Quotidien Finance, Corporate Finance, Crypto Finance, ICO, STO, Blockchain Daily News


              



Délais de paiement : le vaincu pleure, mais le vainqueur est mort !


S’il fallait encore lever un doute, la crise pèse toujours sur les délais de paiement.



Thierry Charles
Thierry Charles
A cet égard, une enquête auprès des PME grecques menée par le principal établissement de crédit du pays [étude réalisée en juillet 2012 par la Banque Nationale de Grèce] révèle l'état dramatique dans lequel sont les sociétés de plus petite taille (lire « Près d'une PME grecque sur deux se bat pour sa survie », Les Echos 19.09.2012 / www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0202274286909-pres-d-une-pme-grecque-sur-deux-se-bat-pour-sa-survie-363392.php).

Le constat est accablant : 46 % d'entre elles sont victimes de l'allongement des délais de paiement par leurs clients. En effet, les délais moyens de paiement ont crû d'environ un mois dans les deux dernières années, à quelque quarante jours, entraînant un besoin accru de fonds de roulement.

En conséquence, près des trois quarts des PME sont endettées et un quart estiment que leur endettement est excessif. Les effets conjugués de la dégradation économique et du resserrement des conditions de crédit de ces derniers mois, pèsent de plus en plus sur la trésorerie des entreprises et sur leurs investissements.

Pour la Grèce, il faut ajouter des créances impayées en forte augmentation à hauteur de 40%, et des retards de paiement au-delà de 90 jours qui s’accroissent.

Un constat confirmé par le dernier baromètre 11ème baromètre européen des pratiques de paiement Atradius - Printemps 2012 / voir [www.atradius.fr/news/communiquesdepresse/barometre-atradius-des-delais-de-paiement-resultats-printemps-2012.html ], de l’assureur crédit Atradius qui constate une forte dégradation des délais de paiement sur la zone Europe avec une situation particulièrement préoccupante en Grèce, qui connait une dégradation très forte des délais de règlement qui s’élèvent à 75 jours en moyenne, bien au-dessus de la moyenne européenne.

Dans les 14 pays d’Europe occidentale étudiés, 30 % en moyenne du montant total des créances B2B sont payés après l’échéance, dont 20 % au-delà de deux mois et 3 % restant définitivement irrécouvrables.

C’est en Grèce que la situation est la plus précaire, avec 90 jours de retard, mais c’est bien toute l’Europe qui est pénalisée. La sentence était déjà proverbiale dans la littérature grecque ou italienne : « Se Atene piange Sparta non ride » (Si Athènes pelure, Sparte ne rit guère).


Thierry CHARLES
Docteur en droit
Directeur des Affaires Juridiques d’Allizé-Plasturgie
Membre du Comité des Relations Inter-industrielles de Sous-Traitance (CORIST) au sein de la Fédération de la Plasturgie et du Centre National de la Sous-Traitance (CENAST)
t.charles@allize-plasturgie.com


Vendredi 21 Septembre 2012
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News