Quotidien future finance
              



Banques, RegTech et cabinets de conseil, un trio gagnant ?


Par Marilyne Monin et Hadrien Noël – groupe SQUARE



Marilyne Monin et Hadrien Noël du groupe Square s’interrogent sur les vertus que présenteraient une alliance entre RegTech et cabinets de conseil pour les institutions bancaires et financières.

Depuis les dernières crises systémiques, les régulateurs ont décidé d’appliquer des normes de contrôle et de suivi beaucoup plus contraignantes au sein du secteur bancaire. L’entrée en vigueur des normes bâloises, MIFID II et RGPD sont des exemples significatifs de la complexité de ces évolutions réglementaires. En parallèle, les institutions bancaires doivent améliorer leurs règles de conformité afin de répondre à la législation. Toutefois, dans cet environnement aux multiples changements et aux enjeux cruciaux, quelles solutions conviendraient aux acteurs bancaires ayant des tailles gigantesques et des organisations tentaculaires ? Entre cabinets de conseil, équipes internes et RegTech (Regulatory Technologies), comment optimiser la mise en œuvre et l’application des multiples chantiers réglementaires ?

Fonctionnement d’une RegTech

Les RegTech permettent de répondre à des enjeux spécifiques en externalisant des processus de gestion et de surveillance du risque. Spécialisé sur une réglementation spécifique, chaque acteur pourra répondre, avec précision et clarté, aux défis et chantiers liés à ces nouvelles normes. Dans un esprit de Startup, et fortement tournées vers les nouvelles technologies, ces entités innovent.
L’objectif des RegTech est de rendre le modèle de régulation plus efficient et moins onéreux. Reconnaissance vidéo, biométrie ou encore blockchain sont des exemples de fluidification de processus KYC. De plus, l’automatisation de reporting et d’analyses réglementaires en s’appuyant sur le Big data facilite les contrôles et leurs revues.
Ainsi, le client final améliorera sa réactivité par une constante adaptation aux nouveaux enjeux réglementaires provenant des RegTech. Toutefois, ces acteurs présentent des organisations en totale opposition avec celles des institutions financières. Comment l’agilité des RegTech devrait s’insérer au sein d’organisations peu reconnues pour leur souplesse ?

L’alliance institutions bancaires – RegTech : un objectif « gagnant-gagnant »

Pour rester compétitifs, les grands groupes ont dû renouveler leur organisation interne et innover. C’est dans ce contexte qu’une alliance entre groupes bancaires et RegTech devient pertinente. La question qui se pose alors est : comment rendre un partenariat efficient entre ces deux acteurs ?
Les institutions financières se trouvent face à de nombreuses évolutions réglementaires à mettre en œuvre dans des délais très courts. Dans la grande majorité des cas, elles ne disposent pas des ressources internes nécessaires. De plus, les RegTech présentent des solutions et organisations innovantes permettant des ruptures technologiques et méthodologiques.
A l’inverse, les institutions bancaires offrent d’importantes possibilités de développement aux RegTech. En premier lieu, les solutions développées par les RegTech ont besoin de se confronter à de nouveaux environnements et être testées et améliorées sur un univers de données réelles. D’autre part, les groupes bancaires peuvent mettre à disposition des start-ups d’importantes ressources financières et humaines tout en leur faisant bénéficier de leur visibilité.

Mais comment dénicher la bonne RegTech ?

Dans un premier temps, il est nécessaire pour les banques de définir leur stratégie d’open innovation, autrement dit, leurs objectifs relatifs aux produits, aux processus et/ou aux services dans un but de création de valeur.

Dans un second temps, il faut trouver la bonne RegTech. Plusieurs options se présentent : soit développer en interne via un incubateur, un accélérateur ou un lab, soit développer un partenariat ou alors s’adresser à un expert pour faciliter le rapprochement entre grandes entreprises et start-up.

Les RegTech proposent des solutions qui répondent à un besoin parfois très pointu, là où les institutions financières raisonnent le plus souvent en processus end-to-end. Une fois le Proof of Concept (POC) validé, le chemin reste encore long avant de d’intégrer la nouvelle brique technologique dans les processus opérationnels existants. L’approche end-to-end impose en effet de faire intervenir un large panel d’interlocuteurs, parfois aux profils variés.

Dans ce cadre, les cabinets de conseil eux aussi accompagnement les acteurs bancaires dans leur mise en conformité, tout en leur proposant des solutions innovantes. Les cabinets de conseil jouent alors ici un rôle d’intermédiaire en faisant le lien entre entité bancaire en quête de solution et RegTech. Partant de ce constat, quelle est la place des cabinets de conseil par rapport au RegTech ?

Cabinet de conseil : partenaires ou concurrents ?

L’intermédiation aurait trois intérêts majeurs :

Un cabinet de conseil est une excellente porte d’entrée vers l’écosystème des start-ups. Les cabinets de conseil sont nourris de nouveaux concepts, participent à des programmes de R&D et développent l’innovation. Des consultants intervenus chez des clients connaissent les rouages d’une entreprise ainsi que les moyens de communication utiles à chaque projet. L'intermédiation Banque - RegTech par un cabinet de conseil paraît donc pertinente.

Finalement, le benchmark de RegTech et de leurs solutions proposées constitue une plus-value que les cabinets de conseil peuvent proposer à leurs clients. Le travail de veille des cabinets de conseil auprès de RegTech permet de proposer à ses clients les solutions les plus appropriées à chaque organisation et problématique rencontrée.

Ainsi, RegTech et cabinets de conseil constituent des partenaires susceptibles d’apporter une réelle valeur ajoutée aux institutions financières.

Les partenariats RegTech et cabinets de conseil devraient donc se développer dans les années à venir. Chaque acteur dispose de ses qualités et de ses atouts qui, ensemble, répondront à la hauteur des besoins clients pour faire face aux évolutions réglementaires. Les banques et assureurs ne doivent pas subir ces changements d’environnement législatifs mais utiliser cette opportunité pour améliorer et perfectionner leurs organisations et systèmes de fonctionnement. Apporter des réponses pragmatiques, audacieuses et intègres à travers un rapprochement Conseil - RegTech ouvrira de nouvelles perspectives d’intervention auprès des clients.



No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.


Mercredi 3 Juin 2020
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Newsletter quotidienne gratuite




Finyear - Daily News