Corporate Finance, DeFi, Blockchain, Web3 News
Fintech, DeFi, Blockchain, Web3 Daily News by Finyear

Étude SumUp : Face à l’inflation, 39% des PME françaises vont augmenter leurs prix et 32% vont réduire leurs marges !

Les PME sont touchées de plein fouet par l’inflation et la crise énergétique qui réduisent leurs marges et leurs perspectives de croissance. Cette situation à des conséquences financières directes sur leur trésorerie, déjà fragilisée par la crise du Covid.


Les chiffres clés en un clin d’œil :
• La trésorerie des PME françaises est principalement impactée par la hausse des prix de l’énergie (37,7%) et des coûts d'approvisionnement (34,5%)
• Les PME sont résilientes : seules 9,1% envisagent de mettre la clé sous la porte à cause de la crise
• Face à la crise, 39% ont augmenté ou vont augmenter leur prix de vente, 32,3% vont réduire leur marge et 29,4% leurs coûts énergétiques
• Dans ce climat anxiogène, deux tiers ressentent plus de stress qu’auparavant
• 68% ont le sentiment que le gouvernement ne prend pas de mesures concrètes et efficaces pour les aider à faire face à la situation économique actuelle
• Presque 40% des PME sondées considèrent que les nouvelles technologies sont essentielles pour sortir gagnantes de la crise

• Comment les PME s’adaptent-t-elles à l’inflation?
• Quels sont les trois facteurs qui impactent le plus leur trésorerie ?
• Sur quels facteurs sont-elles prêtes à faire des concessions pour préserver leurs marges?
• S’appuient-elles sur la technologie pour innover et répondre à la crise?
• Estiment-elles que le gouvernement en fait assez pour les aider à faire face à la crise ?

La fintech SumUp, partenaire financier de confiance de plus de 4 millions d’entreprises, leur a posé ces questions. Elle dévoile aujourd’hui les résultats d’une étude paneuropéenne inédite menée en France, Italie, au Royaume-Uni, en Allemagne, et en Suisse. Elle prend le pouls du moral des PME et analyse comment elles s’adaptent à la crise. Voici les principaux enseignements de cette étude :

Des PME en grande majorité impactées par la crise et l’inflation

Sans surprise, la hausse des prix de l’énergie et des coûts d'approvisionnement sont les facteurs qui impactent le plus la trésorerie des PME. A l’instar de la France où ces facteurs sont cités par respectivement 37,7% et 34,5% des entreprises sondées, le Royaume-Uni, l’Allemagne et surtout l’Italie (42,8% et 42,7%) sont en phase avec ce constat. Un troisième facteur, l’augmentation significative des coûts liés à la logistique et au transport (13%), pèse également dans la balance.

… Réduire leurs marges et augmenter leurs prix comme variables d’ajustements

Dans le contexte actuel d’incertitude économique, de ralentissement de la croissance, d’envolée des cours des matières premières et de l’énergie, les PME françaises restent résilientes et engagées : seules 9,1% d’entre elles envisagent de mettre la clé sous la porte à cause de la crise. Face à l’inflation généralisée, elles se voient contraintes de répercuter ces coûts sur les consommateurs et sur leurs marges. Dans le détail, 39% ont augmenté ou vont augmenter leur prix de vente. Ces chiffres s'élèvent respectivement à 52,1% en Allemagne et à 44,1% en Suisse. De plus, 32,3% doivent réduire leur marge. A l’heure où la hausse des prix de l’énergie figure parmi les principales préoccupations des entreprises, 29,4% des PME françaises vont tenter de réduire leurs coûts énergétiques. Enfin, 29,9% comptent travailler plus pour compenser ces pertes de revenus. Éléments intéressants, elles n’envisagent pas prioritairement de réduire leur rémunération ou leur masse salariale pour récupérer de la trésorerie.

