Quotidien future finance
              



Fusions-acquisitions dans l’assurance : la compétition va s’intensifier au cours des trois prochaines années


Opérations d’envergure, consolidation et quête d’une croissance du chiffre d’affaires ont caractérisé le marché des fusions-acquisitions dans l’assurance en 2015



La compétition pour les actifs attrayants va s’intensifier dans l’assurance au cours des trois prochaines années. En effet, la majorité des acteurs du secteur (82 %) prévoient de procéder à des acquisitions, tandis que seulement un tiers projettent de céder certaines de leurs activités, selon l’enquête menée auprès des dirigeants de compagnies d’assurance par Willis Towers Watson M&A Risk Consulting et Mergermarket.

En 2015, la croissance du chiffre d’affaires a été le principal moteur de l’activité de fusions-acquisitions dans le secteur de l’assurance : les opérations conclues ont totalisé quelque 111,4 milliards € sur les trois premiers trimestres de l’année – près de trois fois plus qu’en 2014. L’enquête a révélé que, pour près de la moitié des sociétés interrogées, leur dernière acquisition majeure avait pour objectif de renforcer leur position sur le marché et d’accroître leur base de clientèle. De surcroît, la consolidation – notamment aux États-Unis et dans les Produits Spécialisés (Speciality lines) – a entraîné une hausse des méga-opérations, qui ont été au nombre de quatre en 2015 (pour un montant de plus de 5 milliards €) contre une seulement en 2014 et 25 opérations pour un montant de plus de 500 millions €.

Selon l’enquête, cette tendance devrait se poursuivre, la grande majorité (90 %) des compagnies d’assurance en Asie émergente, en Europe centrale et orientale, au Moyen-Orient, en Amérique latine et en Afrique ayant prévu de procéder à des opérations au cours des trois prochaines années. Plus de la moitié des compagnies en Europe de l’Ouest, en Amérique du Nord et en Australasie ainsi que Lloyd’s prévoient de procéder à au moins un désinvestissement avant 2018, en raison principalement du processus de consolidation et des objectifs d’efficacité.

Pour Frédéric Traimond, Directeur de l‘activité Risk Consulting & Software pour la France et l’Europe du Sud chez Willis Towers Watson : « Si les compagnies asiatiques ciblent des entreprises en Europe, ce n’est pas parce qu’il s’agit d’un marché en pleine expansion, mais plutôt pour l’avantage technologique comparatif qu’il procure. Les assureurs européens se sont déjà dotés de systèmes très intéressants, notamment en IARD – structures informatiques, algorithmes de tarification et outils de distribution – que certaines entités étrangères pourront mettre à profit en transférant les compétences dans leur pays. »

L’enquête montre que les compagnies d’assurance fixent des critères très élevés en matière de fusions-acquisitions : en effet, les entreprises interrogées n’ont pas l’intention d’examiner des opérations offrant, à terme, une rémunération du capital de moins de 13,8 % en assurance non vie et de 14,2 % en assurance vie. Willis Towers Watson estime que si les assureurs s’en tiennent à ces critères de rémunération minimale, ils devront se montrer plus sélectifs dès le départ, dans la mesure où la concurrence devrait s’intensifier, accentuant ainsi la pression exercée sur les prix. Les acteurs émergents, comme les investisseurs de capital-investissement ou non issus du secteur de l’assurance venus d’Asie, représentent un défi de plus en plus difficile à relever pour les assureurs locaux.

Frédéric Traimond observe : « La plupart des analystes semblent estimer que le secteur de l’assurance est encore en situation de survente. Les valorisations demeurent attrayantes, bien que les prix augmentent à mesure que les capitaux affluent et que le sentiment des investisseurs envers les actions du secteur de l’assurance s’améliore. Étant donné l’ampleur de la menace concurrentielle et sa diversité, les assureurs engagés dans des opérations de fusions-acquisitions devront établir des stratégies claires pour se frotter à leurs rivaux potentiels. »

La très grande majorité des répondants indiquent qu’ils prévoient de concentrer leur activité de fusions-acquisitions sur les principaux marchés (80 %), seuls 8 % seulement n’étant pas encore présents sur les marchés où ils réalisent des acquisitions ciblés. La distribution, qui compte déjà parmi les principales raisons d’être de plus d’un tiers des fusions-acquisitions, devrait prendre de l’importance, les assureurs recherchant de nouvelles voies d’accès au marché et une hausse de leurs revenus.

À propos du rapport
L’enquête a été réalisée par Willis Towers Watson M&A Risk Consulting, en partenariat avec des chercheurs de Mergermarket qui ont recueilli les avis de 750 dirigeants de compagnies d’assurance, vie, non-vie et mixtes, ainsi que de compagnies de réassurance s’agissant des perspectives en matière d’opérations de fusions-acquisitions dans le secteur de l’assurance, et des plans et de la stratégie de leur compagnie. Le choix des compagnies a été équitablement réparti entre le continent américain, l’Asie et la région EMOA. Les entretiens ont été menés aux deuxième et troisième trimestres 2015.

À PROPOS DE WILLIS TOWERS WATSON
Willis Towers Watson (NASDAQ: WLTW) est l’un des plus grands cabinets de conseil, de courtage et de solutions logicielles au monde. Nous aidons nos clients internationaux à faire du risque un vecteur de croissance. Willis Towers Watson, dont les origines remontent à 1828, compte 39 000 collaborateurs dans plus de 120 pays. Nous concevons et proposons des solutions de maîtrise du risque, de gestion des avantages sociaux, d’accompagnement des talents et d’optimisation du capital pour protéger et aider les organisations et les individus. Forts d’un positionnement unique, nous savons où se croisent talents, actifs et idées : un avantage que nous mettons au service de la performance des entreprises. Ensemble, libérons les potentiels.
www.willistowerswatson.com

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 6 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The FinTecher
- The Blockchainer
- Le Capital Investisseur

Le magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mercredi 3 Février 2016
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Newsletter quotidienne gratuite




Finyear - Daily News