Corporate Finance, DeFi, Blockchain, Web3 News
Corporate Finance, DeFi, Blockchain News

Comment les fintechs peuvent contribuer à des modes de paiement plus verts

Alors que les fintechs ciblent de plus en plus les consommateurs soucieux de l'environnement, elles doivent maîtriser les défis de la durabilité.


Giesecke+Devrient (G+D) soutient les fintechs dans la création de solutions complètes pour ces consommateurs. Avec qu’elles mettent l’accent sur l'expérience utilisateur et des interfaces accrocheuses, les fintechs sont particulièrement attrayantes pour les personnes qui accordent une importance à l“art de vivre”.

Mais pour se connecter à long terme à ces consommateurs, les fintechs doivent prendre en compte un autre aspect clé : la durabilité. De plus en plus d’entre eux accordent une attention particulière aux solutions et services motivés par un programme respectueux de l'environnement. Les fintechs doivent répondre de manière appropriée à ces attentes afin de satisfaire la demande. Pour soutenir l'engagement du consommateur envers un mode de vie respectueux de l'environnement, les fintechs doivent proposer une gamme d'options pour les paiements. L'objectif primordial de la protection de l'environnement doit être clairement reconnaissable.

L'expert en paiement G+D utilise l'exemple des cartes de paiement comme point de départ pour montrer les actions que les fintechs peuvent entreprendre afin d’évoluer vers une offre de produits respectueuse de l'environnement.

1. Faire en sorte que l'expérience de la carte soit durable

Jusqu'à présent, les cartes de paiement étaient fabriquées à partir de plastique conventionnel. Mais aujourd'hui, les couches de corps des cartes peuvent être constituées à 100 % de PVC recyclé - ou même de PLA innovant à base de biomasse. Par rapport aux cartes PVC à base de pétrole, il faut beaucoup moins d'énergie pour produire et éliminer les cartes PLA. Comme ils sont compostables industriellement, l'environnement n'est pas non plus pollué par les déchets plastiques. De cette façon, les consommateurs se voient rappeler à chaque transaction de paiement leur engagement envers un mode de vie plus respectueux de l'environnement. De plus, les utilisateurs de cartes n'ont pas à faire de compromis en termes d'expérience utilisateur ou de sécurité - par exemple, pour le paiement sans contact. Les partenaires d'émission de ces cartes sont la fintech espagnole Divilo et SweepBank de Ferratum Bank p.l.c. Avec l'approche de G+D consistant à remplacer complètement les couches de plastique de première utilisation par l'alternative écologique, les fintechs restent crédibles et peuvent répondre aux besoins des clients qui accordent une valeur particulièrement élevée à la durabilité.

2. Inclure le cycle de vie complet

La durabilité des cartes de paiement ne doit pas se limiter à leurs matériaux, mais doit s'étendre à l'ensemble de leur cycle de vie. Cela commence par l'utilisation de papier neutre pour le climat pour l'emballage ou les lettres de bienvenue, et peut être renforcé en choisissant un partenaire qui utilise des processus durables pour la production et l'élimination des cartes. En collaboration avec Mastercard, G+D a mis en place un programme de recyclage des cartes. Les solutions de recyclage répondent aux besoins spécifiques des émetteurs de cartes, et contribuent à une économie plus circulaire

3. Offrir une expérience phygitale

En raison de la sécurité requise, la banque a longtemps reposé sur des canaux de communication purement analogiques. Mais cela signifie beaucoup d’administratif et de documentation physique. Ici, beaucoup de déchets peuvent être évités en combinant des solutions analogiques avec des outils numériques. Par exemple, avec un service ePIN, les banques peuvent envoyer à leurs clients les codes PIN des cartes de paiement sans papier via une application mobile ou par SMS. De plus, en intégrant des codes QR et des solutions de réalité augmentée dans les lettres porteuses des cartes, les contenus de vente et de marketing généralement imprimés peuvent également être fournis numériquement et donc sans papier. De nombreuses stratégies bancaires poussent désormais cette approche hybride, car les clients préfèrent de plus en plus un échange plus rapide et plus numérisé. De plus, les lettres, dépliants et autres supports pour cartes de paiement peuvent être imprimés à la demande. Ainsi, les fintechs peuvent éviter de les pré-produire en grande quantité, et personnaliser les supports pour les clients, selon les besoins.

