Corporate Finance, DeFi, Blockchain, Web3 News
Fintech, DeFi, Blockchain, Web3 Daily News by Finyear

Interview | Alexandre Laing, Tudigo

Entretien avec Alexandre Laing cofondateur de Tudigo


Pouvez-vous présenter Tudigo ? Sa genèse, son activité et son développement ?

Alexandre Laing, cofondateur de Tudigo :
Après avoir lancé avec Stéphane Vromman en 2013 Bulb in Town, une plateforme de crowdfunding en don contre don spécialisée sur la proximité et concurrente d’Ulule, Kiss kiss Bank Bank ou Miimosa à l’époque, nous avons souhaité nous déplacer sur l’investissement qui selon nous allait avoir plus d’impact sur la vie des entreprises et répondre à une attente émergente des particuliers désireux de placer leur épargne avec du sens et près de chez eux.

C’est ainsi qu’est né à l’été 2018 Tudigo, la plateforme de l’investissement participatif de l’économie réelle, au début très centrée sur les entreprises locales, sur des secteurs traditionnels (agroalimentaire, boissons, restauration, circuits courts).

C’est en 2020, après un quasi-arrêt de nos activités pendant 9 mois, que nous avons réorienté notre thèse d’investissement sur le sujet de l’impact et de la durabilité. Cela nous a amené à investir dans le digital, la tech (dont biotech et medtech) en général, les énergies renouvelables, l’électrique,…

Naturellement, d’une audience d’investisseurs plutôt consommateurs et peu aguerris, nous avons attiré et fidélisé des investisseurs plus aguerris, des Business Angels, des Family Offices, des fonds qui ont trouvé chez Tudigo une source de dealflow trié large et négociée donc d’accès simple et fluide. Grâce à une approche de la sélection des dossiers basée sur le moyen long terme et des relations étroites avec notre communauté d’investisseurs, nous avons consolidé grâce à la fidélité une capacité d’investissement qui ne fait que croître de mois en mois (1 à 2 M€ investis chaque semaine depuis le début du 4ème trimestre).

La qualité des dossiers reçus n’est allée qu’en augmentant grâce au bouche à oreille et du financement de projets en phase de pre-seed et seed, nous avons commencé à recevoir et convaincre des startups et PME plus matures d’ouvrir leur capital ou d’emprunter sur Tudigo, à la fois pour des raisons financières mais également pour l’apport communautaire que Tudigo représente pour une entreprise (en particulier B2C).
En 2022, nous aurons ainsi investi 40 M€ dans une cinquantaine de projets sur des secteurs divers et variés, en actions (startups, PME) et en obligations (PME et opérations immobilières).

Qu’est que recherche en priorité les particuliers qui investissement à vos côtés ?

Une opportunité de diversifier sur des investissements à fort rendement et décorrélés des marchés boursiers.

En effet en actions, l’horizon
A cela s’ajoute une recherche de sens dans l’investissement avec le choix d’entreprises et de projets sur des thématiques qui leur sont chères ou les passionnent, répondant à des objectifs de développement durable et créant de l’emploi localement.
Enfin, investir en direct en non coté sur Tudigo, c’est aussi goûter indirectement à l’aventure entrepreneuriale d’où le fait qu’on retrouve de nombreux ex-chefs d’entreprise parmi les particuliers qui investissent sur Tudigo.

Ils existent de nombreuses plateformes de financement participatif (notamment pour les projets à impact), en quoi Tudigo se démarque-t-elle ?

Tudigo a à cœur de concilier l’impact avec la performance économique et le retour sur investissement financier.

Tudigo est la plateforme / communauté d’investisseurs la plus sélective du marché du point de vue projet et conditions de levée de fonds.

Tudigo négocie pour les investisseurs les conditions financières (valorisation pour les levées actions, taux et durée pour les levées obligataires) et juridiques (pacte d’associés, garanties) comme le ferait un investisseur institutionnel (que nous avons régulièrement sur nos tours aux mêmes conditions que les particuliers).

Nous sommes aussi les seuls à savoir adresser des sujets B2B et très technologiques.

