Quotidien Fintech, Blocktech, DeFi, Blockchain
              


Lundi 12 Juillet 2021

L'impact du COVID-19 sur la Fonction Finance


Si déjà avant l’arrivée du Covid-19 de nombreux secteurs avaient entrepris des transformations, elles ont bien souvent été bousculées par l’épidémie.



Le cabinet Robert Walters a mené une étude internationale auprès de plus de 5 500 professionnels de la fonction finance, et met en lumière la manière dont cette fonction a été impactée par cette crise sanitaire et ce que ces changements impliquent aujourd’hui pour les professionnels de la finance.

LA FONCTION FINANCE PLUS OU MOINS ÉPARGNÉE PAR LA CRISE COVID-19

La crise sanitaire a touché l’intégralité des entreprises, entraînant des modifications sur leur modèle de fonctionnement, leur chaîne d’approvisionnement mais également sur les fonctions support telles que la finance.

Si de nombreux salariés ont été contraints de réduire leurs heures de travail ou leur salaire (23% des professionnels de la construction, 22% des professionnels de l’ingénierie), la fonction finance semble avoir été épargnée : seulement 7% des professionnels financiers ont été concernés par ces mesures.

Toutefois, la finance a connu un impact plus important au niveau de ses effectifs. Au global, 40% des entreprises dans le monde ont été contraintes de geler temporairement leurs recrutements dans la fonction finance. Le secteur de l’hôtellerie et des loisirs a d’ailleurs été particulièrement touché : 95% des entreprises ont eu recours à un gel des effectifs financiers, et le nombre de postes vacants dans la fonction finance a baissé de près de 5% en un an. Pour d’autres secteurs au contraire, comme les capitaux d’investissements, le nombre de postes vacants en finance a augmenté de plus de 6%.

« Pour faire face à la crise et aux incertitudes qu’elle a engendrées, les secteurs des loisirs, du voyage et du tourisme ont été contraints de cesser leurs recrutements. Nous percevons néanmoins une reprise très récente sur ce marché, à l’approche du deuxième semestre 2021. Le capital investissement reste quant à lui particulièrement dynamique, profitant de la persistance de taux bas et de cibles intéressantes, tant en dynamique de retournement que de croissance. » commente Aude Boudaud, directrice associée et responsable des recrutements en finance chez Robert Walters.

LES PROFESSIONNELS DE LA FINANCE PLÉBISCITENT LE TRAVAIL À DISTANCE

Autre impact de cette épidémie : celui sur les collaborateurs et leur environnement de travail. Contraints de travailler à distance, 32% des professionnels de la fonction finance déclarent avoir travaillé plus que l’an passé, ce qui a ainsi impacté leur équilibre vie personnelle/vie professionnelle. 45% d’entre eux reconnaissent toutefois avoir connu une hausse de leur productivité lors de cette période.

Ils semblent ainsi avoir pris goût à ce nouvel environnement de travail, puisque 70% des professionnels de la fonction finance souhaitent avoir l’opportunité de travailler plus régulièrement à distance, et 17% souhaitent même le faire de manière permanente.

DE NOUVELLES COMPÉTENCES REQUISES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA FINANCE

Nouvel environnement, nouvelles missions : le quotidien des professionnels de la finance a beaucoup évolué depuis l’arrivée du Covid-19. Gérer les imprévus, les risques, utiliser la data et la technologie pour prendre des décisions financières rapides font désormais partie intégrante de leurs missions.

Ainsi, les priorités ont évolué, au même titre que les compétences nécessaires pour assurer ces nouvelles missions : 47% des professionnels de la finance estiment que leurs compétences ne sont plus en phase avec les priorités futures. Un sentiment partagé, puisque la plupart des départements financiers déplorent un manque de compétences clés, et 55% des professionnels interrogés estiment qu’un renforcement des compétences technologiques est nécessaire.

« Le Covid-19 a poussé la fonction finance à produire des analyses de qualité dans des délais encore plus courts afin d’accompagner les prises de décisions opérationnelles et stratégiques. Dans ce contexte, les professionnels financiers, déjà sensibilisés à l’importance des outils et de la data, doivent encore approfondir leurs compétences technologiques et digitales. », conclut Aude Boudaud.

Méthodologie de l’étude : enquête Robert Walters réalisée auprès de plus de 5 500 professionnels et 2 200 entreprises dans 31 pays.

A propos de Robert Walters
Référence mondiale du recrutement spécialisé, Robert Walters intervient sur le recrutement de cadres en top et middle management dans les domaines d’activité suivants : Finance, Banque, Assurance, Ressources Humaines, Juridique & Fiscal, IT & Digital, Ingénieurs, Logistique & Achats, Immobilier & Construction, Marketing & Commercial, Santé. Le cabinet a également développé une activité de Management de Transition, qui répond aux besoins urgents et stratégiques des entreprises pour faire face à des situations de changement, de crise ou d’internationalisation.
www.robertwalters.fr

Avertissement : Le texte ci-dessus est un communiqué de presse qui n'a pas été rédigé par Finyear.com.
Disclaimer: The text above is a press release that was not written by Finyear.com.



Finyear: latest news, derniers articles


Inscription à la newsletter

Flux RSS