Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

A fin juin 2007, 60% des entreprises européennes payent avec un retard moyen resté stable à 12,5 jours. Elles étaient 58% au premier semestre 2006


Altares, le spécialiste de la connaissance inter-entreprises, constate qu'à fin juin 2007, 60% des entreprises européennes contre 58 % un an plus tôt payent avec un retard moyen de 12,5 jours. Les comportements de paiement sont toutefois très variables selon les pays et les secteurs.




A fin juin 2007, 60% des entreprises européennes payent avec un retard moyen resté stable à 12,5 jours. Elles étaient 58% au premier semestre 2006
Inscrit dans une tendance favorable depuis le printemps 2003, le retard de paiement moyen en Europe, constaté au travers du programme DunTrade, s'est stabilisé à 12,5 jours à partir du printemps 2006. Cette stabilité européenne masque cependant des disparités locales. Les retards de paiement tendent à s'allonger depuis le début de l'année en France et au Royaume-Uni, et restent importants en Belgique et en Espagne.

L’Allemagne accentue son leadership avec des retards réduits à 9,6 jours, niveau jamais atteint depuis 12 ans. Les Pays-Bas consolident leur deuxième place avec des retards maintenus en dessous de 12 jours. L'Italie fait désormais mieux que la France avec des retards de 12,1 jours. La France conserve des retards inférieurs à la moyenne européenne (12,2 jours) mais en légère augmentation par rapport à la fin d’année 2006 où ils étaient tombés à 11,7 jours.Au Royaume-Uni,la dégradation semble s'accélérer. Les retards de paiement repassent au-dessus des 13 jours, seuil qui n'avait plus été franchi depuis décembre 2002. En Belgique et en Espagne, les comportements s'améliorent depuis le second semestre 2006, mais restent situés, respectivement, au delà de 17 et 14 jours de retard. En Irlande, la réduction des retards de paiement amorcée en fin d'année 2005 se poursuit pour atteindre moins de 19 jours en juin 2007 soit un gain de plus de 5 jours en 18 mois. En
revanche, les retards restent fréquents au Portugal et se situent désormais à plus de 25 jours.

6 entreprises européennes sur 10 payent leurs fournisseurs avec retard. C'est moins bien qu'un an plus tôt où 58% des transactions étaient reportées. Les entreprises allemandes sont les plus respectueuses des délais de règlement, à l'inverse des portugaises dont les paiements sont très souvent retardés. En Allemagne, 54% des règlements sont effectués dans les délais contractuels. Ce pourcentage est néanmoins inférieur de 3,3% à celui constaté en juin 2006. L’Italie occupe la deuxième place avec des délais respectés par plus d’une entreprise sur deux (50,9%). C'est 2,4% de mieux qu'un an plus tôt mais rappelons que les délais contractuels de paiement en Italie sont parmi les plus longs en Europe (60-90 jours).L’Espagne, dont les délais de règlement moyens sont aux environs de 90 jours, reste au dessus de la moyenne européenne. 44,9% des transactions sont effectuées dans les délais contractuels. C'est toutefois bien inférieur au taux relevé un an plus tôt.50% des entreprises espagnoles payaient alors leurs fournisseurs sans retard.
Dans les autres pays,moins de 40 % des règlements sont effectués dans les délais.

C'est notamment le cas aux Pays-Bas où seules 36,6% des transactions commerciales sont respectées.C'est néanmoins 1,4% de plus qu'un an plus tôt. Au Royaume- Uni, à peine plus du tiers des entreprises paye dans les délais (34,2%). En France, moins d'une entreprise sur trois (31,4%) paye désormais ses fournisseurs sans retard. C'est 3,5% de moins qu'en juin 2006.
En Belgique, le retard de paiement semble s'ériger comme un mode de fonctionnement habituel. En effet, à peine plus du quart des entreprises belges (26,3%) respecte les délais de règlement. C'est même 1% de moins qu'un an plus tôt. Les entreprises irlandaises sont à peine plus d'une sur cinq (22,3%) à honorer les échéances de paiement, mais cela représente une amélioration sensible sur un an (+ 5%). C’est au Portugal que la proportion de paiements à échéance est la plus faible.A peine plus d'une entreprise sur dix (13%) respecte les délais contractuels.Ce taux est en recul très sensible sur un an (- 8,8%).

Dans le Transport, seule une entreprise sur trois règle ses fournisseurs à échéance. Néanmoins, les comportements de paiement s'améliorent : le retard moyen est désormais en dessous de 15 jours. C'est dans l'Administration que les retards sont les plus courts à 11,4 jours en moyenne.Mais le respect global des paiements de l'Administration masque une forte
dégradation des comportements de paiement sur un an.A fin juin 2007, 60,6% des administrations européennes réglaient leurs fournisseurs avec retard, elles étaient 52,6% un an plus tôt.

"Croissance et augmentation des risques sont indissociables. A fortiori, lorsque l'accélération des échéances impose de connaître en permanence la situation juridique, économique et financière de ses partenaires commerciaux.Face à ces nouveaux défis concurrentiels et
conjoncturels, la maîtrise du poste client revêt un enjeu stratégique",
relève Thierry Millon, responsable des études Altares.

"La gestion du DSO (Days Sales Outstanding) demeure une composante essentielle des fonctions de trésorerie, qu'elles soient orientées recouvrement,optimisation du BFR (Besoin en fonds de roulement) ou cash management.La connaissance et le suivi des comportements
de paiement de ses clients est pourtant encore insuffisante. Le programme DunTrade, alimenté par des informations provenant directement de la comptabilité-client de milliers de sociétés participantes (leurs balances âgées), confirme que 6 entreprises européennes sur dix ne paieront pas à l'échéance de la facture. Elles seront même près de sept sur dix en France.Or, ce décalage de paiement impactera directement le résultat de l'entreprise voire la placera en difficulté financière.Rappelons qu'une défaillance sur quatre est due à des retards de paiement clients. Pourtant, connaître ses clients et connaître leurs comportements sur le marché peut être un formidable levier d'opportunité pour les directions financières."


Renseignement :Thierry Millon - Responsable des Études Altares : 04 72 65 15 51

Etude complète à télécharger ci-dessous

Altares_PaiementEuropeS1_07.pdf Altares_PaiementEuropeS1-07.pdf  (933.08 Ko)


Jeudi 20 Septembre 2007
Notez






Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News