Ainsi Tudigo propose la palette la plus large aujourd’hui du point de vue secteurs, stades de développement (du pre-seed à la Série B), types de titres (actions, obligations).

Enfin, Tudigo ne prend pas de frais à l’investisseur, ni de % sur la plus-value réalisée. Ainsi 100% de la valeur générée va à l’investisseur.

Alors que vous êtes aujourd’hui spécialisé dans le crowdequity, vous venez d’annoncer le lancement d’une offre de dette Venture. Pourquoi étendre votre activité vers ce nouveau créneau ?

Nous avions commencé une phase de test dès 2020 sur les PME et en immobilier (sur des opérations de promotion ou de marchands de biens). Nous voulions vérifier et affiner votre capacité à sélectionner des projets qui seraient en mesure de rembourser dans les temps. Nous avons également au cours de ces deux années, renforcé nos dispositifs de garanties en cas de retard ou de défaut afin d’être en mesure si cela arrivait de rembourser malgré tout l’investisseur.

Cette phase de test s’étant éprouvée concluante, nous avons décidé de la proposer plus largement aux entreprises qui correspondaient à nos critères d’éligibilité pour une dette venture / obligataire.

Nous avons alors réalisé que la demande était forte non seulement du côté des PME établies mais en forte croissance mais aussi de startups de belle taille qui préféraient se laisser 12 mois d’air avant d’ouvrir leur capital sur une Série B dilutive (afin de continuer de faire grimper leur valorisation).

Côté investisseur, la réponse est excellente et les levées de fonds obligataires que nous ouvrons se clôturent en moins de 10 jours sur des montants allant de 300 à 2 M€.

Dans le contexte actuel, observez-vous chez les entreprises plus de difficulté à bénéficier de financement ?

Du fait de l’évolution forte des taux et de l’Euribor, les conditions d’accès au crédit se durcissent. Seuls les plus gros continuent à obtenir des financements mais les banquiers trouvent moins d’intérêt à financer les entreprises plus petites car les marchés rémunèrent désormais leurs liquidités (ce qui n’était pas le cas avant). D’autre part, le contexte économique de hausse des prix et des matières, ajouté à l’expérience Covid, fait peur aux financeurs quant aux secteurs exposés.

Le risque augmentant, la rémunération de l’argent aussi, les financeurs augmentent leur niveau d’exigence à rendement égal. Ce qui est normal.

Du côté des fonds et des réseaux de Business Angels, on constate énormément de frilosité sur les tours de table et des durées sur les levées de fonds traditionnelles encore plus élevées qu’avant. C’est aussi la force de Tudigo pour un entrepreneur : réduire ce délai de 9 mois à 9 semaines (voire moins).

Quelles sont les ambitions de Tudigo pour les mois à venir ?

Tudigo ambitionne de devenir LA référence de l’investissement non coté en France et en Europe.
Nous allons continuer sur notre rythme de croissance pour atteindre les 100 M€ investis annuellement en 2023 et lancer nos nouvelles offres :
1. L’investissement sur le marché secondaire (et donc la revente des actions pur nos investisseurs avant le délai traditionnel de 5-7 ans),
2. Le lancement de nos premiers fonds thématiques,
3. et l’ouverture de clubs d’investissement menés par des entrepreneurs et investisseurs stars identifiés comme expert sur leurs sujets.

Si 90% de notre flux d’investissement mensuel est B2C aujourd’hui, nous allons continuer de diffuser notre offre via des réseaux de CGP partenaires reconnus sur la place pour la qualité de leur clients et produits.

Si nous avons aujourd’hui stabilisé un rythme de croissance soutenu (> x 2 / an) et pérenne (rentable), nous ouvrirons le capital de Tudigo en 2023 pour être en mesure d’aller chercher rapidement les 500 M€ de collecte annuelle et réellement transformer le paysage du non coté.

Mardi 15 Novembre 2022




OFFRES D'EMPLOI


OFFRES DE STAGES


NOMINATIONS


DERNIERES ACTUALITES


POPULAIRES