Quotidien Fintech, Blocktech, DeFi, Néo-banque d'affaires
Financial Year Financial Year
 
 
 
The Bridge Between Traditional Finance & Decentralized Finance (DeFi)
 
              


Mercredi 7 Avril 2021

Les annonces d'Elon MUSK vont-elles doper le Bitcoin ? L'avis de Loïc SAUCE, Professeur d'économie à l'ISTEC


L'avis de Loïc SAUCE, Professeur d'économie à l'ISTEC.



Le 24 mars dernier, Elon Musk (qui se présente désormais comme le « Technoking de Tesla) annonçait sur Twitter que ses clients américains pourront désormais acheter une Tesla en Bitcoin, en ajoutant quelques minutes après que cette possibilité sera bientôt étendue hors des Etats-Unis. Cette décision n’est pas si surprenante, puisque Tesla avait indiqué en début d’année dans un rapport rendu à la SEC (Securities and Exchange Commission) -le gendarme de la Bourse américaine- ses intentions face au Bitcoin. L’annonce de l’acceptation du Bitcoin comme moyen de paiement a focalisé l’attention. Cependant, on trouve dans le rapport de Tesla des informations qui pourraient peut-être s’avérer plus importantes à long terme. Parmi ces informations, deux retiennent particulièrement l’attention.

Premièrement, l’entreprise indique qu’elle s’est engagée depuis janvier 2021 dans un programme d’achat massif de Bitcoin, à hauteur de 1,5 milliard de dollars. L’objectif de cette stratégie d’investissement est d’utiliser une partie de la trésorerie pour constituer un portefeuille d’actifs plus flexible, plus diversifié afin de maximiser les rendements. Ce n’est pas tout. Le rapport indique aussi qu’une partie de la trésorerie sera consacrée à l’achat d’actifs de réserve alternatifs, tels que des actifs digitaux (des cryptomonnaies, donc) et même de l’or. Deuxièmement, Tesla n’envisage pas de convertir systématiquement les Bitcoins reçus en dollar, mais souhaite les conserver durablement.

Conjointement, ces deux éléments envoient un message fort : Tesla préfère désormais les actifs alternatifs au dollar. Parmi ces actifs alternatifs, le Bitcoin a une place à part, puisqu’il semble désormais faire partie intégrante du Business Model de Tesla, à la fois comme moyen de paiement et comme actif de réserve.

Ces annonces soulèvent deux questions : premièrement, d’autres entreprises sont-elles prêtes à s’inscrire dans le sillage de Tesla ? Deuxièmement, quelles seraient les conséquences sur le marché des cryptomonnaies ?

1. Tesla comme moteur d’adoption des cryptomonnaies ?

A la première question, il serait plus juste de dire que Tesla s’inscrit dans une dynamique que de dire que Tesla est à l’origine de cette dynamique.

En effet, de nombreuses entreprises s’intéressent depuis plusieurs années aux cryptomonnaies et au Bitcoin en particulier. Certaines l’acceptent depuis longtemps comme moyen de paiement ou pour faire des dons. Dans la crypto-industrie, il est même devenu courant de payer les salaires et les bonus en cryptomonnaie. Afin de diversifier leur portefeuille, profiter de rendements élevés et attirer une clientèle plus jeune, de nombreux fonds d’investissement (Grayscale par exemple) sont déjà exposés aux cryptomonnaies, alors que d’autres grands noms de la finance (tels que Blackrock, Morgan Stanley et JP Morgan Chase) sont sur les rangs. Il est d’ailleurs intéressant de noter que de nombreux investisseurs institutionnels traditionnels qui dénigraient ouvertement le Bitcoin ont récemment changé d’avis. C’est le cas notamment de Goldman Sachs qui voyait jusqu’à récemment le Bitcoin comme une escroquerie mais qui va ouvrir de nouveaux véhicules d’investissements en cryptomonnaie au deuxième semestre 2021.
Il semblerait que près d’un millier d’entreprises américaines aient exprimé un grand intérêt pour la stratégie de gestion alternative de trésorerie mise en œuvre par Tesla. La trésorerie est en effet un poste à rendement nul, voire négatif, et l’opportunité de la transformer en source de rendement est évidemment attrayante.

Le 31 mars, PayPal a annoncé que ses clients américains pourront utiliser certaines cryptomonnaies (Bitcoin, Ether, Bitcoin Cash et Litecoin) pour payer les commerçants en ligne, l’objectif étant de faire en sorte qu’il soit aussi facile de payer un commerçant en cryptomonnaie qu’avec une carte de crédit. Les géants Visa et Mastercard s’intéressent eux aussi de près aux paiements en cryptomonnaie depuis plusieurs années. Certains voient d’ailleurs dans l’annonce de PayPal un signal encore plus fort que l’annonce de Tesla, puisque PayPal est utilisé quotidiennement par des millions d’utilisateurs à travers le monde pour effectuer tout type de transaction.

