Le quotidien du futur de la finance depuis 2005 (Fintech, Blockchain, DeFi, IA)
              



Comment éviter les « infodémies » de fausses informations ?


Mickael Techer de Check Point montre comment éviter d'être infecté par des rumeurs et des fausses informations, pour ne pas les diffuser



« Rien ne voyage plus vite que la vitesse de la lumière, à l'exception peut-être des mauvaises nouvelles qui obéissent à leurs propres lois, » écrivait Douglas Adams. La pandémie de coronavirus est un rappel brutal du pouvoir de l'information et des conséquences de la désinformation. Les dirigeants politiques luttent pour contrôler le récit de la pandémie et la manière d'y faire face. Ils se battent contre les cybercriminels qui cherchent à tirer profit des préoccupations des gens, et contre le déluge constant d'informations sur tous les canaux de communication qui répandent de fausses nouvelles et trompent les utilisateurs, les incitant à ouvrir des contenus malveillants ou à communiquer des informations personnelles sensibles.

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a qualifié cela « d'infodémie ». « Les fausses informations se répandent plus vite et plus facilement que le virus, et c'est tout aussi dangereux, » a-t-il déclaré en février. La chancelière allemande Angela Merkel s'en est fait l'écho en implorant les citoyens : « Je vous demande de ne pas croire les rumeurs, mais seulement les communications officielles. »

Le problème est que les cybercriminels comprennent la façon dont nous consommons et diffusons l'information par email, le web et les réseaux sociaux, et sont des experts lorsqu’il s’agit de duper les gens par des escroqueries et des mensonges en ligne. Comme des pays entiers sont bloqués et que leurs populations sont désireuses de rester informées des nouveaux développements, il n'y a pas de meilleur moment pour les cybercriminels pour se mettre au travail.

Action et réaction

Les géants d'Internet font de leur mieux pour répondre à l'infodémie de fausses informations et d'escroqueries : Google et les entreprises de réseaux sociaux se sont engagés à identifier et supprimer les contenus trompeurs ou préjudiciables liés à la pandémie, tout en mettant en avant les contenus faisant autorité et provenant de sources authentiques. Les commerçants tels qu'Amazon sévissent contre les publicités et les produits qui prétendent à tort être efficaces contre le virus.

Mais ces mesures ne fonctionnent que de manière réactive, après que ces produits et publicités aient circulé pendant un certain temps, ce qui signifie qu'ils peuvent encore causer des perturbations, des dommages et des pertes avant d'être supprimés. Comment les individus peuvent-ils développer et renforcer leur immunité personnelle contre les fausses informations ? Voici cinq questions clés que nous devrions tous nous poser lorsque nous voyons, ou recevons, des informations qui prétendent être liées au coronavirus.

1. Qui l'a envoyé et pourquoi ? C'est une question particulièrement importante pour les emails. Les cybercriminels usurpent souvent l'identité d'organismes ou de sources fiables afin de gagner la confiance des destinataires. Ainsi, lorsque vous recevez des notifications, vérifiez si vous êtes abonnés à une lettre d'information ou à une communication similaire émise par l'organisme en question. Sans cela, il est très peu probable que l'organisme ait accès à vos coordonnées, ou qu'il ait une véritable raison de vous contacter.

2. Le message comporte-t-il des fautes d'orthographe ou de grammaire ? Tout le monde fait une faute de frappe de temps en temps. Cependant, les messages truffés de telles erreurs sont souvent le signe qu'ils ont été écrits à l'origine dans une autre langue et qu'ils ont été traduits par un traducteur automatique. C'est là un signe courant que le message est illégitime.

3. Où l'URL mène-t-elle ? De nombreux messages envoyés par des cybercriminels n'incluent pas la totalité de l’information, mais invitent plutôt les destinataires à cliquer sur un lien, qui s'avère alors être infecté. Il est donc essentiel de vérifier les URL avant de cliquer dessus. Certaines URL malveillantes sont manifestement fausses, intégrant de longues chaînes de lettres ou de chiffres illisibles, ou de légères variations dans l'orthographe d'un site légitime. Si vous n'êtes pas sûr, des vérificateurs d'URL sont disponibles gratuitement en ligne.

4. Le message inclut-il des sources vérifiées ? Un principe clé des informations dignes de confiance, en particulier lorsque des chiffres ou des données concrètes sont incluses, est celui des sources vérifiables et crédibles. Pour le coronavirus, ce sont les institutions publiques telles que le ministère de la santé ou les organisations telles que l'OMS qui sont les plus pertinentes. Un message qui contient des sources d'origine douteuse, ou aucune source du tout, est beaucoup plus susceptible d'être faux.

5. S'agit-il vraiment d'une information exclusive ? Certains médias ont parfois accès à des données exclusives qui n'ont pas été communiquées à d'autres médias. Toutefois, il faut toujours les considérer avec un certain scepticisme, en particulier lorsqu'elles concernent une crise sanitaire en pleine évolution, tous les médias recevant généralement les mêmes informations de la part des politiciens et des organismes publics. Google News est recommandé pour la recherche active d’actualités, car il ne montre que celles provenant de sources fiables.

Les méthodes les plus efficaces pour éviter d’être infecté par une infodémie de fausses informations consistent à suivre ces simples étapes pour vérifier les actualités ou les messages liés au coronavirus, et faire preuve de bon sens pour vérifier les sources et les URL.

Michael Techer
Country Manager France
Check Point Software Technologies


Chaineum : Neo Investment Bank
Laurent Leloup : Conférencier blockchain
HealthTech.Finance : HealthTech Investment Bank

No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.


Mardi 31 Mars 2020
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles


Newsletter quotidienne gratuite


Le marché des cryptos





Finyear - Daily News