Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Des fonds obligataires toujours en vedette en juillet, selon les statistiques de Morningstar


Les investisseurs européens auraient-ils une forte aversion au risque ? Pas en tout cas en ce qui concerne les obligations, indiquent les dernières statistiques de collecte de Morningstar.



Les investisseurs dans les fonds européens ont maintenu un délicat équilibre entre aversion au risque et recherche du rendement en juillet. Si des marchés actions en verve n'ont pas attiré d'argent frais sur les fonds actions, les prises de risque se sont plutôt reportées sur les fonds obligataires, les investisseurs continuant d'acheter des fonds high yield, d’obligations d'entreprises et émergentes. Les fonds européens long terme ont ainsi engrangé une collecte nette de 16,15 milliards d’euros en juillet, contre une décollecte nette de 1,2 milliard en juin, portant ainsi la collecte depuis le début de l'année à 70,50 milliards d'euros. Les fonds obligataires ont tenu la vedette en juillet avec des flux nets positifs de 19,34 milliards d'euros.

Voici les principales conclusions ressortant des statistiques compilées par Morningstar pour le mois de juillet :
- La divergence entre fonds actions et obligataires est demeurée très prégnante en juillet, les fonds actions accusant des sorties nettes de 2,71 milliards d’euros, alors que les fonds obligataires affichaient à l'inverse des flux positifs de 19,48 milliards d'euros, enregistrant ainsi leur meilleure collecte depuis 2007.
- Le CSIF Wolrd ex CH Index Pension fund a enregistré une collecte nette de 2,38 milliards d'euros en juillet ; sans cette collecte spécifique, les flux sortants des fonds actions auraient atteint presque le double du chiffre final.
- Les fonds monétaires ont connu une décollecte nette de 10,23 milliards d'euros en juillet, ce qui représente un véritable renversement de tendance après l'importante collecte enregistrée durant le premier semestre 2012.
- Le 10 catégories obligataires Morningtsar enregistrant les plus fortes collectes en juillet correspondent pour la plupart à des catégories d'actifs risqués, la catégorie des obligations high yield en dollars arrivant en tête, avec une collecte de 2,14 milliards d'euros.
- Les fonds court terme et d'emprunts d’État ont connu des flux sortants importants en juillet, les catégories Morningstar Euro ultra court terme, Euro obligataire diversifié court terme, Emprunts d’État en livres, et Emprunts d’État en euros enregistrant les sorties les plus importantes.
- Les catégories Morningstar États-Unis grandes capitalisations mixtes et actions Asie hors Japon ont enregistré les décollectes les plus importantes des catégories actions, avec des décollectes nettes de respectivement 894 millions et 762 millions d'euros.
- Franklin Templeton a accusé la décollecte la plus forte pour les fonds actions parmi tous les promoteurs européens en juillet ; la société de gestion a connu de substantiels flux sortants sur le fonds Templeton Asian Growth et, dans une moindre mesure, sur le fonds Franklin US Equity.
- Les fonds d'allocation ont engrangé 2,50 milliards d'euros en juillet, portant la collecte depuis le début de l’année sur les fonds mixtes à 13,56 milliards d'euros, les catégories allocation prudente en livres et allocation flexible en livres affichant les meilleures collectes.
- Carmignac a été le principal bénéficiaire de la poursuite de l'intérêt en faveur des fonds d'allocations, affichant une collecte de 829 millions d'euros en juillet ; Carmignac Patrimoine a enregistré la plus forte collecte de cette société depuis le début de l'année, le nouveau fonds Carmignac Emerging Patrimoine ayant déjà collecté près de 1 milliard d'euros cette année.
- En tête des meilleures ventes des promoteurs de fonds en Europe, PIMCO affiche une collecte en juillet de 3,87 milliards d'euros ; le fonds PIMCO GIS Total Return enregistrant une collecte de 1,28 milliard en juillet.

Ali Masarwah de l'équipe de recherche européenne de Morningstar commente :
« Une des caractéristiques les plus surprenantes de la crise de la zone euro a été la croissance régulière de l'appétit pour le risque des investisseurs obligataires. L'hémorragie continue des fonds actions, même lorsque les marchés étaient en hausse, semble indiquer que les investisseurs ont de grosses inquiétudes sur la capacité de la croissance mondiale à soutenir les valorisations des actions. D'un autre coté, les flux entrants substantiels sur les fonds obligataires à haut rendement indiquent que les investisseurs obligataires, désespérément à la recherche de rendement, ne couvrent pas leurs paris, si l'on considère que l'issue de la crise de la zone euro est loin d'être claire ».

Morningstar France

Jeudi 6 Septembre 2012
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News