Corporate Finance, DeFi, Blockchain, Web3 News
Fintech, DeFi, Blockchain, Web3 Daily News by Finyear

40 % des entreprises de taille intermédiaire anticipent une hausse de leur activité en 2013


Innovation et internationalisation sont les facteurs clés du succès.


La troisième enquête annuelle de conjoncture a été réalisée en mars 2013, conjointement par la DGCIS et Bpifrance, auprès de 587 entreprises de taille intermédiaire (ETI) nationales.

Activité
En mars 2013, 40% des ETI anticipent une progression de leur activité et 19% une diminution, à comparer respectivement à 46% et 14 % en 2012 et 56% et 7 % en 2011.
26% des ETI prévoient d’augmenter leurs effectifs en France et 20% pensent les réduire. Ces chiffres étaient respectivement de 32% et 12% en 2012 et 34% et 11% en 2011.

Croissance externe
La croissance externe demeure dynamique, un quart des ETI ont créé au moins une filiale en 2012 et les projets pour 2013 sont en hausse : 27% envisagent de créer au moins une filiale dans l’année contre 22% en 2012.
27% des ETI ont également pris des participations dans d’autres entreprises en 2012 et 1/3 envisagent de le faire en 2013. 34% des ETI disposent d’une ou plusieurs implantations à l’international, de production ou de distribution. A court terme, 16% des entreprises ont au moins un projet ferme de création de filiale ou de co-entreprise à l’étranger, soit une hausse de 2 points par rapport à 2012.

L’investissement
L’ensemble des investissements de croissance interne et externe réalisés l’an dernier ont été financés à 52% en moyenne par autofinancement et à 44% par recours à l’endettement et au crédit bancaire, sans changement par rapport aux deux années précédentes.
Cependant, pour 2013, du fait d’une légère contraction des trésoreries en 2012 et des inquiétudes sur les mois à venir, les ETI souhaitent simplement maintenir le volume des investissements autofinancés et recourir un peu plus à l’endettement et aux concours bancaires.

Situation financière
Enfin, après avoir connu une situation financière le plus souvent satisfaisante en 2012, les ETI anticipent des tensions de trésorerie cette année et sont assez pessimistes. 70 % d’entre elles indiquent néanmoins avoir eu un accès aisé aux concours bancaires pour financer leurs besoins d’investissement ou de trésorerie. Pour 2013, 24% anticipent une dégradation, contre 10% une amélioration, à comparer à 22% et 15% en 2012.
Ainsi, les ETI nationales se déclarent freinées dans leur développement par une diminution de leurs marges d’exploitation, plus que par les difficultés d’accès au crédit. Six ETI sur dix jugent que la réduction des marges est un frein important pour leur développement.

Bpifrance et la DGCIS accompagnent le développement des ETI
Les entreprises de taille intermédiaires, fortement ancrées dans les territoires, créatrices d'emploi industriel et fortement contributrices aux exportations françaises, sont au cœur du redressement productif de la France. La création de bpifrance, la nouvelle stratégie de filière pour l'industrie, le nouveau plan d'investissements d'avenir, la nouvelle phase des pôles de compétitivité visent créer le cadre favorable à l'émergence de nouvelles ETI et à la croissance des ETI actuelles.

Bpifrance a alloué en 2012, tous programmes confondus, 2,8 Md€ de financement à 990 ETI totalisant 396 000 emplois.
- 21 % d’entre elles ont bénéficié d’une aide à l’innovation via les dispositifs de soutien aux projets collaboratifs (ISI et FUI).
- 17 % sont des entreprises de croissance. Elles ont été financées via un dispositif mezzanine déployé dans le cadre des investissements d’avenir (Contrat de développement participatif ou prêts verts).
- 22 % ont été soutenues via un cofinancement.
- 31 % d’entre elles sont des entreprises fragilisées par la crise. Elles ont mobilisé leurs créances client auprès de Bpifrance pour soulager leur trésorerie.

1 000 ETI font l'objet d'un suivi individualisé par les services de la DGCIS en région.
Un dialogue régulier avec le chef d'entreprise permet de fluidifier les relations avec l'administration et d'améliorer la prise en compte des enjeux ETI par la politique économique. Un millier d’ETI sont ainsi accompagnées par plus de 250 référents régionaux au sein des DIRECCTE dans les domaines de l’innovation, de la compétitivité et de la stratégie, du financement, de l’internationalisation, de la qualification des personnels et de l’intelligence économique. Ces référents informent les ETI sur les dispositifs publics et leur facilitent les démarches avec l'administration.

Par ailleurs, dans le cadre du Programme des investissements d'avenir (PIA), afin de renforcer la compétitivité et l’efficacité des filières industrielles stratégiques françaises en soutenant des actions structurantes matérielles ou immatérielles au bénéfice des ETI et des PME, la DGCIS et Bpifrance instruisent et gèrent un appel à projets (dit « AAP filière ») doté de 119 millions d’euros.

Les futures collaborations DGCIS – Bpifrance
Deux axes principaux structureront les collaborations entre les deux institutions :
- d’une part, la mobilisation de proximité des réseaux régionaux de la Dgcis (les DIRECCTE) et de Bpifrance auprès des dirigeants des ETI, pour adapter l'action publique et les produits de Bpifrance à leurs besoins ;
- d’autre part, le soutien à l'investissement des ETI, notamment par l'allègement de charges permis par le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi : celui-ci doit permettre aux ETI d'investir encore plus dans l'innovation et dans la modernisation de l'outil de production, avec le soutien de Bpifrance et grâce aux programmes d’innovation et de recherche collaborative Etat/ entreprises.

Mercredi 28 Août 2013




OFFRES D'EMPLOI


OFFRES DE STAGES


NOMINATIONS


DERNIERES ACTUALITES


POPULAIRES