Une grande majorité anticipent une baisse de leur chiffre d’affaires en fin d’année

L'évolution de la situation économique ne laissant pas présager un retour à une croissance positive à court terme, 47,4% des PME françaises s’attendent à un chiffre d’affaires en baisse par rapport à l’année précédente sur la période des fêtes de fin d’année. Le double contexte de baisse des ventes (42,7%) et de fréquence d’achats des consommateurs (36,1%), joue en leur défaveur. Au niveau européen, le Royaume-Uni (58,2%) et l’Allemagne (52,8%) sont les plus pessimistes face à ces faibles prévisions de croissance. On note, dans ce contexte, une tendance accrue de la part des consommateurs à traquer les sources d’économies : 12% des PME françaises indiquent que leurs clients sont à l'affût des remises ou des offres spéciales. Ce chiffre montre d’ailleurs à 15% en Italie. Dans ce climat anxiogène, deux tiers d’entre elles ressentent plus de stress qu’auparavant.

Des mesures gouvernementales perçues comme insuffisantes

Compte tenu de l'absence de mesures européennes pour faire baisser les prix de l'énergie, le gouvernement français a récemment mis près de 10 milliards d'euros sur la table pour aider les entreprises, dont les PME, à faire baisser leur facture moyenne d'électricité. Pour autant, l’étude souligne que ces mesures ne convainquent pas suffisamment les PME : 68% ont le sentiment que le gouvernement ne prend pas de mesures concrètes et efficaces pour les aider à faire face à la situation économique actuelle. Cette perception est largement partagée en Allemagne (84%).

Le rôle de la technologie pour relever ces défis

Malgré les avantages que les solutions technologiques pourraient représenter pour les aider à digitaliser et à monitorer leurs activités, ces dernières ne sont pas au cœur des stratégies d’ajustement des PME françaises. A la question des mesures phares qu’elles envisagent de prendre d’ici la fin de l’année pour lutter contre la crise, seulement 5,5% ont répondu par l'affirmative. Au niveau européen, 7,9% des Suisses et 7,1% des Allemands comptent changer ou mettre à jour leurs solutions technologiques pour gagner du temps ou de l'argent. Une minorité des pays européens sondés perçoivent que ce levier est le plus pertinent pour faire face à la crise. En France, presque 40% considèrent que les nouvelles technologies sont essentielles pour sortir gagnantes de la crise; l’Italie (37,9%) compte également parmi les pays les plus "technophiles".

Méthodologie : L’enquête SumUp a été menée auprès de PME européennes du 2 au 9 Novembre 2022, au travers d’un questionnaire auto-administré en ligne. Elle a été conduite auprès d’un échantillon de 3488 personnes basées dans 5 pays (Royaume-Uni (890), France (730), Italie (1404), Allemagne (333) et Suisse (131).

A propos :
SumUp, fintech internationale de premier plan, s’engage aux côtés des commerçants pour leur offrir de nouvelles opportunités de croissance et de développement. Fondée en 2012, SumUp est le partenaire financier de confiance de plus de 4 millions d’entreprises sur plus de 35 marchés à travers le monde. SumUp accompagne les commerçants, indépendants et micro-entreprises à démarrer, gérer et développer leur activité avec succès. Grâce à sa « Super App », SumUp propose aux commerçants un compte et une carte d’entreprise gratuits, une boutique en ligne, des outils de facturation ainsi que des solutions de paiements physiques et à distance parfaitement intégrés aux terminaux de cartes et aux caisses enregistreuses de SumUp. Soucieuse de tirer parti de son succès pour mieux protéger la planète, SumUp s’est engagée à reverser 1 % de ses futurs revenus nets pour soutenir des causes environnementales, éducatives et entrepreneuriales. En 2022, SumUp s'est distinguée en matière de diversité et d'inclusion en étant reconnue comme l'un des meilleurs employeurs mondiaux pour les personnes LGBT+ par le Stonewall Workplace Equality Index.

------------------------------------------------------------------------

Disclaimer: The text above is a press release that was not written by Finyear.com.
The issuer is solely responsible for the content of this announcement.
Avertissement : Le texte ci-dessus est un communiqué de presse qui n'a pas été rédigé par Finyear.com.
L'émetteur est seul responsable du contenu de cette annonce.

Jeudi 1 Décembre 2022




OFFRES D'EMPLOI


OFFRES DE STAGES


NOMINATIONS


DERNIERES ACTUALITES


POPULAIRES