’entreprise pour innover et se remettre en question ?

Les exemples similaires sont innombrables. Pour faire face à ce dilemme, les investisseurs s’en remettent souvent à des agences de notations externes. Grâce à l’usage d’une multitude d’indicateurs, et de méthodes de scoring particulièrement complexes et confuses, ces organismes veulent faire autorité dans le monde de la notation ESG des entreprises. Malgré la complexité de leurs approches, elles peinent à établir un consensus. La preuve a été apportée par une étude des scores ESG de 400 entreprises par 6 fournisseurs différents. La corrélation entre les notes ESG de MSCI, S&P et Sustainalytics était inférieure à 50%. A titre de comparaison, les notes attribuées à la dette long terme par les trois agences principales de notation de crédit est de 94-96%.

L’ESG est donc un sujet complexe où le risque est d’avoir « précisément tort » si l’on s’en tient à remplir des cases dans une grande feuille Excel. De même qu’un bon investisseur analyse des faits et agit avec discernement, l’ESG « utile » doit aussi se baser sur des faits et les analyser en pesant le pour et le contre. Il doit aussi donner la priorité à ce qui suscite le moins de débat, c’est-à-dire le E de ESG. Comme dans l’édition de The Economist (23/07/2022), on pourrait même résumer le E à émissions et on aurait « à peu près raison ». Le changement climatique est désormais accepté par la plupart d’entre nous, de même que sa cause : les émissions de gaz à effet de serre. C’est le plus gros défi à résoudre, et c’est là que les données sont les plus fiables, mais si elles peuvent encore s’améliorer. Analyser la trajectoire des émissions de GES d’une entreprise n’est pas spécialement compliqué et le diagnostic entre deux investisseurs qui regarderaient les mêmes données serait probablement le même. Le E est donc le sujet le plus important et il se prête à une analyse objective des faits, il est donc raisonnable d’en faire la priorité d’une analyse ESG. Pour aider à faire « bouger les lignes » les investisseurs doivent ensuite dialoguer avec l’entreprise pour s’assurer que les efforts sur le E sont rapides, bien gérés et bien documentés.

Un autre dogme de l’ESG est de n’investir que dans des entreprises qui sont déjà « parfaites » en ESG et de « boycotter » les autres. En reprenant l’exemple du E, cela revient à ne sélectionner que des entreprises qui n’émettent pas ou très peu de GES. Cette stratégie donne bonne conscience mais ne résout en rien la problématique du climat. Elle ne semble même pas offrir une meilleure performance. Une étude de l’ESMA (23/05/2022) montre qu’entre 2019 et 2021, les fonds avec une empreinte carbone élevée avaient de meilleures performances que les fonds avec une empreinte carbone faible. Tant mieux, car l’effort « utile » est d’accompagner les entreprises les plus émettrices pour qu’elles réduisent leurs émissions à un rythme soutenu et compatible avec les Accords de Paris. A ce titre, des coalitions d’investisseurs comme CA100+ ou Say on Climate, qui poussent les sociétés à accélérer leur trajectoire de réduction des GES, sont des initiatives beaucoup plus efficaces pour faire changer les choses.

Les sources d’un ESG « utile » se trouvent dans l’analyse factuelle et pragmatique, l’engagement actionnarial sur un ou deux sujets prioritaires et la mesure des progrès de l’entreprise dans le temps. Un ESG pratiqué de cette façon est certes plus simple qu’un score ESG complexe (utilisé principalement pour du reporting) mais il a plus de chances d’être utile et d’avoir « à peu près raison ».

A propos de BDL Capital Management
BDL Capital Management est une société de gestion indépendante créée en 2005. Depuis 17 ans, nous gérons l’épargne de clients institutionnels (compagnies d’assurance, caisses de retraites, mutuelles…), de banques privées et de conseillers en gestion de patrimoine. L’investissement dans les actions européennes est notre expertise, l’analyse approfondie des entreprises est notre particularité. Avec 14 analystes/experts sectoriels, nous avons une des équipes les plus étoffées en Europe. BDL Capital Management gère 2,5 milliards d’euros sur 3 stratégies : - La gestion fondamentale, déclinée au sein de BDL Rempart et BDL Convictions, 2 fonds qui ont plus de 10 ans d’historique. - La gestion quantamentale à travers le fonds Durandal. - La gestion labellisée ISR avec notre fonds BDL Transitions, lancé en 2019.