4. Impliquer les organisations à vocation environnementale

Les entreprises et réseaux environnementaux tels que Parley for the Oceans peuvent fournir aux fintechs un soutien complet dans la mise en œuvre de solutions véritablement durables. Ces organisations sont animées par un esprit de groupe dynamique et donnent aux membres, partenaires et parties prenantes le pouvoir de faire la différence, par exemple lors de la collecte des déchets sur la plage lors d'événements destinés aux consommateurs. Ils offrent transparence et expertise aux fintechs, qui peuvent utiliser leur travail et leur crédibilité pour tirer parti de leur programme de développement durable. Le fournisseur australien de prêts et de paiements numériques WLTH en est un excellent exemple ; G + D fournit la fintech en cartes plastique issues de l'océan de Parley , et ils ont récemment organisé un événement de nettoyage sur les côtes australiennes en collaboration avec Parley for the Oceans. De plus, pour chaque prêt immobilier réglé avec WLTH, Parley nettoiera également 50 mètres carrés de côtes pour aider à protéger les océans.

5. Encourager chaque jour l’engagement pour le climat

Idéalement, les cartes éco-innovantes des fintechs sont connectées à d'autres initiatives de responsabilité environnementale ou sociale, qui impliquent également les clients eux-mêmes. L'objectif est de leur permettre d'assumer personnellement la responsabilité de la planète. Cela pourrait être un financement pour la plantation d'arbres, par exemple, ou un calculateur d'empreinte carbone pour les consommateurs. A cet égard, G+D s'est associé à Doconomy. La fintech suédoise développe des outils qui aident les banques à mettre en œuvre leur programme de développement durable, c'est-à-dire en proposant une application pour mesurer l'empreinte carbone de l'utilisateur.Le calcul est basé sur les achats, commandes et réservations effectués par les titulaires de la carte. Par conséquent, ils sont soutenus pour réduire les impacts négatifs grâce à des changements de comportement.

"La durabilité est au premier rang des priorités de chaque banque, car les consommateurs recherchent de nouvelles façons de vivre un mode de vie durable", déclare le Dr Carsten Wengel, responsable des ventes et de la distribution mondiales des cartes et des paiements numériques chez G+D. " Par conséquent, les fintechs ont également commencé à assumer leur responsabilité sociale et à encourager leurs clients à adopter un mode de vie plus respectueux de l'environnement. Nous sommes le meilleur partenaire des fintechs en fournissant non seulement des cartes de paiement éco-innovantes, mais un réseau de partenaires éco-conscients qui apporte une valeur ajoutée à leurs offres”.

À propos de Giesecke+Devrient
Giesecke+Devrient (G+D) est un groupe mondial de technologies de sécurité dont le siège est à Munich. En tant que partenaire des organisations les plus exigeantes, G+D batît la confiance et sécurise des valeurs essentielles avec ses solutions. La technologie innovante de l'entreprise protège les paiements physiques et numériques, la connectivité des personnes et des machines, l'identité des personnes et des objets, ainsi que les infrastructures numériques et les données confidentielles.
G+D a été fondée en 1852. Au cours de l'exercice 2020, l'entreprise a réalisé un chiffre d'affaires de 2,31 milliards d'euros avec environ 11 500 employés. G+D est représenté par 74 filiales et coentreprises dans 32 pays.
www.gi-de.com

------------------------------------------------------------------------

Disclaimer: The text above is a press release that was not written by Finyear.com.
The issuer is solely responsible for the content of this announcement.
Avertissement : Le texte ci-dessus est un communiqué de presse qui n'a pas été rédigé par Finyear.com.
L'émetteur est seul responsable du contenu de cette annonce.

Vendredi 25 Mars 2022




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

OFFRES D'EMPLOI


OFFRES DE STAGES


NOMINATIONS


DERNIERES ACTUALITES


POPULAIRES