Quotidien Finance, Corporate Finance, Crypto Finance, ICO, STO, Blockchain Daily News


              



Fiabilité des informations comptables : les financiers inquiets face au laisser-aller des dirigeants


ÉTUDE BLACKLINE-CENSUSWIDE.



• 95% des dirigeants d’entreprises ont entièrement confiance dans leurs données comptables, contre seulement 56% des professionnels de la finance.
• Un hiatus qui ne serait pas sans conséquences : 67% des professionnels interrogés estiment que leur entreprise a déjà pris des décisions importantes sur la base de données financières obsolètes ou incorrectes.
• Pour 41% des dirigeants, ces décisions entérinées sur base de chiffres inexacts pourraient mener à une dette importante, 31% à une non-conformité avec les règlementations en vigueur pouvant entrainer amendes et peines de prison, ou encore ternir leur réputation auprès des investisseurs pour 28% d’entre eux.
• Malgré l’omniprésence de ces menaces, les entreprises sont moins de 4 sur 10 à avoir mis en place des technologies pour réduire le risque d’erreurs comptables suite aux récentes affaires de fraude financières et fausses déclarations fortement médiatisées.

Alors que les scandales liés à des fraudes financières et déclarations comptables erronées se répètent, les entreprises se retrouvent au pied du mur, dans l’obligation de s’interroger quant à la fiabilité des informations qu’elles transmettent au marché. La mise en place d’un comité d’audit ou encore la révision des processus internes est à même de les rassurer, toutefois, face au foisonnement des données et à la contrainte toujours plus présente du temps, ces mesures ne suffisent pas à garantir l’exactitude de leurs rapports financiers.

À qui la faute ? Les dirigeants des entreprises sont-ils conscients de cette faillibilité de leurs équipes comptables, ou bien se bercent-ils d’illusions, en prenant pour acquis la fiabilité des chiffres qui leur sont soumis, n’hésitant pas à les utiliser comme base pour prendre leurs décisions stratégiques ? Enfin, les directions financières sont-elles les seules à devoir endosser la responsabilité de ces rapports inexacts ? Pour répondre à ces questions, BlackLine (Nasdaq : BL), leader mondial de la digitalisation des fonctions comptable et financière, a fait appel au cabinet d’étude Censuswide dans le but de mener l’enquête auprès des uns et des autres.

Voici leurs réponses :

Une confiance excessive des cadres dirigeants envers les chiffres

Si les trois quarts (75%) des personnes interrogées en France affirment avoir totalement confiance dans l’exactitude de leurs données financières, il existe un écart significatif entre le point de vue des cadres dirigeants et celui des professionnels de la fonction finance. Les premiers, en effet, sont unanimes : 95% d’entre eux affirment avoir entièrement confiance dans l’exactitude de leurs données comptables, tandis qu’ils ne sont que 56% à être de cet avis chez les professionnels de la finance, en charge de la production de ces chiffres, et de ce fait, peut-être plus conscients de leur faillibilité. 39% dans cette catégorie indiquent que leur confiance envers ces chiffres est relative, ou limitée pour 5% d’entre eux.

Le même décalage est observé à propos de la visibilité qu’ont les sondés sur la situation financière de leur entreprise en temps réel. 100% des cadres dirigeants en France déclarent ainsi avoir accès à des chiffres récents et exacts quand ils le souhaitent, contre 77% des professionnels de la finance.

Fabrication des données financières : dans les coulisses de la prise de décision

La multiplicité des sources de données (41%) et le processus de collecte et de traitement de ces données (35%) sont les deux principaux éléments mis en cause par les sondés qui concèdent un manque de confiance envers l’exactitude de leurs informations comptables. Suivent les compétences des personnes qui les ont saisies (30%) et l’erreur humaine (24%), tandis que 14% pointent du doigt l’absence de contrôles automatisés ou de technologies dans le cadre de ces tâches.

Quelles que soient les causes, les conséquences de ces résultats erronés peuvent être multiples, tant au niveau interne qu’externe à l’entreprise. Près de sept personnes interrogées sur dix (67%) pensent ainsi qu’eux-mêmes ou que leur directeur général ou financier a déjà pris des décisions importantes sur la base de données financières obsolètes ou incorrectes. Mais ce n’est pas tout : 41% des sondés estiment que la non identification d’erreurs avant le reporting risque de leur faire perdre beaucoup de temps à régulariser et republier les comptes, 33% que cela pourrait nuire à leur réputation auprès des investisseurs, 27% que cela pourrait entraîner des dettes conséquentes, et 23% que cela risque de conduire à des ennuis avec la justice, pouvant aboutir à des amendes ou des peines de prison.

