Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Rites de la mort en Alsace de la Préhistoire à la fin du XIXe siècle


Jusqu'au 31 août 2009 Musée Archéologique de la Ville de Strasbourg



Rites de la mort en Alsace de la Préhistoire à la fin du XIXe siècle
Explorer le monde complexe des rites liés à la mort, c’est se plonger dans l’histoire passionnante des mentalités et découvrir les permanences, les variations ou les ruptures des discours tenus sur la mort au fil des siècles.

Ces rites ont toujours pour finalité de faire disparaître le corps mort de la manière la plus efficace possible, en fonction des croyances de chaque époque. Par la richesse des témoignages livrés par l’archéologie, par la variété de ses traditions, par son environnement religieux et social très ouvert, par la diversité et l’originalité de son art funéraire, l’Alsace est une région particulièrement propice pour saisir toute la complexité des réponses données par les vivants face à la mort, de la Préhistoire à la
fin du 19e siècle.

Pour les périodes les plus anciennes, en particulier pour les civilisations sans écriture, l'archéologie est notre seule source d'information. Elle nous permet de saisir à travers les vestiges matériels laissés par les hommes (sépultures, mobilier funéraire, dépôt d'offrandes, stèles marqua

nt l'emplacement de la tombe) leurs croyances et le rituel qui environne la mort. Des premières sépultures de la fin du Paléolithique aux premières nécropoles des populations sédentaires du Néolithique, des rites funéraires romains à ceux du début du Moyen Âge, tout un monde de pratiques, de mythes et de croyances organisent et ritualisent le passage des défunts vers l’au-delà.

Au Moyen Âge, l’Église devient la grande ordonnatrice des funérailles, dont elle canalise les pratiques en rassemblant les tombes dans et autour des chapelles et églises en terre consacrée. La fin du 16e et le 17e siècle voient se déployer un cérémonial baroque d’une grande complexité où la mort est théâtralisée et mise en scène pour l’édification chrétienne des vivants. Ce n’est qu’à partir de la fin du 18e siècle que la mort se sécularise progressivement, avec le développement de grandes nécropoles urbaines en périphérie des agglomérations. Ces « villes des morts » constituent dès le milieu du 19e siècle, à travers l’architecture multiforme de leurs monuments, leur décor chargé de symboles d’une grande diversité, les thèmes déployés par un art funéraire de qualité, un reflet du monde des vivants et de l’organisation sociale de leur temps.

Dans les campagnes alsaciennes du 19e siècle, on tente de canaliser la mort dans un code préétabli qui la ritualise à l'extrême et assure au défunt un bon « passage » vers l'au-delà, mais aussi une survie dans l'imaginaire social, où s’expriment aussi de nombreuses superstitions et légendes. Le décès de l’un des siens est souvent, pour la communauté villageoise, un moment privilégié pour marquer son unité et resserrer les rangs face au caractère inéluctable de la séparation.

L’exposition, présentée dans la salle d’expositions temporaires du musée, et se poursuivant dans l’ensemble du musée, présente des témoignages sur les rites et croyances funéraires marquant chacune de ces périodes : mobilier déposé dans la sépulture, maquettes de tombes, projets de monuments, documents, éléments de décor funéraire, objets de dévotion urbains et ruraux …

Cette exposition constitue aussi le premier volet d’une série de regards pluridisciplinaires sur la mort et les rites de l’au-delà en Alsace. Elle associe, autour du Musée Archéologique, plusieurs musées du réseau strasbourgeois, à travers des prêts d’oeuvres, mais aussi l’organisation de parcours dans leurs collections, ainsi au Musée de l’OEuvre Notre-Dame, au Musée des Beaux-Arts et au Musée Historique. L’exposition du Musée Archéologique sera prolongée, à partir de janvier 2009, par une exposition centrée sur le thème de la mort à Strasbourg et ses environs, dont les Archives de la Ville et de la Communauté Urbaine de Strasbourg seront le maître d’oeuvre.

Un catalogue d’environ 300 pages, abondamment illustré, accompagne l’exposition.

Musée Archéologique de la Ville de Strasbourg
2 place du Château
F- 67076 Strasbourg Cedex
tél. 03 88 52.50.00


Horaires
Tous les jours de 12 à 18 h et de 10h à 18h les samedis et dimanches

Fermeture le mardi
(Ouvert pour les scolaires et les groupes sur rendez-vous au 03 88 88 50 50 de 8h30 à 12h30
auprès du Service Educatif des Musées)
Fermé le 1er Janvier, Vendredi Saint, 1er Mai, 1er et 11 novembre et le 25 décembre.

www.musees-strasbourg.org

Lundi 13 Octobre 2008
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News