Avertissement

COMMUNICATION PUBLICITAIRE.
Veuillez-vous référer aux prospectus de BDL Rempart et BDL Convictions et au document d’informations clés pour l’investisseur disponible sur https://www.bdlcm.com avant de prendre toute décision finale d’investissement.

L’investissement promu concerne l’acquisition de parts ou d’actions d’un fonds, et non d’un actif sous-jacent donné, tel que les actions d’une société, étant donné que ceux-ci sont seulement des actifs sous-jacents détenus par le fonds.

Ce document a été réalisé à titre d’information uniquement et ne constitue pas une offre de vente. Ce document n’est pas et ne saurait en aucun cas être interprété ou perçu comme étant une offre ou une sollicitation à investir dans le fonds présenté, ni comme un document contractuel. Il est le support d'une communication publicitaire destinée à des clients professionnels au sens de l’article L. 533-16 du code monétaire et financier. Ce document ne saurait être diffusé, partagé, reproduit, en tout ou partie, sans l'autorisation expresse de BDL Capital Management.

Les informations communiquées sont le résultat de recherches internes fondées sur la base des meilleures sources en notre possession au 03/03/2022 et issues d’informations publiques. Elles sont réalisées par l’équipe de gestion dans le cadre de son activité de gestion d’OPC et non d’une activité d’analyse financière au sens de la réglementation. Elles ne sont pas consécutives d’un conseil en investissement, une proposition d’investissement ou une incitation quelconque à opérer sur les marchés financiers. BDL Capital management décline toute responsabilité quant à la pertinence ou à la réalisation de ses prévisions/analyses. BDL Capital Management rappelle que la composition du portefeuille de ses fonds évolue quotidiennement et ne saurait-être garantie.

L’investisseur doit se rappeler que la valeur d'un investissement ainsi que les revenus qui en découlent peuvent varier à la baisse comme à la hausse et que les performances passées ne sauraient préfigurer les performances futures.

En tout état de cause, les informations présentées ne sont pas suffisantes pour avoir une compréhension permettant d’investir en toute connaissance de cause dans un OPCVM. Un investissement dans un des fonds de BDL Capital Management ne devrait être considéré qu’après consultation du prospectus. La totalité des fonds ou services peut ne pas être enregistrée ou autorisée dans tous les pays ou disponible à tous les clients.

Pour plus d’information sur les risques auxquels les fonds sont exposés, notamment le risque de perte en capital, le risque action, le risque de crédit, e risque de liquidité, le risque de contrepartie et le risque lié à l’impact des techniques telles que des produits dérivés nous vous invitons à consulter le DICI et le prospectus des fonds, disponible sur le site internet de BDL Capital Management (https://www.bdlcm.com) ou, par pays, sur https://www.fundinfo.com/.

Pour plus d’information concernant les méthodologies de calcul des indicateurs ESG, et sur notre démarche d’investisseur responsable, nous vous invitions à vous référer à notre code de transparence et aux documents disponibles sur notre site internet à l’adresse suivante : Approche ESG (bdlcm.com)
Une information sur le droit de réclamation ou l’exercice d’un recours collectif est disponible en anglais sur le site de BDL Capital Management : https://www.bdlcm.com/informations-reglementaires.

BDL Capital Management peut décider de cesser la commercialisation de ses organismes de placement collectif conformément à l'article 93 bis de la directive 2009/65/CE et à l'article 32 bis de la directive 2011/61/UE. BDL Capital Management peut décider de cesser la commercialisation de ses organismes de placement collectif conformément à l'article 93 bis de la directive 2009/65/CE et à l'article 32 bis de la directive 2011/61/UE.

------------------------------------------------------------------------

Disclaimer: The text above is a press release that was not written by Finyear.com.
The issuer is solely responsible for the content of this announcement.
Avertissement : Le texte ci-dessus est un communiqué de presse qui n'a pas été rédigé par Finyear.com.
L'émetteur est seul responsable du contenu de cette annonce.

Mardi 18 Octobre 2022




OFFRES D'EMPLOI


OFFRES DE STAGES


NOMINATIONS


DERNIERES ACTUALITES


POPULAIRES