« Il est intéressant de constater la différence dans le niveau de confiance dans les chiffres entre les directeurs financiers d’une part et les responsables comptables par ailleurs » commente Lucie Bordelais, Directrice Développement de BlackLine France. « Cette étude met en évidence un réel manque de visibilité des directions financières de certains groupes sur le détail des chiffres et de leur processus de production. »

Un moment clé pour la transformation des entreprises

Toujours selon l’étude menée par BlackLine et Censuswide, 37% des professionnels interrogés reconnaissent que dans le monde actuel, où les nouvelles technologies occupent une place de plus en plus prépondérante, la marge d’erreur comptable acceptable diminue. 36% parmi eux ont notamment mis en place des technologies pour réduire le risque d’erreurs de reporting suite aux récentes affaires de fraude financière et fausses déclarations comptables à fort impact médiatique. 24% ont quant à eux commencé à revoir leurs processus d’audit interne et externe, et 22%, à modifier les processus de reporting de leur organisation.

« La complexité grandissante des environnements et les attentes en termes d’efficience et de conformité rendent la mise en place d’outils collaboratifs permettant de reprendre le contrôle sur la production de l’information comptable de plus en plus prégnante » conclut Lucie Bordelais, Directrice Développement de BlackLine France.

Méthodologie
Enquête menée en ligne par Censuswide durant les mois d’août et septembre 2018 pour le compte de BlackLine, auprès de 75 cadres dirigeants et 75 professionnels de la finance (directeurs financiers, comptables et responsables financiers) en France, dans des grandes entreprises réalisant un chiffre d’affaires supérieur à 50 millions d’Euros.

Cette enquête a été réalisée dans le cadre d’une enquête internationale conduite sur un total de 579 cadres dirigeants et 575 professionnels de la finance en Europe (France, Royaume-Uni et Allemagne), aux Etats-Unis, en Australie, à Hong Kong et à Singapour, dans des grandes entreprises réalisant un chiffre d’affaires supérieur à 50 millions d’Euros — ou équivalent.

À propos de BlackLine
BlackLine est un fournisseur de solutions cloud permettant aux entreprises de transformer leurs fonctions comptables et financières grâce à l’automatisation, la centralisation et la simplification de leurs processus clés comme la clôture comptable ou les processus inter-compagnies. Conçue pour compléter les ERP et autres systèmes financiers déjà en place tels que SAP, Oracle ou NetSuite, la plateforme de BlackLine aide les départements financiers et comptables des organisations de toutes tailles à améliorer leur efficacité opérationnelle, accroître leur visibilité en temps réel et veiller à la conformité dans le but de garantir une gestion optimale de la clôture comptable de bout en bout.

BlackLine offre à ses clients la possibilité de remplacer leurs processus comptables et financiers traditionnels par un modèle d’amélioration continue intégrant l’automatisation, le contrôle et la gestion des tâches périodiques. Ce modèle, appelé Continuous Accounting, permet d’assouplir le calendrier de la fonction comptable, d’augmenter la productivité des équipes et d’assurer l’intégrité du bilan comptable et la fiabilité des rapports financiers, tout en accélérant sa modernisation.

Plus de 2600 entreprises dans le monde, pour un total dépassant les 220 000 utilisateurs, font aujourd’hui confiance à BlackLine pour les aider à assurer l’intégrité de leurs bilans comptables et la fiabilité de leurs rapports financiers.

Finyear & Chaineum

Lisez gratuitement le quotidien Finyear & sa newsletter quotidienne.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en finance digitale, corporate finance & crypto finance.

Read for free The daily newspaper Finyear & its daily newsletter.
Receive the Finyear's newsletter every morning by email, a daily snapshot of the best news and expertise in digital finance, corporate finance & crypto finance.

----------------

Chaineum - Conseil haut de bilan & stratégie blockchain
Fondée en 2015, Chaineum est un cabinet de conseil en opérations de haut de bilan offrant une expertise de premier plan en matière d’ICOs et STOs, avec une vision stratégique orientée tant vers le métier de ses clients que sur la technologie blockchain. A ce titre, Chaineum a participé à la mise en œuvre de bonnes pratiques dans le secteur (ICO Charter, Security Token Network).
Besançon - Paris + réseau international de partenaires.

Tuesday, April 30th 2019
Rate it


New comment:
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News