Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Banque mondiale : le ralentissement économique frappe également les pays en développement


Les pays en développement, jusqu'ici moins touchés, sont aussi frappés par un net ralentissement économique en raison de la crise financière, note un nouveau rapport de la Banque mondiale publié cette semaine.




Ce rapport, intitulé Perspectives économiques mondiales 2009, prévoit une baisse de la croissance mondiale du PIB de 2,5% en 2008 à 0,9% en 2009. La croissance des pays en développement, vigoureuse en 2007, avec un taux atteignant 7,9%, devrait retomber à 4,5% en 2009. Les pays riches connaîtront vraisemblablement l'année prochaine une croissance négative.

« Nous constatons que l'économie mondiale est en train de passer d'une longue période de croissance forte, tirée par les pays en développement, à une période de grande incertitude, la crise financière actuelle ayant ébranlé les marchés partout dans le monde », a déclaré Hans Timmer, directeur de l'équipe chargée d'analyser les tendances mondiales à la Banque mondiale. « Le ralentissement observé dans les pays en développement est très significatif parce que le resserrement du crédit affecte directement les investissements, un facteur essentiel des fortes performances réalisées par les pays en développement durant les cinq dernières années. »

Le resserrement du crédit ainsi qu'une plus grande frilosité face aux risques devraient entraîner une baisse de la croissance de l'investissement dans les pays en développement. Cette dernière, qui était de 13% en 2007, ne dépassera pas 3,5% en 2009, selon les prévisions : une baisse lourde de conséquences étant donné que la croissance de l'investissement contribue pour un tiers à la croissance du PIB.

Hans Timmer et d'autres économistes de la Banque mondiale prévoient une contraction du commerce mondial de 2,1% en 2009. C'est la première baisse enregistrée depuis 1982. Tous les pays seront touchés par cette chute des exportations, qui reflète non seulement un fort ralentissement au niveau de la demande mondiale, mais aussi une moindre disponibilité des crédits à l'exportation.

Dans la région Asie de l'Est et Pacifique, on estime que la croissance du PIB devrait ralentir à 8,5% en 2008 et descendre à 6,7% en 2009. La région a été confrontée à une vente massive d'actions et à une chute importante du volume des exportations. La croissance de la Chine devrait passer de 9,4% en 2008 à 7,5 % en 2009, toutefois le plan de relance d'un montant de 586 milliards de dollars annoncé récemment par le gouvernement pourrait faire remonter la croissance à 8,5% en 2010.

La croissance du PIB en Europe et en Asie centrale devrait descendre à 5,3% en 2008, et jusqu'à 2,7% en 2009. Ce déclin découle de la baisse des investissements, liée à des conditions de financement difficiles, et à la diminution de la demande sur le marché de l'exportation. La croissance en Russie ne devrait pas dépasser 6% en 2008, contre 8,1% en 2007, conséquence de la crise bancaire et de la baisse du prix du pétrole.

Dans la région Amérique latine et Caraïbes, la vulnérabilité de la croissance du PIB (4,4% en 2008 selon les prévisions) met sous pression le secteur de l'investissement privé. La baisse du prix des produits de base pourrait entraîner un déficit de la balance courante pour des pays fortement exportateurs, tels que l'Argentine. D'autres, comme le Brésil et le Mexique, vont voir chuter leurs exportations en direction des États-Unis et de l'Europe, frappés par la récession. La situation devrait se dégrader dans la région en 2009, avec une croissance du PIB chutant à 2,1%, en raison de la baisse des dépenses d'investissement.

La région Moyen-Orient et Afrique du Nord semble avoir bien résisté en 2008, avec une croissance maintenue à 5,8%, mais ce chiffre global masque des fluctuations considérables au niveau du commerce, de la balance courante et des conditions du financement extérieur. Les pays exportateurs de pétrole étant confrontés à une baisse de revenus en 2009, la croissance régionale ne devrait pas dépasser 3,9% en 2007.

La croissance en Asie du Sud est passée à 6,3% en 2008 contre 8,4 % en 2007, et devrait descendre à 5,4% en 2009. La hausse des prix des denrées alimentaires et des carburants, le resserrement du crédit et la baisse de la demande internationale se sont répercutés sur les comptes extérieurs et ont provoqué un ralentissement de la croissance de l'investissement. C'est en Inde et au Pakistan, où la production industrielle a véritablement chuté, que le déclin est le plus sensible.

En Afrique subsaharienne, la croissance a augmenté en 2008, atteignant 5,4%, mais devrait retomber à 4,6% en 2009. On pourrait toutefois voir baisser la contribution des exportations nettes à la croissance du PIB en Afrique, et de nombreux pays sont exposés aux chocs des termes de l'échange. La hausse des prix des denrées alimentaires et des carburants a, d'autre part, creusé l'écart entre pauvres et riches, avec pour conséquence un risque accru de troubles sociaux.

Source : ONU - 10 décembre 2008
www.un.org

Mardi 16 Décembre 2008
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News