Tous ces exemples montrent que Tesla s’inscrit dans une tendance de fond d’intérêt pour les cryptomonnaies, soit en tant qu’intermédiaire des échanges dans l’industrie du retail et du paiement, soit en tant qu’actif de réserve ou de diversification de portefeuille. De par sa médiatisation et la personnalité d’Elon Musk, les annonces de Tesla marquent les esprits et ne peuvent que consolider cette dynamique et, et c’est peut-être le plus important, la rendre plus évidente, plus visible auprès du grand public, des entreprises et même des régulateurs. Cette médiatisation permet aussi de faire comprendre qu’on peut réellement faire des choses avec des cryptomonnaies…

Il faut néanmoins apporter quelques bémols.
Premièrement, la majorité des détenteurs de Bitcoin ne souhaitent pas s’en séparer pour effectuer des transactions. On dit d’ailleurs que les détenteurs de Bitcoin sont des « HODLers », HODL signifiant Hold On for Dear Life. Le Bitcoin est en effet devenu un actif de réserve qu’on achète et qu’on conserve et a perdu sa fonction première d’intermédiaire des échanges.
Deuxièmement, le Bitcoin souffre d’un problème de scalabilité de son réseau et de lenteur de transaction, ce qui n’en fait probablement pas la cryptomonnaie la plus pratique pour effectuer des paiements, notamment des petits paiements, au quotidien. C’est la raison pour laquelle PayPal permet d’utiliser d’autres cryptomonnaies qui sont moins valorisées sur le marché et plus « maniables ».
Troisièmement, le marché des cryptomonnaies peut être très volatile à court terme. Si cette volatilité à court terme n’est pas décisive pour les stratégies de long terme, elle peut être un vrai frein à la gestion de trésorerie à court terme. Enfin, la réglementation peut rendre extrêmement difficile (voire quasiment impossible) l’utilisation de cryptomonnaie en tant qu’actif de trésorerie. En effet, certaines réglementations conçoivent les cryptomonnaies comme des actifs financiers (des cryptoactifs) et non pas comme des monnaies. Ainsi, chaque transaction de cryptomonnaie devrait s’accompagner d’une déclaration de plus- ou moins-value, ce qui serait évidemment impraticable au quotidien. Néanmoins, cette question de la réglementation est aujourd’hui ouverte : les réglementations sont encore assez floues et peu cohérentes au niveau international. Une clarification réglementaire est nécessaire pour favoriser l’adoption des cryptomonnaies par les individus, les entreprises et les investisseurs institutionnels.

2. Conséquences des annonces de Tesla

Pour apporter une réponse à la deuxième question, il faut distinguer les conséquences de court terme et de long terme. Les conséquences de court terme sont plus visibles, plus faciles à appréhender, alors que les conséquences de long terme sont plus incertaines, plus hypothétiques.

a. Conséquences à court terme

Concernant le court terme, les annonces de Tesla (et même plus encore celles de PayPal) ont été très favorablement accueillies par le marché. On pouvait évidemment s’y attendre. Cependant, elles n’ont pas engendré d’explosion des cours, puisque les informations étaient déjà disponibles depuis plusieurs semaines et donc déjà intégrées dans les prix de marché. Le Bitcoin a surperformé les autres cryptomonnaies dans cette tendance haussière. C’est un schéma assez classique auquel on pouvait là encore s’attendre.

Il faut préciser la situation actuelle du marché des cryptomonnaies. Le Bitcoin a atteint son plus haut historique le 14 mars, pour atteindre les 61000$, soit quelques jours seulement avant les annonces de Tesla. Suite à ce record, on a assisté à un mouvement de recul du fait de prises de profit. Schéma assez classique, une nouvelle fois. La situation du marché des cryptomonnaies est donc la suivante : forte tendance haussière depuis un an, ponctuée de périodes baissières de prise de profit. Les annonces de Tesla ont été officialisées lors d’une période un peu fébrile, après un record historique et pendant une période de prise de profit. Disons que le timing des annonces de Tesla n’était peut-être pas idéal pour avoir un impact significatif sur le marché des cryptomonnaies.

b. Conséquences à long terme

Les conséquences à long terme sont plus difficiles à apprécier. Cependant, on assiste depuis plusieurs mois à une forte consolidation du marché, qui n’est pas due à Tesla, bien sûr. Cette consolidation se matérialise par plusieurs éléments. On peut notamment penser à la consolidation du réseau du Bitcoin qui se traduit par la forte augmentation des investissements des mineurs pour augmenter leurs capacités de calcul (on parle de « hash rate »). C’est un indicateur important, puisqu’il permet de comprendre comment les mineurs perçoivent l’évolution à plus long terme du marché. Aujourd’hui, leur perception est clairement haussière.

Autre élément important pour apprécier les évolutions à plus long terme, les investisseurs institutionnels sont là. Et leur stratégie d’achat massif et d’accumulation laisse penser qu’ils sont là durablement. Leur exposition aux cryptomonnaies est encore faible, mais en forte croissance. On peut penser que si des entreprises imitent la gestion alternative de trésorerie de Tesla, l’afflux de trésorerie se fera par l’intermédiaire des investisseurs institutionnels. C’est une bonne nouvelle, puisqu’un afflux massif de fonds augmenterait la profondeur et la liquidité du marché, ce qui s’accompagne généralement d’une baisse de sa volatilité. En d’autres termes, plus un marché est gros, plus il est stable. Il est ainsi envisageable d’assister à une dynamique auto-renforcée dans laquelle l’afflux de fonds engendre une stabilisation propre à attirer davantage de fonds. Je me répète, ce n’est qu’une hypothèse.

Concernant le développement de l’activité retail et paiement, l’impact des annonces de Tesla est très difficile à apprécier. Conjointement aux annonces de PayPal, elles peuvent peut-être inciter certains marchands en ligne ou des startups à passer le pas. Mais nous n’avons aucun élément permettant de formuler une hypothèse plutôt qu’une autre sur ce point.

Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles